Mobilité

Facebook Twitter

Les nouveaux concurrents du taxi. Depuis fin 2012, les chauffeurs de taxi mènent des opérations escargots dans toute la France : le transport de personnes malades, une activité très rémunératrice dans le secteur, risque de passer aux mains d'entreprises spécialisées.

Les nouveaux concurrents du taxi

Et ce n'est pas la seule raison pour laquelle ils se font des cheveux blancs. Grâce au boom des smartphones et du net 2.0, les entreprises qui trustent leur clientèle fleurissent. Elles utilisent la géo localisation et emmènent plus vite, et souvent pour moins cher, leurs passagers à bon port. Les sociétés de taxi ne restent pas les bras ballant face à cette déferlante de concurrents. Elles aussi se saisissent des outils offerts par Internet pour rendre leurs offres plus attractives. Mobilités, Ecologie, Musiques, etc.: Mobilités vertes, déplacements durables et transports. Quand l’économie du partage révolutionne le secteur automobile En cette période de Mondial de l'auto, l’univers de l’automobile célèbre un secteur en difficulté, mais où l’innovation et la nouveauté restent au cœur des préoccupations («Le Futur, maintenant !

Mobilités, Ecologie, Musiques, etc.: Mobilités vertes, déplacements durables et transports

» indique le slogan du salon). On y parle de différents sujets : le nouveau SUV de telle marque, un peu du nouveau concept car de telle autre, pas mal d’émissions de CO2, et encore de la voiture électrique. Et si la vraie tendance, en matière d’automobile n’était pas chez les constructeurs, mais chez les utilisateurs ? Pourtant, ailleurs, une mini révolution est en marche : la voiture, qui il y a peu de temps, était un bien précieux, hautement privé et objet de toutes les attentions, se partage de plus en plus, et, comble de l’audace, très souvent entre des inconnus !

Voiture & Co. « Bougez Futé !

Voiture & Co

» est une plateforme pour le grand public de services mobilité et sécurité routière (animations, formations, sensibilisation, essais et/ou prêts de véhicules, conseils…). Les transports sont les premiers consommateurs de produits pétroliers. Ils représentent à eux seuls plus de 26% des émissions de gaz à effet de serre. Ajouté à cela, l’alcool au volant est encore l’une des premières causes d’accident de la route. Comment agir pour rendre nos comportements responsables et durables ? Les questions de mobilité font partie des préoccupations quotidiennes de tout un chacun : les décisions que nous prenons aujourd’hui auront des impacts demain sur notre environnement et joueront un rôle immédiat sur notre qualité de vie et sur notre budget.

Votre mobilité est-elle adaptée à vos habitudes et besoins de déplacements ? Les plateformes de mobilité « Bougez Futé ! L’association propose des conseils et services adaptés : Une plateforme « Bougez Futé ! Insee Territoire - Une illustration des usages du recensement : les déplacements domicile-travail. Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche Liens transversaux haut Menu principal Passer le menu Thèmes Une illustration des usages du recensement : les déplacements domicile-travail Mise à jour : janvier 2013 Le recensement de la population permet d'étudier de nombreux aspects de la vie quotidienne des habitants de la France.

Insee Territoire - Une illustration des usages du recensement : les déplacements domicile-travail

Ce document présente quelques résultats nationaux et régionaux relatifs aux déplacements entre le domicile et le lieu de travail. Le mode de transport Les différences entre les régions Les différences entre zones rurales et urbaines L'influence de la distance entre le domicile et le lieu de travail Les évolutions depuis le recensement de 1999 Sommaire Résultats nationaux Résultats régionaux Accédez aux résultats de chaque région en cliquant sur la carte ci-dessous ou dans la liste des régions Liens Liens transversaux bas. WORK IN PROCESS : C'EST QUOI UN BUREAU ? A l'occasion de l'ouverture de l'exposition "Work in Process" au Pavillon de l'Arsenal , je voulais vous proposer ces quelques réflexions sur l'évolution du bureau et du monde du travail.

WORK IN PROCESS : C'EST QUOI UN BUREAU ?

Des réflexions que que vous pouvez retrouver dans l'exposition - Transit-City ayant été associé à son élaboration - mais aussi dans l'excellent catalogue de l'expo. Ce texte est aussi un petit reflet des réflexions que nous avons engagées dans le cadre de "Next Factory" sur l'évolution du monde et des lieux du travail. "Il y a une vingtaine d’années, la question du bureau était d’un abord relativement simple. Quand on parlait de bureau, on parlait d’un espace bien défini, occupé de façon claire par des salariés aux fonctions tout aussi claires, dans un cadre horaire très précis.Aujourd’hui, ce n’est plus vrai. Les smartphones, les ordinateurs et Internet ont fait exploser cette belle histoire. Deux récentes études confirment cette nouvelle porosité entre le travail et le hors travail. 1/ Taylor.

Ademe Transport. L'ADEME a mis en place fin 2007, à la demande des parties prenantes du domaine des transports, l'Observatoire Energie Environnement des Transports (OEET).

Ademe Transport

La mission de l’Observatoire est d’évaluer les émissions selon une méthodologie commune et permettre ensuite l’affichage obligatoire des émissions de gaz à effet de serre des commandes et prestations de transport, ainsi que la réalisation d’éco-comparateurs. Présidé par le professeur Yves Crozet (Université de Lyon - IEP), l’OEET est co-piloté par l’ADEME, le Ministère du Développement durable et le Centre Interprofessionnel Technique d'Etudes de la Pollution Atmosphérique (CITEPA). Il associe dans ses travaux toutes les parties prenantes du transport de marchandises et de personnes et des infrastructures de transport : associations, collectivités locales, entreprises, services de l’Etat, syndicats. Une charte mise à la disposition des participants précise les missions et les modalités de fonctionnement de l’Observatoire. Contexte et enjeux. Le secteur des transports est fortement responsable de l'accroissement de la consommation d'énergie en France, ainsi que des émissions de polluants et de gaz à effet de serre.

Contexte et enjeux

La part du secteur est en 2006 de plus de 26 % et l'on observe un quasi doublement de sa consommation depuis 1973. C'est le transport routier qui domine de manière écrasante le bilan énergétique. Il représente 80 % de la consommation d'énergie, tous modes de transport confondus. Pour son fonctionnement, le secteur des transports est dépendant à 98 % des produits pétroliers. Ceci constitue un facteur important de vulnérabilité et explique la forte contribution du secteur aux émissions de polluants issus de la combustion de produits pétroliers.

Cette hausse des consommations de carburant s'explique par : Même constat en ce qui concerne les émissions de polluants. C'est également vrai pour les émissions de gaz à effet de serre. Tous ces efforts ne sont cependant pas suffisants. L'Ademe aide cinq projets innovants à démarrer. Les Transports du Futur - Laboratoires Vivants - Living Labs. Reconcevoir la mobilité européenne auvergnate. Billet publié par Romain Thévenet dans la catégorie Tag : mobilité La Région Auvergne a été l’une des premières à prendre au sérieux la question des stages à l’étranger pour les jeunes fréquentant les lycées professionnels, les centres de formation des apprentis, les maisons familiales et rurales, les organismes de formation professionnelle continue et les missions locales.

Reconcevoir la mobilité européenne auvergnate

Depuis 2008, elle anime un réseau de "référents mobilité", des encadrants issus de ces lieux de formation et dont le rôle est d’accompagner les personnes intéressées pour effectuer un stage à l’étranger, ou les entreprises prêtes à recevoir des stagiaires étrangers. Télécharger le guide du référent mobilité Un sacré défi, qui a tout de suite séduit l’équipe encadrante de la section design (Gilles Mathé, Bertrand Gravier et Françoise Ducourtioux) qui a, dans la foulée, proposé à la 27e Région, habituée des sujets de design des politiques publiques, de les appuyer dans l’aventure. Amsterdam dépassée par le succès du vélo. Le Monde | | Par Alexandre Pouchard - Amsterdam, envoyé spécial 1 / 12A Amsterdam, chaque jour, 490 000 personnes enfourchent leur vélo et parcourent une distance totale de 2 millions de kilomètres dans cette ville qui compte plus de 400 kilomètres de pistes cyclables pour 780 000 habitantsCrédits : Alexandre Pouchard/LeMonde.fr facebook twitter google + linkedin pinterest Image précédenteImage suivante Lire le diaporama Mettre en pause Rejouer Accédez au portfolio Dix-sept heures, un jeudi comme un autre devant la gare d'Amsterdam.

Amsterdam dépassée par le succès du vélo

Sur leur voie séparée, la file de cyclistes s'allonge au fil des secondes qui défilent sur le compteur à côté du feu rouge. Trois... deux... un... feu vert ! Les autres utilisateurs des routes amstellodamoises le savent : dans les rues de la capitale néerlandaise, la "petite reine" porte bien son nom. Cette augmentation exponentielle du nombre de cyclistes pose problème au quotidien, avec des embouteillages de vélos.

Agrocarburants : des chercheurs remettent en question la filière colza - Energies renouvelables - Energies. En juin 2012, l'Organisation Mondiale de la Santé faisait trembler la filière diesel en déclarant officiellement cancérogènes les particules fines émises par les moteurs diesels.

Agrocarburants : des chercheurs remettent en question la filière colza - Energies renouvelables - Energies

L'agence IARC de l'OMS émettait même des réserves sur les effets sanitaires des améliorations techniques mises en place par l'industrie (filtres, réduction de soufre, pots catalytiques) : « Alors que les particules diminuent en nombre avec ces changements, la traduction en terme d'effets positifs sur la santé n'est pas avérée », écrivait l'IARC. Deux mois plus tard, ce sont cette fois les avantages du principal biodiesel européen sur les diesels classiques pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre (GES) qui sont remis en question. L'objectif de réduction des émissions de GES Directive sur l'énergie renouvelable : à revoir Simple polémique entre scientifiques ?

L'alimentation au secours du biodiesel Pour autant, en France l'industrie du biodiesel dispose d'autres arguments pour sa défense. ... France-Autopartage [FAP] : voitures en libre-service ! Organisateur de mobilité. Cityzen Mobility lance l'autopartage en mode taxi, Stratégies & Leadership. L’autopartage a son label. C’est officiel : après le décret du 28 février 2012 publié dans le cadre de la loi Grenelle 2 qui définissait les conditions d’attribution du label « autopartage », deux arrêtés publiés le 26 octobre dernier au Journal Officiel permettent la mise en place de ce dispositif, et les conditions d’attribution ont été modifiées par un autre décret publié le même jour.

Le dispositif est donc entré en vigueur depuis le 1er novembre. Les trois principales modifications apportées par ce décret sont : Le premier arrêté du 26 octobre fixe la composition du dossier de demande d’attribution, de renouvellement ou d’ajout de véhicules. Il établit également le modèle de la vignette qui sera apposée sur chaque véhicule labellisé. L’apposition de cette vignette sur un véhicule n’ayant pas été labellisé, ou qui ne remplit plus les conditions fixées, est puni d’une amende pouvant atteindre 150 euros. A lire également : Un décret pour le label « autopartage » Illustration : © legifrance.gouv.fr Notes. Novethic L'autopartage cherche son modèle - Transports - Environnement. Dans l'ombre du covoiturage, l'autopartage tente de trouver la formule magique.

Le principe de départ était relativement simple : une voiture particulière reste, selon les statistiques, 90 % de sa vie en stationnement. Le calcul est le suivant : plutôt que sept habitants d'un même quartier acquièrent chacun leur voiture, autant que ces sept personnes - qui ne travaillent pas toutes aux mêmes heures, certaines à proximité d'autres en périphérie, tous n'ont pas les mêmes habitudes de sortie et souhaitent réduire leur usage de la voiture - se partagent la propriété et l'usage d'une seule voiture.

Le bilan économique est positif: six voitures disparaissent ou sont évitées sur la route et chacun des sept utilisateurs revoit son usage au strict nécessaire. A partir de cette logique, des associations, puis des coopératives se sont lancées dans le développement de l'activité un peu partout en France. Nouveaux usages Simple d'utilisation, le service demande cependant de gros investissements.