background preloader

Front de Gauche (FDG)

Facebook Twitter

Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon : le débat en intégralité. Jean-Luc Mélenchon lance un réseau social pour la VIe République. LE SCAN POLITIQUE - Le «Mouvement pour la 6e République» espère que cette plateforme participative permettra de mettre en place de nouvelles formes de militantisme étroitement liées aux usages issus d'Internet. Selon le «Mouvement pour la 6e République», la révolution se prépare sur Internet. L'organisation portée par Jean-Luc Mélenchon lance ce mercredi matin son agora numérique, «Nous le peuple», un outil autogéré qui se veut le cœur et l'esprit de son nouveau projet politique.

Fort du soutien de 70.000 signataires, selon le fondateur du Parti de gauche, le M6R se dote d'un réseau social qui servira de base à son projet participatif. «J'avais annoncé que pour chaque sorte de questions qui se pose, on trouverait une réponse complète et efficace grâce aux outils de l'Internet. Ici, nous passons à l'acte», annonce sur son blog Jean-Luc Mélenchon. En pratique, les internautes pourront y proposer des sujets de débat, les alimenter, soumettre des propositions au vote. Nous le Peuple - Réseau citoyen du mouvement pour la 6e République. «Contre-courant»: Alain Badiou reçoit Aurélien Bernier. Sortir du capitalisme par une constitution écrite par le peuple (tirage au sort) J. Généreux. La gauche radicale et ses tabous. La gauche radicale et ses tabous. La gauche radicale et ses tabous Part 2.

La gauche radicale et ses tabous Part 3. La gauche radicale et ses tabous Part 4. Jean-Luc Mélenchon a-t-il lu Aurélien Bernier ? Le deuxième pilier est celui de l’internationalisme : il faut sortir de la concurrence internationale et lancer des stratégies de coopération à contre-courant des doctrines ultralibérales et libre-échangistes. Il faut faire voler en éclat l’idée, martelée depuis des décennies, que sans développement du commerce international et des investissements spéculatifs, il n’y a pas de relations possibles entre États.

Au contraire, il y a des dizaines de façons de coopérer et d’entretenir des relations pacifiques : dans l’échange culturel, dans la recherche, dans l’éducation, dans la santé, dans la protection de l’environnement... Enfin, le troisième pilier est celui de la décroissance ou, pour ceux à qui le mot déplaît, de l’anti-productivisme. Il faut être clair : nous n’aurons plus jamais le taux de croissance des Trente Glorieuses, et c’est une très bonne chose. Emmanuel Macron est-il menteur ou analphabète? » Commission économie du Parti de Gauche. Il semblerait qu’Emmanuel Macron éprouve quelques difficultés à interpréter correctement certaines données qui sont pourtant, pour certaines d’entre elles, issues de son ministère. En effet, le 9 octobre dernier, il s’est lancé devant le 69e Congrès des experts comptable, dans la tirade suivante : « Si je compare la France à l’Allemagne en disant quel a été notre problème ?

(c’est) une préférence continue pour une augmentation des salaires et des dividendes là où les Allemands ont une préférence continue pour l’emploi et l’investissement ». « C’est la vérité des chiffres », a-t-il ajouté. Ne nous y trompons pas, ce qu’Emmanuel Macron veut dire c’est qu’il faut baisser les salaires, mais pour faire passer la pilule il parle aussi des dividendes. Illustration, à la lumière, comme dirait Emmanuel Macron, de « la vérité des chiffres » : Les entreprises française préfèrent rémunérer leurs actionnaires plutôt que d’investir en R&D : Vrai Source : D’où vient le pétrole européen ? Lors d'une réunion de la commission des affaires étrangère du Parlement européen nous avons appris avec stupeur que l'UE se fournirait en pétrole auprès de l'État islamique. Jana Hybaskova l'ambassadrice de l'Union européenne en Irak, a ainsi affirmé le 2 septembre au sujet du pétrole irakien de l'État islamique (EI) : « Malheureusement, des États membres de l'UE achètent ce pétrole ».

Sachant que, selon un rapport de l'Agence internationale de l'énergie publié en août, l'État islamique contrôle pas moins de sept champs pétroliers en Irak, pour une production de 80 000 barils par jour. Certains experts calculent que ce trafic de pétrole illicite permet à l'EI d'engranger entre 1,5 et 3 millions de dollars par jour. La Commission entend-elle prendre des mesures pour empêcher que l'UE finance directement ce groupe ? La Commission peut-elle faire la lumière sur ces accusations ? Comme le demandait d'ailleurs la dernière résolution du Parlement européen à ce sujet.

Aurélien Bernier : "Un programme de gauche est impossible sans reconquête de notre souveraineté" 1er/10 TOULOUSE - "La gauche radicale et ses tabous" avec Aurélien Bernier - Université Populaire Toulouse. L’Université Populaire de Toulouse invite Aurélien Bernier le mercredi 1° octobre à 20H30, au Bijou, pour une conférence -débat autour de son dernier ouvrage "La Gauche radicale et ses tabous". Le constat est douloureux, mais irréfutable : malgré le succès de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon en 2012, le Front national réussit bien mieux que le Front de Gauche à capter le mécontentement populaire. Comme dans la plupart des pays d’Europe, la crise du capitalisme profite moins à la gauche « radicale » qu’à une mouvance nationaliste favorable au capitalisme !

Tel est le paradoxe analysé dans ce livre. Paralysé par la peur de dire « la même chose que Le Pen », le Front de Gauche s’enferme dans trois contradictions. Il veut restaurer la souveraineté populaire mais ne défend plus la Nation, seul espace possible pour une réelle démocratie. Aurélien Bernier, ancien dirigeant d’Attac, proche du Front de gauche, collabore au Monde diplomatique. Interview de Jean-Luc Mélenchon - 19 septembre 2014. Moment d'éloquence de Jean-Luc Mélenchon sur l'Ukraine et Gaza. Mélenchon sur CRIF et Gaza "Nous n'avons peur de personne" Caro_Jer : @russeurope Il y a des ... Jacques Généreux:«Il nous manque un raisonnement économique sain» Jean-Luc Mélenchon est malpoli ؟ Comment les médias dé[sin]forment ! Anti-Sionisme au Parlement européen. (Députée européenne Front de Gauche) Video youtube. Patrick Le Hyaric demande à l’Union européenne de placer le peuple palestinien sous protection internationale.

Patrick Le Hyaric: débat Palestine 16.07.14. Bravo à Patrick Le Hyaric du #FDG pour... - Résistant Dissident. Communiqué de Ensemble ! Stop à l'agression de l'Etat d'Israël. TSIPRAS vote JUNCKER : 1914-2014, la Social-Démocratie dans la même logique ! En 1914 la SFIO et le SPD votaient les crédits de guerre et sombraient dans « l’union sacrée » pour envoyer la paysannerie et les masses populaires à l’abattoir pour le seul profit du capital. Trahison terrible qui, par un légitime sursaut vital du mouvement ouvrier internationaliste, aboutira à la naissance de l’Internationale communiste.

En 2014 la même logique de trahison est à l’oeuvre. Pour nous qui dénonçons le PGE, parti de la gauche européenne présidé par Pierre Laurent, et ses sections locales pour leur refus de combattre, pour leur compromissions avec le capital, pour leur reniements, pour leurs mutations en formations social-démocrates, il n’y a pas de surprise. Pour d’autres qui croient que le PGE présente une alternative, ce doit être un choc : TSIPRAS, chef de SYRIZA, candidat de « la gauche de la gauche », du PGE à la présidence de la Commission européenne, appelle à voter pour Jean-Claude JUNCKER, candidat de la droite et du PPE à la présidence de la Commission.

Absurde? Passer du Front de gauche au front du peuple. Au sortir des élections aux résultats assez calamiteux pour la gauche, le Front de gauche n’est plus tout à fait dans la même situation. Son relatif échec, la chute de l’ensemble de la gauche et le score élevé d’un FN qui se rapproche de plus en plus du pouvoir posent la question crûment : à quoi sert le Front de gauche ? « Ce qui a présidé à son lancement, ouvrir une alternative à gauche, est devenu une nécessité absolue au regard de là où nous entraîne la politique du gouvernement », répond Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Dans le marasme, le FG peut se féliciter de ne plus être isolé dans la critique de la politique libérale menée par le pouvoir. Il est rejoint dans son constat par les écologistes qui ont quitté le gouvernement et des pans de plus en plus importants du Parti socialiste.

Les espaces de débats entre sensibilités de gauche, du NPA à la gauche du PS, se multiplient. Reste la question du rassemblement à opérer pour changer la politique du gouvernement. Chaud, le moment chaud ! Je préfère en rire. Que je me donne cinq jours d’absence de France, puis que je renonce aux fatigues des émissions matinales à la radio et à la télé me vaut un papier dans le « Figaro » sur mon « retrait de la scène politique ». La « scène »… c’est bien dit. On évoque même avec délicatesse ma déprime de 2002 pour suggérer que je suis peut-être de nouveau malade. Quelle élégance ! Mais surtout, quelle comédie ! Les mêmes ne s’émouvaient guère de notre manipulatrice disparition de la scène médiatique pendant les élections municipales et européennes !

Certes, ce n’est pas là le fait marquant de la vie médiatique. Cette bataille sociale du rail en France n’est pas la seule. La bataille du rail est un combat d'intérêt général Cette question du Figaro, « Faut-il interdire la grève ? Sur le terrain, les militants du PG distribuent des tracts de soutien aux grévistes de la SNCF. La grève à la SNCF aura commencé il y a une semaine. Cette lutte est d’intérêt général.

Après les élections ? Monsieur Mélenchon, du P$ au PG (documentaire) Melenchon fils de la révolution. Discours sur les plages du Prado à Marseille. Discours du 18 mars 2012 à la Bastille. Discours pour une Défense souveraine et altermondialiste. Entretien pour le site « Reporterre.net » Zapping Mélenchon - Vers une 6ème République. De l’Histoire au présent. Des circonstances personnelles me tiennent éloigné de France pour quelques jours. J’écris entre mes devoirs. N’étaient-ce les rendez-vous que j’ai dû annuler, j’en serais tout à fait content. Car comme on le sait, la distance n’est rien désormais. On suit tout de près, même de loin. Cette fois-ci je n’écris que peu.

Penser la France Je crois que l’Histoire de France n’était pas enseignée, ni sa connaissance vérifiée, pour la promotion Voltaire à laquelle appartiennent ceux qui commandent dans notre pays à cette heure. Comment avons-nous pu élire une telle bande de bons à rien ! Supprimer les communes, c’est araser la base de la démocratie réelle et historique, celle du temps long où se construisit la conscience collective de nos peuples. Pour autant, la lutte est nécessaire et elle est aussi une opportunité. Pourquoi 14 régions et non plus 22 ? Un embrouilli désastreux La méthode opaque du redécoupage signe l’état d’esprit de la réforme : tenir le peuple à distance.

Reste la démocratie. Front de gauche : électrocardiogramme plat. Le Front de gauche paye, ce soir, les divergences entre le Parti de gauche et des communistes eux-mêmes divisés. - Nicolas Messyasz/SIPA/SIPA Du même auteur Pour le Front de gauche (FDG), les élections se suivent et ne se ressemblent pas. Après le score appréciable de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle de 2012 (11,1%), les élections municipales s’étaient traduites par des résultats décevants, explicables en partie par la double stratégie opposant le PCF (priorité aux alliances avec le PS) au Parti de gauche (rupture affirmée avec le PS).

Le résultat des européennes amplifie le trouble apparu lors des municipales. Nombre de ses électeurs potentiels sont restés chez eux et certains ont même dû choisir une autre liste. Entretien avec Aurélien Bernier sur la gauche, le FN, l’Europe et la mondialisation. Dans son dernier essai passionnant, «La Gauche radicale et ses tabous», Aurélien Bernier se demande pourquoi la gauche radicale (celle qui n’est pas sociale-libérale en gros) échoue face au Front National, alors que les circonstances devraient lui être favorables depuis la crise financière de 2008.

La raison majeure selon lui est que, depuis la fin des années 90, cette gauche radicale a abandonné au Front National le quasi-monopole de la réflexion et des propositions sur des thèmes aussi essentiels que la rupture avec le cadre juridique européen et l’euro, le protectionnisme et plus largement la souveraineté nationale, préférant de son côté défendre la réforme des institutions de l’intérieur.

Ce faisant, elle est beaucoup moins convaincante que le FN, notamment parce que le PS dit grosso modo la même chose depuis 30 ans, et plus grand monde aujourd’hui ne croit encore à l’Europe sociale. Monétaires, aucune politique alternative de gauche n’est possible. Internationales. Par la gauche. Le Front de gauche peut retrouver le chemin du peuple. Front de gauche : changer ou disparaître. Pourquoi le PG s'accroche-t-il à l'euro ? Dans un article du 27 avril 2014, intitulé « L'euro : on peut s'en sortir !

» ( Guillaume Etievant, Secrétaire national du Parti de gauche à l'économie et au travail, résume la position de son organisation sur la question de la monnaie unique. L'auteur critique vertement les politiques monétaires de la Banque centrale européenne, inspirées jusqu'à la caricature des grands principes ultralibéraux, mais s'attarde surtout sur les moyens à mettre en œuvre pour en sortir. Constatant que « sauf miracle, le jeu traditionnel de la négociation ne pourra permettre aucun changement radical de la politique monétaire », Guillaume Etievant et le PG proposent une stratégie pour la France : rester dans la zone euro, mais désobéir aux règles monétaires de Bruxelles en autorisant la Banque de France à prêter au Trésor public, c'est à dire à l’État.

Premier point d'accord : la question de l'euro ne fait pas tout, loin de là. La gauche radicale et ses tabous, en librairie le 2 janvier 2014. Le 18 janvier 2014, Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français et président du Parti de la gauche européenne (PGE), était l'invité de l'animateur Laurent Ruquier dans l'émission « On n'est pas couché », sur France 2 ( Interrogé sur différents sujets d'actualité, Pierre Laurent a été interpellé par la journaliste Natacha Polony à propos de mon dernier livre, La gauche radicale et ses tabous, ce qui a donné lieu à l'échange suivant : Natacha Polony - Il y a un livre qui vient de paraître, d'Aurélien Bernier, qui est membre du Front de gauche, enfin qui est proche du Front de gauche, qui analyse les différents tabous qui, selon lui, empêchent la gauche radicale, la gauche de la gauche, de percer.

Laurent Ruquier – C'est la real-politik ! Pierre Laurent – Le Parti socialiste vous obsède beaucoup, voyez. Natacha Polony – Sauf que vous avez changé de discours. Aurélien Bernier. L’euro : on peut s’en sortir ! | Le Blog de Guillaume Etievant. Affolement(s) Lutter contre le FN… Comment faire ? Commencer par ne pas nous tromper de chemin | VIVE LA SIXIÈME RÉPUBLIQUE ! Le blog de Vincent Christophe LE ROUX (PG 44 – comité de St-Nazaire) Le FN réussit à s’adresser à toutes les classes sociales. Il agrège de fait une diversité de motivations qui, au lieu de s’opposer, se nourrissent et convergent. On trouve dans son électorat aussi bien des petits commerçants, habitués à exprimer par leur vote leur haine de l’impôt, que des ouvriers et des employés désireux de sanctionner l’austérité – telle ou telle motivation n’excluant pas les autres.

Tous veulent penser mettre ainsi en cause le système, croyant que le FN serait hors système alors même qu’il est de longue date une des pièces d’un système politique qui l’a utilisé comme repoussoir de la République. On peut comprendre le travail idéologique réalisé par le FN en lisant les professions de foi lepénistes. Combattre autrement l’orientation nationale-raciste Voilà donc un gros problème pour la gauche d’alternative : le FN siphonne une partie de ses thèmes de prédilection… et que l’on y voit une supercherie ne change rien à l’affaire.

Trois axes de combat. Nous voulons prendre le pouvoir pour le rendre au peuple. Il nous faut donc faire les bons choix stratégiques pour renaître et essaimer | VIVE LA SIXIÈME RÉPUBLIQUE ! Le blog de Vincent Christophe LE ROUX (PG 44 – comité de St-Nazaire) Dans certaines circonstances, il faut choisir ! Il faut choisir entre deux options qui s’opposent : Soit on estime qu’il faut se contenter de postes subalternes tout de suite, au coeur du système, pour soi-disant le « pervertir de l’intérieur », pour soi-disant avoir des « positions de combat contre les mauvais coups », pour soi-disant faire avancer – fut-ce à la marge – notre cause etc. etc. Vous connaissez bien les arguments en ce sens puisqu’ils sont exposés presque tout le temps.Soit on considère que la prise du pouvoir, de tout le pouvoir de l’État, impose l’absence de TOUTE transaction avec ceux que l’on veut renvoyer. Et quand je dis « pouvoir », je veux parler du pouvoir de l’État et des collectivités publiques.

Je ne parle pas ici seulement de quelques strapontins, d’où on ne peut que s’agiter, « faire du bruit avec sa bouche », sans rien changer fondamentalement – cf le cas des ministres EELV au gouvernement, cf le cas des ministres HAMON et MONTEBOURG entre autres. Like this: La gauche radicale en panne sur « l’Europe » Front de gauche : changer ou disparaître. Européennes: à quoi joue le Parti de gauche avec les écologistes?

André Chassaigne