background preloader

Sorj Chalandon

Facebook Twitter

Écrivain et journaliste français.
Rencontre le samedi 24 octobre 2015 à 15h30 aux Champs Libres.
"Enfances"

« Profession du père » de Sorj Chalandon (Grasset) - 18/09/2015 - News et vidéos en replay - Un livre un jour. "Profession du père" : voyage en "absurdie" Sorj Chalandon n'en finit pas d'ouvrir ses valises pour en extraire une matière littéraire de plus en plus forte, après les guerres qu'il a couvertes comme journaliste, l'Irlande, le Liban, voilà son passé intime, celui d'un enfant dont le père est un psychopathe violent, mythomane. Il module son style en fonction de l'âge du personnage du fils, défi réussi et on est absorbé, fasciné, par la folie de ce père qui s'invente mille vies, la mère est passive, battue elle aussi et, comme le petit Emile, on y croit. Une nuit, dans un appartement sans âme du Lyon des années 50, ce père dont le fils est incapable de dire la profession à chaque rentrée scolaire, réveille Emile transis de froid pour lui annoncer qu’à partir de cet instant il est un soldat, que son père est dans une organisation secrète qui a besoin de lui pour assassiner le général de Gaulle.

"Profession du père" de Sorj Chalandon c'est chez Grasset. Profession du père © Grasset. Dans Profession du père Sorj Chalandon transfigure l’absence d’amour. On n’imaginait pas trouver Sorj Chalandon dans le registre du récit familial d’une enfance broyée et martyrisée. Même après son premier ouvrage « Le Petit Bonzi », publié il y a maintenant dix ans et qui traitait déjà de l’enfance, celle d’un petit garçon bègue dans les années soixante. On pensait plutôt que l’ancien journaliste de Libération poursuivrait les traces de ses romans, au succès immense et mérité, s’appuyant sur des lieux ou des événements qu’il a connu comme reporter ; à l’image de ses deux exceptionnels ouvrages traitant de la guerre civile en Irlande (« Mon traître » et « Retour à Killybegs ») ou de son dernier roman de nombreuses fois récompensé « le quatrième Mur » situé au Liban.

D’emblée, on devine que l’on va pénétrer dans le domaine de l’intime, du souvenir, du « je ». Et l’on prend tout de plein fouet. Les phrases vous tapent dans le ventre, vous empêchent de respirer. C’est qu’il frappe fort le père avec ses poings, mais aussi avec ses mots. "Profession du père", le coup de cœur de la rentrée littéraire. Sorj Chalandon, Profession du père - Littérature. Sorj Chalandon dans l'impasse du père - Les Echos. Accueil En dix ans, Sorj Chalandon, ancien grand reporter à « Libération », aujourd'hui au « Canard enchaîné », aura livré, en comptant celui-ci, sept (...)(...)

Cet article est réservé aux abonnés, pour en profiter abonnez-vous. Et aussi sur les Echos Les articles à la une Europe DIRECT Réfugiés : Merkel "a réagi avec retard", selon Sarkozy Nicolas Sarkozy a estimé mardi devant les députés Les Républicains qu'Angela Merkel avait fait avec "huit jours de retard" ce que son parti réclamait. Réfugiés : Berlin met la pression Selon Thomas de Maizière, le ministre allemand de l'Intérieur, l'Union européenne doit réfléchir aux moyens de faire pression sur les Etats membres qui... High tech France Télévisions table sur un déficit de 50 millions d'euros... Dans une lettre adressée aux administrateurs de France Télévision, Delphine Ernotte évalue le déficit prévisionnel pour 2016 à 50 millions d'euros. à lire également sur les echos Recommandé par Les articles les plus lus.

"Profession du père", le roman bouleversant d'une folie familiale par Sorj Chalandon. L'histoire : elle se déroule dans les années 60, jusqu'à aujourd'hui et commence quand Émile a 12 ans. Le garçon vit avec son père et sa mère dans une ville de province (qui n'est pas nommée). Le père est un héros. Il a été champion de judo, parachutiste, footballeur, espion, et même conseillé particulier du général de Gaulle. Émile a aussi un parrain. Un espion américain, héros de la seconde guerre mondiale, l'ami de son père, qui doit venir en France pour rejoindre l'OAS et rendre l'Algérie à la France… Émile est à la fois fasciné et fier.

La "maison de correction" Un père héroïque, donc. Émile encaisse les coups. Conte de la folie extraordinaire Sorj Chalandon a attendu la mort de son père pour écrire ce livre. Chez Chalandon le récit est aussi écrit à la première personne, mais par la voix d'un personnage : Émile, 12 ans. L'émotion dans le frottement des mots Le romancier transcrit avec une justesse bouleversante le regard de l'enfant sur une situation qu'il ne peut pas comprendre.

Profession du père : Le livre-blessure de Sorj Chalandon. Sorj Chalandon mitraille ses phrases à cadence rapide. Au bout d’une page on respire mal. On a besoin, comme les asthmatiques, d’un sirop miracle. Mais ce n’est pas le rythme qui étrangle. C’est la peur. « Ce n’était pas un asthme d’effort, mais un asthme d’effroi. » Pour sauver sa vie, Emile Choulans, 12 ans, est toujours prêt à prendre une gorgée de son médicament d’asthmatique et toujours prêt à protéger son visage de son bras replié.

Un soir, le père, qui d’ordinaire prend toute la place dans le canapé, l’oblige à regarder la télé assis à ses cotés. . « Profession du père » porte bien son nom : « Mon père disait qu’il avait été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d’une Eglise pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général De Gaulle jusqu’en 1958. Si potion magique il y a, elle est là : la littérature sonde les zones troubles de l’Histoire, avec un grand H, et soutire l’inexprimable, l’insondable des histoires en minuscules.

Rentrée littéraire : Sorj Chalandon a tué le père. Profession du père | Editions Grasset.