background preloader

Véronique Olvadé

Facebook Twitter

Écrivain français.
Rencontre le mercredi 12 octobre à 18h30 aux Champs Libres.
"La vie comme un défi"

© Jean-Luc Bertini - Flammarion

À la rencontre des auteurs - Véronique Ovaldé / Soyez imprudents les enfants. Rentrée littéraire : rencontre avec Véronique Ovaldé. "Soyez imprudents les enfants", le nouveau roman de Véronique Ovaldé, publié aux éditions de l’Olivier, sera en librairie le 17 août.

Rentrée littéraire : rencontre avec Véronique Ovaldé

Véronique Ovaldé signe l’un de ses plus beaux textes avec Soyez imprudents les enfants. Il y a quelque chose de "La Maison aux esprits" - la fresque familiale de la chilienne Isabel Allende – dans ce récit initiatique qui suit la jeune Atanasia Bartolome sur les traces d’un peintre qui a orchestré sa propre disparition. L’héroïne, Atanasia Bartolome donc, pose trop de questions et est obsédée par le passé, Enfant maussade et curieuse, elle grandit au Pays basque, dans une Espagne à peine sortie du franquisme.

Littérature française - Soyez imprudents les enfants. Thème: Littérature française Collection: Littérature française Parution: 17/08/2016 Format: 14.6x22x2.3 cm Prix: 20,00 € EAN: 9782081389441 Alors qu'elle a 13 ans, Atanasia Bartolome a comme une révélation devant une toile du peintre Roberto Diaz Uribe.

Littérature française - Soyez imprudents les enfants

Elle découvre qu'il est un cousin de son père et souhaite savoir ce que cherche à lui dire ce peintre, qui a disparu un jour comme tous les ancêtres Bartolome. Soyez imprudents les enfants. Atanasia Bartolome, une adolescente desabusee de Bilbao, a le premier choc de sa vie devant une toile representant une femme nue du celebre peintre basque Roberto Diaz Uribe.

Soyez imprudents les enfants

Elle apprend plus tard que Diaz Uribe est le cousin germain de son pere, Eusebio, et qu'il a trahi ce dernier en le faisant arreter par les phalangistes, en 1940... Peu apres la mort d'Eusebio, Atanasia, intriguee, quitte sa mere et part pour Paris afin de rencontrer Vladimir Velevine, grand specialiste de Diaz Uribe, qui, selon lui, vivrait sur une ile comme un gourou, entoure d'hommes et de femmes qui ont tout quitte pour le suivre. Inspiree par d'autres personnages de sa famille - Feliziano Bartolome qui, au XVIIe siecle, tua l'amant de sa jeune maitresse, ou Gabriel Bartolome, denonciateur de la sanglante colonisation francaise en Afrique -, Atanasia decide de retrouver Diaz Uribe...

Soyez imprudents les enfants, de Véronique Ovaldé. L’histoire d’Atanasia Bartolome pourrait donc avoir débuté, me disais-je, lors de la grande exposition de 1983 au musée d’Art et du Patrimoine de Bilbao.

Soyez imprudents les enfants, de Véronique Ovaldé

Je pourrais écrire que cette exposition avait marqué un tournant, mais ce ne serait pas assez fort puisque juste avant cette exposition tout était immobile et pétrifié, et pour marquer un tournant il eût déjà fallu être en marche. Cela faisait trois ans que l’on attendait le nouveau roman de Véronique Ovaldé, qui au passage a changé d’écurie et publie désormais chez Flammarion, ce qui ne m’arrange pas d’ailleurs pour mon classement de bibliothèque, mais enfin bon, là n’est pas l’essentiel.

Atanasia Bartolome a 13 ans lorsqu’en visite avec sa classe au musée de Bilbao, elle tombe en arrêt devant un tableau de Roberto Diaz Uribe, Angela 61-XI, tableau qui va se mettre à l’obséder — tout comme le peintre, dont on n’a plus de nouvelles depuis de nombreuses années. Soyez imprudents, les enfantsVéronique OVALDÉ Flammarion, 2016. "Soyez imprudents les enfants" : un roman débridé signé Véronique Ovaldé.

"Soyez imprudents les enfants !

"Soyez imprudents les enfants" : un roman débridé signé Véronique Ovaldé

" Plus qu'un conseil, une recette de la magicienne Véronique Ovaldé, l'une des (rares) romancières françaises à posséder un don tout hispanique de conteuse prolifique. Ce roman à tiroirs débute dans l'Espagne post-franquiste du début des années 80. Dans la cité (imaginaire) d'Uburuk, "ville modèle" qui vit sous la férule d'un mini Caudillo, Atanasia Bartolome, 13 ans, étouffe et s'impatiente. "Sa peau était bleutée, d'une transparence maladive, épuisée, sexuelle" Soyez imprudents les enfants, Véronique Ovaldé. Fillette mélancolique avec une sévère propension à saigner du nez, Atanasia Bartolome quitte brusquement l'enfance lorsqu'elle découvre la peinture de Roberto Diaz Uribe, un matin de juin 1983, au musée de Bilbao. « Atanasia avait 13 ans.

Soyez imprudents les enfants, Véronique Ovaldé.

Un âge pour les énigmes », précise Véronique Ovaldé, mettant en scène son héroïne bouche bée devant un tableau où figure une femme nue dans un décor de carrelage bleu. La gamine veut en savoir plus sur cet artiste qui a soigneusement orchestré sa disparition.