background preloader

Chmurette

Facebook Twitter

Les nouvelles formes de cybercriminalité : le cyberbullying et le happy slapping. L’avènement d’internet laissait imaginer un monde uni grâce aux nouvelles technologies.

Les nouvelles formes de cybercriminalité : le cyberbullying et le happy slapping

Avec le recul, leur utilisation a aussi engendré de nouvelles formes de criminalité. En effet, le libre-arbitre des utilisateurs a fait d’internet un moyen complémentaire pour nuire à une personne : les spécialistes appellent cela le cyberbullying et le happy slapping. Le cyberbullying Le cyberbullying c’est : intimider, contrôler, manipuler, mettre bas, discréditer à tort ou humilier une personne ou un groupe de personnes en utilisant les nouvelles technologies. La convention sur la cybercriminalité et le droit pénal congolais - Christophe Kawe Kasongo. L'ordinateur est un outil fragile et difficilement contrôlable qui peut être assez aisément manipulé.

La convention sur la cybercriminalité et le droit pénal congolais - Christophe Kawe Kasongo

La fragilité de l'outil informatique conduit le législateur à tenter d'assurer la plus grande sécurité, afin d'éviter des fraudes qui prennent des formes diverses. En effet, l'utilisation de l'ordinateur peut donner lieu à des agissements malhonnêtes dont il importe de savoir s'ils peuvent recevoir une qualification pénale, il serait vain de faire l'inventaire de toutes les dispositions pénales applicables car la plupart des comportements déjà incriminés peuvent être commis par le biais de l'informatique : abus de confiance, escroquerie, détournement, contrefaçon, atteinte à la paix publique, obtention frauduleuse des données, transfert illégal des fonds, ...

Tels sont quelques aspects de cette criminalité aux spécificités subtiles qui obéissent ou pratiquement pas aux principes traditionnels qui régissent le droit pénal qui, du reste, est de stricte interprétation. Découverte : L'O.C.L.C.T.I.C., brigade de lutte contre la cyber-criminalité. Publié par UnderNews Actu L’O.C.L.C.T.I.C.

Découverte : L'O.C.L.C.T.I.C., brigade de lutte contre la cyber-criminalité

(Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication) appartient à la Direction Générale de la Police Nationale et dépend de Direction Centrale de la Police Judiciaire. Cet organisme a été créé en Mai 2000 (Voir Décrêt) afin de lutter contre la délinquance liée aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Ses compétences, opérationnelles et techniques, s’exercent dans le domaine de la cyber-criminalité, concept qui recouvre le traitement judiciaire des infractions spécifiques à la criminalité liée aux nouvelles technologies et à celles dont la commission est facilitée ou liée à l’usage de ces mêmes technologies. Ses missions recouvrent l’animation et la coordination, opérationnelle et technique, au niveau national. Actus - Police nationale - site d'informations. Projet de Code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale Article ler - Cadre général de l'action de la police nationale et de la gendarmerie nationale Placées sous l’autorité du ministre de l’intérieur pour l'accomplissement des missions de sécurité intérieure et dans le respect des règles énoncées par le code de procédure pénale en matière judiciaire, la police nationale et la gendarmerie nationale ont pour mission d'assurer la défense des institutions et des intérêts nationaux, le respect des lois, le maintien de la paix et de l'ordre publics, la protection des personnes et des biens.

actus - Police nationale - site d'informations

Elles sont au service des institutions républicaines à l'égard desquelles chaque policier et chaque militaire de la gendarmerie manifeste loyauté et dévouement. La police nationale, force à statut civil, et la gendarmerie nationale, force armée, sont soumises à des règles déontologiques communes dans l'accomplissement de leurs missions de sécurité intérieure. Article 7 – Probité. La contrefaçon en ligne, une nouvelle forme de criminalité qui sévit dans le monde des affaires. Depuis l’année 2000, on assiste à une nouvelle forme de criminalité qu’est la contrefaçon en ligne.

La contrefaçon en ligne, une nouvelle forme de criminalité qui sévit dans le monde des affaires

Celle-ci constitue un phénomène en croissance continue qui profite de la libéralisation des échanges et n’épargne aucun domaine de l’activité économique. Les produits contrefaits se diversifient de plus en plus : médicaments, téléphonie mobile, textile, parfumerie, cosmétiques, etc. Ces produits sont généralement fabriqués en sous-traitance en Chine et c’est pour cette raison que la fermeture d’un atelier de fabrication a peu de conséquences pour les organisateurs de la contrefaçon car elle est immédiatement remplacée par un autre. En ce qui concerne la distribution des produits contrefaits, il est difficile d’intervenir dans cette phase à cause de l’aspect volatil des flux.

C’est pourquoi certaines grandes marques de luxe s’attaquent aux grandes firmes américaines telles que Google et eBay qui, selon elles, favorisent les flux de produits contrefaits. Les différentes formes de cybercrimes existantes. Depuis l’apparition des réseaux informatiques et la vulgarisation d’Internet, une nouvelle forme d’infraction pénale est née : la cybercriminalité.

Les différentes formes de cybercrimes existantes

Cette forme de délinquance de dernière génération, a intégré le rang des crimes et infractions pénales, car elle regroupe les trois éléments de formation d’une infraction pénale : l’élément moral, l’élément matériel et l’élément légal. Comme toutes les infractions pénales courantes, le cybercrime se manifeste sous différentes formes, en fonction desdits déterminants.

Selon leur gravité, les cybercrimes sont classés respectivement : contraventions, puis délits et enfin, crimes. Statistiques et chiffres sur la cybercriminalité, les risques et les usages dans le cyberespace. Dernière infos rajoutées le 17/07/2015 Dans le but de vous permettre de mieux juger l’importance du Risque Informatique et de la Cybercriminalité en France et ailleurs, nous avons souhaité mettre à disposition le résultat de nos collectes successives de statistiques relativement impressionnantes.

Statistiques et chiffres sur la cybercriminalité, les risques et les usages dans le cyberespace

Ces chiffres ne m’appartiennent pas et pour chacun d’eux, est indiqué la date d’ajout dans ce document et la source d’information associée. Cependant, si vous souhaitez reprendre tout ou partie du résultats de mes recherches, je vous demanderais soit de citer « Denis JACOPINI » ou « Le Net Expert » comme source de votre information. Criminalité informatique - Justice. Les ordinateurs font partie intégrante de la vie des citoyens et des entreprises.

Criminalité informatique - Justice

Internet est devenu l'un des moyens les plus importants d'information et de communication. Le revers de l'impact grandissant de l'informatique est que la criminalité informatique devient à la fois de plus en plus rentable et peut causer toujours plus de dégâts. Un virus informatique relativement simple peut rapidement entraîner une perte économique de plusieurs millions d'euros. Cette évolution s'explique, en grande partie, par les caractéristiques d'Internet :

Apologie du terrorisme : la loi Cazeneuve, avant-après. Depuis les attentats de Paris, début janvier, les condamnations pour apologie du terrorisme se succèdent.

Apologie du terrorisme : la loi Cazeneuve, avant-après

Quelque chose a changé, vous l’avez bien compris, mais quoi ? Il est temps de faire le point sur deux délits très proches : l’apologie du terrorisme consiste à présenter ou commenter des actes de terrorisme en portant sur eux un jugement moral favorable ; la provocation aux actes de terrorisme doit être une incitation directe, non seulement par son esprit mais également par ses termes, à commettre des faits matériellement déterminés (c’est à dire encourager à attaquer des cibles). Le difficile combat contre le « cyberdjihadisme » Cybercriminalité : la Commission européenne multiplie les actions.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen) La Commission européenne a présenté, lundi 10 février, son premier rapport sur la cybercriminalité élaboré, par le centre EC3, qu'elle a créé en janvier 2013 pour tenter d'endiguer ce phénomène et soutenir l'action des Etats membres.

Cybercriminalité : la Commission européenne multiplie les actions

Selon les données récentes d'un Eurobaromètre, 12% des utilisateurs européens d'Internet ont déjà vu leur boîte de courriels ou leur site piratés et 7% ont été victimes de fraudes via leur carte bancaire. Qu'est-ce-que la cybercriminalité? / Sur internet / Conseils pratiques / Ma sécurité.

La cybercriminalité est le terme employé pour désigner l'ensemble des infractions pénales qui sont commises via les réseaux informatiques, notamment, sur le réseau Internet. Ce terme désigne à la fois : Les atteintes aux biens : fraude à la carte bleue sur Internet sans le consentement de son titulaire; vente par petites annonces ou aux enchères d'objets volés ou contrefaits; encaissement d'un paiement sans livraison de la marchandise ou autres escroqueries en tout genre; piratage d'ordinateur; gravure pour soi ou pour autrui de musiques, films ou logiciels. Les atteintes aux personnes: diffusion d'images pédophiles, de méthodes pour se suicider, de recettes d'explosifs ou d'injures à caractère racial; diffusion auprès des enfants de photographies à caractère pornographique ou violent; atteinte à la vie privée.

Tous ces faits sont punis d'une peine d'emprisonnement (5 ans maximum) et d'une amende (375 000 euros maximum). (H)activisme, idéologie et terrorisme. Le cas particulier du financement du terrorisme Un grand problème de la cybercriminalité est la fraude sur les cartes de crédit par les membres aux réseaux terroristes. Le base de la fraude est prendre de l'argent ou faire lavage d'argent pour financer les actes terroristes de l'organisation. Ce problème est grave de par les dimensions économiques des fraudes.

Toutefois il n'y a pas beaucoup de recherches sur les fraudes avec des motivations terroristes. Sur Internet, Dennis Lormel a expliqué qu'il y a trois cas spécifiques qui peuvent illustrer l'importance de ce problème. 1. 2. 3. Cybercriminalité : 10 exemples d'arrestations majeures. Les politiciens, les chercheurs en sécurité et autres groupes engagés dans la lutte contre la cybercriminalité comparent souvent cette situation aux efforts menés dans la lutte contre le crime organisé traditionnel. Certaines astuces et tactiques sont comparables et les motivations le sont tout autant; il existe néanmoins une différence majeure entre les deux groupes : les cybercriminels n’ont aucune peur d’être attrapés. Les chances qu’un cybercriminel soit attrapé, poursuivi et incarcéré sont extrêmement minces, surtout en comparaison avec le volume de cybercriminalité qui existe aujourd’hui.

Nous disons non à la cybercriminalité relative aux espèces sauvages ! IFAW lutte contre la cybercriminalité relative aux espèces sauvages depuis 2004. Internet est devenu le premier marché du monde, ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, lequel se distingue par son anonymat et son absence de réglementation. Il offre donc de nombreuses occasions d’activités criminelles, y compris la vente d’espèces sauvages menacées. Un exemple récent en est la saisie du crâne de macaque en Polynésie française en juillet 2013. En 2009, IFAW s’est félicité de sa première victoire dans ce domaine à savoir l’interdiction, par eBay, Inc., de la mise en vente des objets en ivoire sur toutes ses plateformes dans le monde à l’issue de la présentation des résultats de notre enquête : La mort à cl@vier portant : enquête sur le commerce illicite d'espèces sauvages sur Internet. D’autres sites web ont ensuite suivi, notamment Alibaba et Etsy.

De nombreuses entreprises en ligne ne sont pas conscientes du problème. CDI - Lycée agricole Auguste Loutreuil - Lutter contre la cybercriminalité : la riposte des ONG. Cybercriminalité : quels enjeux pour les économies souterraines ? - Regards croisés sur l'économie. Jérôme Saiz, Information Security Analyst Jérôme Saiz commence par une brève présentation de la place qu’a prise internet dans nos sociétés : plus d’un tiers de la population mondiale y a aujourd’hui accès, et en 2020, six fois plus d’objets que d’hommes seront connectés à Internet.

L’espace internet fournit ainsi un nouveau terrain favorable pour les activités criminelles. La cybercriminalité représente un véritable marché mettant en jeu des agents spécifiques. Ces criminels de la toile créent des écosystèmes avec leurs propres règles, jargons et coutumes. Il distingue trois types d’acteurs sur ce marché : le pirate isolé : il correspond à l’internaute qui se livre seul à une activité pirate (par exemple en profitant d’outils de piratage développés par d’autres, faciles d’accès et simples d’utilisation). les groupes criminels présents seulement sur le réseau internet : ces groupes sont très structurés et centralisés, chacun de ses membres ayant une fonction bien précise.

Débat. [Infographie] Les chiffres clefs de la cybercriminalité dans le monde. La cybercriminalité fait partie des grandes préoccupations mondiales de ces dernières années. Les cyberattaques concernent aujourd’hui autant les particuliers, que les entreprises ou les nations, mais beaucoup ne se protègent pas encore assez contre ce type de menaces. La lutte contre la cybercriminalité est un marché d'avenir. La contre-attaque est lancée pour lutter contre la cybercriminalité, menée par Thales, Airbus Group, Sogeti et Orange Cyberdéfense. Objectif? Statistiques et chiffres sur la cybercriminalité, les risques et les usages dans le cyberespace.

Les pirates du cyberespace. Si l’on s’en tient à une typologie basique des actes de cyberpiraterie, on pourrait présenter le phénomène selon leur finalité stratégique telle que : 1/ la cyberpiraterie frauduleuse (spams, scams, phishing) ; 2/la cyberpiraterie de renseignement (intrusions dans les systèmes d’information et communication ennemis) ; 3/la cyberpiraterie stratégique ou cyberguerre (altération ou destruction des réseaux adverses). Cybercriminalité. Conseil de l'Europe Cybercriminalité.

Cybercriminalité : la réponse pénale de l'Union européenne aux attaques contre les systèmes d'information. Par Betty Sfez, Avocat. Portail documentaire du CDI du Lycée agricole de Sées.