background preloader

Cléobis & Biton

Facebook Twitter

Sculpture grecque antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sculpture grecque antique

La sculpture est probablement l'aspect le plus connu de l’art grec antique, celui qui pour un contemporain exprime le mieux le beau idéal et la perfection plastique. Matériaux[modifier | modifier le code] La plupart des sculptures grecques qui sont parvenues à l'ère moderne sont en pierre, le plus souvent en marbre blanc. Dans l'Antiquité, néanmoins, les Grecs sont loin de favoriser ce matériau. Il est alors en concurrence avec le bronze, la technique chryséléphantine (incrustations d'or et ivoire), mais aussi l'argile et le bois. Le bois[modifier | modifier le code] Le bois est utilisé principalement à l'époque archaïque, pour réaliser les xoana, figures grossières, caractéristiques de la religion pré-olympique. Les Grecs archaïques recourent également, principalement au VIIe siècle av. Cependant, le bois est également employé pour des travaux plus raffinés. Du fait de la fragilité du support, peu de sculptures en bois nous sont parvenues.

L'ECHAPEE BELLE - CLEOBIS ET BITON Polymédès d'Argos, 580 av.J.C. Cultures méditerranéennes anciennes, cultures du triangle polynésien d'avant ... - Christine Pérez. Cléobis Et Biton. Dans la mythologie grecque, Cléobis et Biton, fils de Cydippe (prêtresse d'Héra), sont deux frères d'Argos.

Cléobis Et Biton

Ils traînent un jour au temple d'Héra le char de leur mère, parce que les bœufs tardaient à venir ; Cydippe, ravie de leur piété, prie la déesse de leur accorder en récompense ce qui leur serait le plus avantageux : en sortant du temple, elle les trouve endormis pour toujours dans les bras l'un de l'autre.

Les œuvres ci-contre sont de Polymédès d'Argos (environ 580 av. J. -C.) et furent découvertes entre 1893 et 1894. La première citation que l'on trouve d'eux est donnée par Hérodote, ce qui est une innovation en matière d'archéologie : il existe un lien entre la découverte archéologique et le fait légendaire historique ("Histoires", livre I d'Hérodote, chapitre 31). Ceci est un extrait de l'article Cléobis Et Biton de l'encyclopédie libre Wikipedia. Le musée de Delphes.

Accueil > Musée > Période Archaïque > Autres oeuvres Le Sphinx des Naxiens Ce sphinx fut consacré à Apollon par les citoyens de la ville de Naxos vers 560 avant J.

Le musée de Delphes

-C. Il dominait le sanctuaire de sa silhouette inquiétante d’animal fantastique dressée sur une colonne ionique de 12,10 m de haut. Implanté dans la zone des cultes chthoniens primitifs, il veillait peut-être sur la tombe de Dionysos , patron des Naxiens. Cléobis et Biton Ces deux statues de marbre possèdent à la fois la taille , la valeur artistique et l’importance historique qui en font des chefs-d’œuvre. La mythologie delphique. Accueil > La mythologie delphique > Cléobis et Biton La légende qui se rapporte à Cléobis et Biton nous a été transmise par Hérodote (Histoires I, 31).

La mythologie delphique

Solon l’Athénien, l’un des Sept Sages de la Grèce antique, était l’hôte de Crésus de Lydie, à Sardes. Quand on lui eut montré les trésors et toutes les richesses du roi, Crésus lui demanda s’il avait déjà vu un homme qui soit le plus riche et le plus heureux du monde, s’attendant à entendre prononcer son nom. Mais Solon désigna Tellos d’Athènes, en expliquant : Tellos vivait dans une ville fortunée, il avait des enfants et des petits-enfants honnêtes, et mourut glorieux et honoré. Alors Crésus demanda qui venait à la seconde place, s’attendant cette fois-ci à être nommé. Les Argiens firent exécuter leurs statues, que l’on peut voir à Delphes, qu’ils consacrèrent à Apollon « comme celles d’hommes excellents », selon la formule d’Hérodote.

Cléobis et Biton. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cléobis et Biton

Les œuvres ci-contre sont de Polymédès d'Argos (environ 580 av. J. -C.) et furent découvertes entre 1893 et 1894. La première citation que l'on trouve d'eux est donnée par Hérodote, ce qui est une innovation en matière d'archéologie : il existe un lien entre la découverte archéologique et le fait légendaire historique ("Histoires", livre I d'Hérodote, chapitre 31). À la base des deux statues, sur leur stèle respective, on retrouve une dédicace qui commence sur celle de gauche et qui finit sur celle de droite. La tête reste, néanmoins, massive, bien que les yeux soient à la bonne place, contrairement à ceux observés sur la tête du Dipylon et sont plus réalistes. On raconte l'histoire suivante :[style à revoir] comme chaque année, les Argiens organisaient une fête en l’honneur de la déesse Héra.

Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet.