background preloader

Numérique en formation

Facebook Twitter

12 infox sur le e-learning au temps du coronavirus | Laboratoire d'innovation pédagogique - Université de Fribourg. Le contexte épidémique actuel aura eu, parmi ses nombreux effets collatéraux, celui de mettre au centre des réflexions la question de l’enseignement à distance ou e-learning. Cet enseignement à distance n’est pas vraiment nouveau.

On connaît “the school of the air” qui dès les années 30, en Australie, permettait à des enfants vivant dans des fermes isolées, de suivre une scolarité par l’intermédiaire de la radio. En France, la télévision scolaire a pris son essor en 1962, lorsque Henri Dieuzeide prend la direction de la Radio Télévision Scolaire (RTS). Avec le développement du numérique, le e-learning permet de mettre en place des modalités nouvelles d’interaction au service de l’apprentissage. Les Massive Online Open Courses (MOOCs) sont une forme de e-learning qui rencontrent un grand succès au début des années 2010. Chacun aura commencé à élaborer ses propres réponses à ces questions et les réseaux sociaux permettent aujourd’hui une large diffusion des idées. Toutes les infox.

Quelles sont les 3 tendances du digital learning ? Arrêtons-nous un moment sur les dernières tendances du Digital Learning et découvrons 3 formats particulièrement intéressants : le présentiel augmenté pour qui j'ai une petite faiblesse car il réconcilie le format historique avec le monde actuelle mobile learning qui apporte un vent de fraîcheur à la formationle blended learning ou mix-learning qui réunit le meilleur des mondes : le présentiel et le distanciel Extrait vidéo de la formation gratuite : Le Digital Learning pour les responsables formation Le présentiel augmenté Le présentiel augmenté, c'est en premier lieu intégrer dans les activités en salle les outils numériques.

Ils sont nombreux, simples, et permettent de dynamiser, de donner de la variété et du rythme aux formations en salle. Mais le présentiel augmenté ce n'est pas seulement utiliser des outils, c'est aussi impliquer et motiver chaque participant par des émotions, par la gamification. Le mobile learning Le blended learning Ce qu'il faut retenir. L'organisation apprenante : dix principes et plus encore. - Thot Cursus. L'organisation apprenante est un concept relativement ancien, qui se concrétise de plus en plus grâce aux outils numériques de partage et de conception collaborative.

Basée sur des principes simples dans leur énonciation, elle bouscule les fonctionnements pyramidaux, les silos et les conceptions très formalisées de la formation. Définition et grands principes La notion d'organisation apprenante connaît un certain succès depuis les années 1990. Elle apporte une nouvelle définition de l'avantage stratégique ou concurrentiel. Contrairement aux approches classiques, elle s'intéresse peu aux chaînes de valeur, barrière à l'entrée, structures industrielles ou encore opportunités de diversification ou de concentration. En revanche, elle fait l'hypothèse que l'organisation tire son efficacité de sa capacité à réorganiser et à combiner ses ressources et ses compétences, à les renouveler et à en créer de nouvelles.

Boucle I et boucle II Organisation apprenante... (media/upload/apprenante.jpg) [...] Boîte à Outils du formateur digital. Learning Community Manager : un nouvel allié pour la formation | Cinaps blog. Learning Community Management ou LCM, voyons de quoi il s’agit et d’où vient cette tendance. Dans la langue de Molière, on parlera plutôt d’animateur de communautés d’apprenants. Il s’agit d’une fonction émergente dans l’écosystème de la formation.

Alors, tendance éphémère ou réelle évolution dans la manière de conduire la formation en entreprise ? Learning Community Manager : une réponse aux difficultés d’engagement des apprenants Le premier facteur qui peut expliquer l’apparition de cette nouvelle tendance est le contexte actuel et l’évolution de la formation professionnelle. La digitalisation de la formation ne se déroule pas comme on aurait pu l’imaginer il y a 20 ans. Pas de disparition du présentiel, pas d’hégémonie du formateur virtuel. Enfin, la réforme de la formation professionnelle intervenue en 2018, induit une autre évolution : la formation est dorénavant pilotée par les apprenants eux-mêmes en autonomie.

Sa mission couvre plusieurs objectifs : Christophe Rodet. Les clés d’un parcours Blended Learning réussi. Le blended learning a souvent été présenté comme le Graal de la formation : un parcours mixte, riche, qui combine et assemble des modalités présentielles, distancielles, individuelles et de groupe. Le meilleur des mondes. Et si c’était vrai ? Les atouts d’un parcours blended Une formation réussie repose sur 3 actions fondamentales : la transmission de connaissances, des échanges entre les participants et avec le formateur, l’accompagnement à la compréhension et à la transposition des connaissances.

Dans les formations traditionnelles (en salle ou e-learning), faute de temps, seule la transmission de connaissance est traitée, le peu de temps restant est consacré aux échanges, et l’accompagnement est malheureusement souvent le parent pauvre. Un parcours blended permet de dissocier ces 3 actions, et de mieux les traiter. La transmission de connaissances peut se faire à distance et individuellement. Concevoir son parcours blended Les parcours blended peuvent suivre de multiples schémas : Suivre. Digital, blended, VR : Immergez vos apprenants dans une nouvelle ère de la formation ! Les 7 clés pour réussir sa formation ! - Seekoya — Training & Learning Experiences - Medium.

4- L’ENVIRONNEMENT : le facteur clé Qu’il soit lumineux, bruyant, sombre, calme, en ligne (connecté) ou dans vos locaux, l’environnement est le facteur clé du bon déroulement d’une formation. Il doit faciliter l’apprentissage de chacun : pour les visuels, dont la mémorisation est facilitée par la démonstration des faits et leurs illustrations ;pour les auditifs, dont l‘ancrage mémoriel est facilité par l’écoute des propos ;pour les kinesthésiques, qui eux ont besoin de mettre en pratique pour mémoriser. L’environnement de formation doit aujourd’hui être perçu comme un espace de créativité : à la fois ludique et orienté sur la pratique du sujet.

Ce qui n’est pas évident lorsqu’on se forme sur une plateforme en ligne, qui plus est, seul chez soi, avec le chat et la musique comme leitmotiv :) Il est donc primordial de se poser les bonnes questions, que l’on soit formateur ou participant. 5- Le FORMAT : l’option décisive Le format est étroitement lié à l’environnement. On lui attribue (trop ?)

Le social learning pour booster l'engagement sur les formations en ligne. Quand un MOOC rassemble plus de 10 000 participants passionnés par le même sujet, il y a de grandes chances pour qu'ils aient des choses à s'apprendre ! Parce que leur dimension sociale est essentielle, les MOOC donnent une dimension supplémentaire à la formation digitale : c'est ce que l'on appelle le "social learning" ou apprentissage social, théorisé par le psychologue Albert Bandura dans les années 80. Un phénomène qui a quelques variantes : apprentissage par la foule, apprentissage par les pairs et apprentissage collaboratif, toutes présentes dans les MOOC de Unow. Si le digital et la multiplication des écrans ont d’abord défavorisé les échanges et la collaboration en individualisant nos rapports au travail et aux apprentissages, les outils digitaux actuels (le web 2.0) redonnent la part belle aux interactions et permettent en cela de favoriser l’émergence du social learning.

Social learning : de quoi parle-t-on ? L'apprentissage par les pairs : un facteur de réussite Richard J. Qu'est-ce que le modèle SAMR ? De quoi parle-t-on ? Le modèle SAMR (Substitution, Augmentation, Modification, Redéfinition) est un modèle théorique qui décrit les différents paliers d’intégration des technologies dans une séance de classe selon plusieurs niveaux d’efficacité pédagogique. C’est un modèle de référence en matière d’intégration du numérique dans l’éducation. Quel est son origine ? C’est un chercheur américain,Ruben Puentedura, enseignant à Harvard et spécialiste en éducation, qui est à l’origine de cette représentation théorique. Son modèle, exploité par de nombreux didacticiens, est utilisé pour décrire et situer le niveau d’intégration des technologies dans la pratique de classe.

Quelles utilisations peut-on avoir de ce modèle ? Des exemples d’intégration : Des questions à se poser : Quels sont les scénarios et les repères pour s’assurer du développement de liens pertinents entre l’éducation et le numérique ? Pour aller plus loin :