background preloader

Prix Ali Boudoukha

Facebook Twitter

Que disent les musulmanes de France. L'autre drame de l'immigration clandestine : Ces Subsahariens qui naissent à Oran. Par Mustapha Mazari, Le Quotidien d'Oran, 9 décembre 2013 Longtemps terre de transit pour les migrants dans leur quête du mirage européen et l'appel des sirènes miroitant une meilleure vie, l'Algérie est devenue ces dernières années une terre d'immigration pour les Subsahariens.

L'autre drame de l'immigration clandestine : Ces Subsahariens qui naissent à Oran

Une destination finale pour une grande partie d'entre eux. La règle du jeu. Ali est parti. Céramique Boumehdi - Articles de presse. "Le Quotidien d’ORAN daté du 11 mai 25-08-2010" L’art de la céramique ou l’école des Boumehdi Le père a ouvert la voie.

Céramique Boumehdi - Articles de presse

Les fils l’ont suivi. Le patriarche Mohamed Boumehdi , qui a quitté ce monde en décembre 2006 , a vécu de la dextérité de ses doigts et son sens du beau . Cet homme au talent modeste n’a pas basculé dans l’industrie. L’atelier de Kouba créé en 1966, c’est la ruche. C’est qu’a construit Mohamed Boumehdi , au fil de dizaine d’années de labeur , la petite entreprise familiale aujourd’hui animée par ses trois fils : Toufik , Hachemi et Rachid .

L’ainé, Toufik, est le premier disciple de son père. Encouragé par FERNAND POUILLON, Hachemi , le cadet , a lui choisi une ligne moderne , en travaillant sur le verre qui nécessite le recours à d’autres techniques que celles usitées pour la poterie et les carreaux . Le maitre a laissé faire, Hachemi animé l’atelier de verre et ca marche bien. EMPREINTES Ses empreintes sont partout . Le Quotidien d’ORAN. L'interminable feuilleton algérien d'«Orangina» L'exploitation exclusive en Algérie de la marque «Orangina» est revendiquée par Djgaguen Maâmar, directeur des établissements BGAO, par l'embouteilleur «Frères Zaâf» et la Compagnie Française des Produits Orangina (CFPO).

L'interminable feuilleton algérien d'«Orangina»

L'affaire est devant les tribunaux algériens depuis des années. De procédure en procédure, pour le moment, elle a débouché sur une solution de compromis, à savoir l'exploitation commune de la marque par les deux parties en conflit. Les frères Zaâf, embouteilleurs exploitants autorisés par «Orangina Schweppes» sont partie prenante dans les procédures judiciaires relatives à l'exploitation de cette marque de limonade «héritée de la colonisation», face à Maâmar Djguaguen des établissements BGAO.

On ne compte plus les procès dans cette affaire. Le dernier date de la fin mai. Une limonade «bien vacant» Aux portes des villes, les déracinés. Les ruraux fuient la plaine de la Mitidja. Des bidonvilles sont en train de se reconstituer. Alger correspondance Assis côte à côte sur le bord du trottoir, les deux gamins ont l'air absent.

Aux portes des villes, les déracinés. Les ruraux fuient la plaine de la Mitidja. Des bidonvilles sont en train de se reconstituer.

Eux, ce sont les étrangers. Ils habitent le quartier depuis la rentrée scolaire. Leurs copains de classe résident plus loin, à la sortie du village, mais ils ne peuvent y aller sans l'autorisation des proches qui les hébergent. Sur le trottoir d'en face, une grappe d'adolescents jouent gaiement sans faire attention à eux. "La présidence est une annexe du ministère de la Défense" « La Présidence est une annexe du ministère de la Défense » Lahouari Addi, Libre Algérie N°30, 25 octobre - 7 novembre 1999 Propos recueillis par Mabrouk Hamena.

"La présidence est une annexe du ministère de la Défense"

El Hadi Chalabi à Libre Algérie: Information, mystification et diwan des généraux. El Hadi Chalabi à Libre Algérie Information, mystifications et diwan des généraux Propos recueillis par Mabrouk Hamena, Libre Algérie, 10-23 avril 2000 Dans la plupart des cercles médiatiques locaux «politiquement corrects», mais aussi chez quelques décideurs-commanditaires, la Presse algérienne au-dessus de tout soupçon (*) , étude critique d'El Hadi Chalabi a créé un malaise sourd.

El Hadi Chalabi à Libre Algérie: Information, mystification et diwan des généraux

Il s'est manifesté par un embargo quasi total de sa sortie en librairie. Bien que limitée à quelques quotidiens, mais non des moindres, cette étude a mis a nu, à travers l'examen du traitement de quelques événements nationaux retentissants, des motivations éditoriales généralement aux antipodes des principes du journalisme et des préoccupations de la société. Libre Algérie : La Presse algérienne au-dessus de tout soupçon est paru depuis peu à Alger. De la grande discorde au pourrissement. De la grande discorde au pourrissement Mabrouk Hamena, Libre Algérie n° 56, 23 octobre - 5 novembre 2000 L'année 2000 va se terminer sans que se dégagent des perspectives sérieuses de salut national.

De la grande discorde au pourrissement

L'Etat et la nation sont toujours otages, la paix civile, aspiration collective largement partagée, n'est toujours pas au rendez-vous. Tous les souteneurs de la formule concorde civile, qui savaient que celle-ci n'était qu'un acte administratif autoritaire, font semblant de déchanter. Ils sont dans la presse, au Parlement, dans le gouvernement ou l'ont rejoint au terme des deals clientélistes habituels. Ils ont tous fait semblant d'oublier que la démarche en question a été échafaudée sur l'accord secret «AIS-pouvoir».

Mais tant pis, car elle est toujours en vigueur. Le Monde diplomatique, mars 1996.