background preloader

Velibor Čolić

Facebook Twitter

Écrivain bosniaque.
Rencontre le samedi 12 novembre à 15h30 aux Champs Libres.
"Douce France"

© C. Helie Gallimard

Velibor Colic - Manuel d'exil. Manuel d'exil : l'Europe buissonnière. Manuel d'exil : l'Europe buissonnière. Velibor Colic à l’école buissonnière de l’exil. Adieu Kafka et Dostoïevski, bonjour foyer des demandeurs d’asile.

Velibor Colic à l’école buissonnière de l’exil

Né en Bosnie en 1964, Velibor Colic arrive à Rennes en 1992 avec le statut de déserteur d’une guerre et d’une armée bosniaque dans lesquelles il a été enrôlé. Il a lâché l’AK-47 après qu’une petite fille de 7 ans qu’il connaissait fut tuée par un sniper sous ses yeux. Il a beau clamer qu’il est «le plus grand espoir de la littérature contemporaine yougoslave» à ceux qui lui demandent de remplir des papiers, encore des papiers, et d’apprendre le français en se concentrant des semaines entières sur une seule phrase («Où est la poste ?»)

, rien n’y fait, on ne l’écoute pas et c’est à peine si on le voit. Boulots. «Douaniers». Virginie Bloch-Lainé. Le manuel d'exil de Velibor Čolić. Velibor Colic, l’« illettré » qui visait le Goncourt. LE MONDE DES LIVRES | • Mis à jour le | Par Virginia Bart Manuel d’exil.

Velibor Colic, l’« illettré » qui visait le Goncourt

Comment réussir son exil en trente-cinq leçons, de Velibor Colic, Gallimard, 208 p., 17 €. Lors de son premier cours de français, Velibor Colic dut détailler son « projet en France ». Il écrivit « Goncourt », mais sa professeure lut mal : « Quel concours ? », lui demanda-t-elle. « Je n’ai pas écrit “concours” mais “Goncourt”. » Et l’enseignante de conclure : « Alors, bonne chance, mais, en attendant, vous êtes un parfait illettré en français. » Relatée dès les premières pages, l’anecdote résume à elle seule le ton et le sujet de ce Manuel d’exil. Alternant poésie sombre et douce ironie, ce roman d’inspiration autobiographique – « briques de vérité scellées par le ciment de la fiction » – est le manifeste d’une ambition folle et d’une foi inébranlable en la littérature. « Manuel d’exil » de Velibor Colic, retrouver l’humanité - La Croix. Ancien réfugié bosniaque, le romancier Velibor Colic raconte les étapes de son intégration, par l’apprentissage de notre langue et l’abandon de son passé. • Manuel d’exil.

« Manuel d’exil » de Velibor Colic, retrouver l’humanité - La Croix

Comment réussir son exil en trente-cinq leçons, Velibor Colic, Gallimard, 210 p., 17 euros À la fin de l’été 1992, après une longue traversée de l’Europe, Velibor Colic, 28 ans, intellectuel, écrivain, déserteur de l’armée bosniaque, arrive chez nous avec, pour tout bagage, trois mots de français : Jean, Paul et Sartre. Quand il pose son sac, la grande question, vertigineuse, s’ouvre devant lui. Et maintenant ? Je n’ai plus de nom, je ne suis plus ni grand, ni petit, je ne suis plus fils ou frère. « Manuel d'exil » de Velibor Čolić, récit ironique d'un ancien migrant. « Ne pas manger, avoir froid, ça va », témoigne Velibor Čolić. « Le plus difficile a été la langue.

« Manuel d'exil » de Velibor Čolić, récit ironique d'un ancien migrant

J'avais 28 ans, j'avais déjà publié trois livres en serbo-croate et je me suis retrouvé illettré. » L'écrivain publie un nouvel ouvrage, Manuel d'exil (Gallimard), ce mercredi. Le roman de 180 pages sous-titré « Comment réussir son exil en trente-cinq leçons » dépeint de manière ironique le parcours d'un demandeur d'asile en France. Velibor Čolić a conduit des ateliers d'écriture en Bretagne, où il vit aujourd'hui, et prend le temps de raconter son histoire aux élèves et au public qu'il rencontre.Expérience qu'il « ne conseille à personne » « Tôt ou tard tu finiras à Paris, tous les migrants un jour arrivent à Paris. » À l'heure de la crise des réfugiés, la prédiction faite en 1992 à Velibor Čolić résonne avec une actualité ironique.

Il vient de quitter la Bosnie en pleine guerre et se retrouve dans un pays dont il ne comprend pas les codes. « Êtes-vous francophone ? Manuel d'exil.