background preloader

Démocratie

Facebook Twitter

Economique, sociale, identitaire ? Une crise de « stupidité » ! Les analystes de tous bords s’épanchent sur la nature de « la crise » que traverse actuellement la France : économique et sociale pour certains, identitaire pour d’autres.

Economique, sociale, identitaire ? Une crise de « stupidité » !

Les solutions avancées par les candidats à l’élection présidentielle pour en sortir ont souvent un caractère sommaire. On propose de faire payer les riches. Ou de fermer les frontières. Une bonne part des citoyens adhère à ces discours simplistes, une autre se désintéresse du débat politique avec le sentiment que celui-ci aboutit à une impasse. En fait, la difficulté à fournir des réponses convaincantes pourrait bien résulter d’une erreur de départ sur la vraie nature de la crise. Le terme est provocateur, bien sûr. La préférence pour des leaders et des organisations « stupides » Ensuite, nombre d’organisations instaurent aujourd’hui en leur sein une culture de la stupidité consistant à privilégier l’action sur la réflexion. L’organisation « stupide » est dans certains cas efficace Cette culture comporte des avantages.

Ce n’est pas la post-vérité qui nous menace, mais l’extension de notre crédulité. Entretien avec Gérald Bronner, professeur de sociologie à l’université Paris Diderot, auteur de plusieurs ouvrages sur les croyances collectives et la cognition dont notamment « L’empire des croyances » (PUF, 2003), « La pensée extrême : comment des hommes ordinaires deviennent des fanatiques » (Denoël 2009) et « La démocratie des crédules » (PUF, 2013).

Ce n’est pas la post-vérité qui nous menace, mais l’extension de notre crédulité

M.H. : Le mot « post-vérité », en anglais post-truth, a été désigné par Oxford Dictionaries comme mot de l’année 2016. Cela veut-il dire que nous vivons dans des sociétés où la distinction entre le vrai et le faux n’a plus d’importance ? G.B. : Ce terme de « post-vérité » me semble mal choisi. Je préfère parler, comme je l’ai déjà fait, de « démocratie des crédules », car cette expression permet de souligner le rapport étroit et paradoxal entre le développement de la crédulité et celui de la liberté d’expression. Il en va de même pour le marché cognitif. G.B. : C’est effectivement ce qu’il nous faut admettre. Conférence avril 2014 LA DÉMOCRATIE DES CRÉDULES. Démocratie : histoire d'un malentendu (Université Québec à Montréal)

DEMOCRACY - film documentaire de David Bernet. Diffusion culturelle Source : Image Est - 28 October 2016 Pour la première fois de l’histoire des institutions européennes, une équipe de tournage a pu évoluer librement dans les salles de réunions du Conseil de l’Europe et à filmer des négociations à huis clos.

DEMOCRACY - film documentaire de David Bernet

Cette enquête est racontée par le film DEMOCRACY, de David Bernet. Dès le 10 novembre le film est à l'honneur dans le cadre du festival Augenblick, festival dont l'objectif est de faire découvrir par le regard de leurs cinéastes, la culture et la langue allemandes. Synopsis Bruxelles, 2014. Projections [« A l’époque, en 2010, la protection des données, c’était un peu la quatrième dimension et hormis les membres du sérail à Bruxelles, personne ne pouvait imaginer l’importance que cette loi aurait pour l’avenir de notre société. »] Extrait de l’interview d’Arte avec David Bernet, documentariste Presse Contact presse. Communauté de sites ressources pour une démocratie mondiale. La démocratie nous représente-t-elle encore ? (émission sur France Culture) De quoi l'abstention aux régionales et la montée du Front National sont-ils le symptôme ?

La démocratie nous représente-t-elle encore ? (émission sur France Culture)

Si les citoyens français ne votent plus, ou en tout cas plus pour les partis dits "classiques", doit-on en conclure que la démocratie ne nous représente plus ? Rediffusion du 2 février 2016 Intervenants Cynthia Fleury : professeur de philosophie à l'American University of Paris, psychanalyste et titulaire de la chaire de philosophie de l'Hôtel-Dieu Pierre Rosanvallon : Historien, professeur au collège de France Olivier Dard : Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris Sorbonne, spécialiste d’histoire politique Bibliographie Les Pathologies de la démocratie LGDJ, 2009 Charles Maurras : le maître et l'action Armand Colin, 2013 Voir plus Fermer. L'avertissement Trump. L’élection de Donald Trump a mis en cause les sondages et les médias américains, qui pour la plupart – mais pas pour tous néanmoins – ne l’avaient pas vu venir.

L'avertissement Trump

Ce que l’on sait du personnage a pu être lu en France à la lumière de ce que cette victoire implique pour les États-Unis et pour le monde, mais aussi avec l’idée que le succès de Trump pourrait susciter ou encourager dans notre pays une montée en puissance du populisme et une probabilité accrue de voir Marine Le Pen l’emporter à la prochaine présidentielle. Un scénario que j’explore dans ma fiction parue en avril dernier sous le titre Le séisme. Sondages et médias, populisme et national-populisme : derrière ces deux questions se profilent des phénomènes complexes et qui ne sont pas sans liens. Les limites du modèle vertical de l’information. Monsieur le président, avez-vous vraiment gagné cette élection ? - La statistique expliquée à mon chat.