background preloader

Magyd Cherfi

Facebook Twitter

Ma part de Gaulois" - A lire, absolument. Belle écriture, enlevée, sans concessions.

Ma part de Gaulois" - A lire, absolument.

Pour personne. La banlieue, et ce qui l'entoure, vu par les yeux, et surtout la plume, d'un "indigène" qui est le premier dans sa cité de la banlieue toulousaine à passer son bac. On est en 1981. Magyd Cherfi raconte, décrit, de l'intérieur la préhistoire du mur que la France a construit sur son territoire. Ce que les politiques sont incapables de faire et même de simplement dire, les écrivains le sentent et l'écrivent. A lire absolument. Ma part de Gaulois Magyd Cherfi Actes Sud Extrait “Dire que j’écris me gêne, complexe d’ancien pauvre, d’ex-fils-d’immigré, d’épisodique schizophrène car j’suis devenu français.

«Ma part de gaulois» - 3 questions à Magyd Cherfi. Vous écrivez : « l'exception française c'est d'être Français et de devoir le devenir ».

«Ma part de gaulois» - 3 questions à Magyd Cherfi

Que voulez-vous dire? Je veux dire que dans la rue française, on considère « l'arabe » ou « le noir » comme un immigré, un sans-papiers, un clando, quelqu’un d'ailleurs. Autrement dit, quand on est brun ou noir, on est assigné à « l'ailleurs », tandis que dans la rue américaine, un noir est certes noir mais il est Américain, même dans l'œil du raciste.

Ainsi, même contesté, il est assimilé à un citoyen américain. En France, l'évidence est à la couleur de peau et à l’apparence. Au fond, les questions à se poser sont multiples : qui est Français ? Vous écrivez : « le bac est une anecdote pour le blanc et un exploit pour l'indigène ». Bien sûr que tout ça s'est amélioré ! Obtenir son bac c'était passer à l'ennemi. Oui. Je reproche la fébrilité de la valeur "République". Magyd Cherfi : "J’ai pris des baffes parce que j’étais un bon élève". Ma part de Gaulois de Magyd Cherfi – une pause littéraire. Ouvrage lu dans le cadre des Explorateurs de la rentrée littéraire, évènement organisé par le site www.lecteurs.com On peut dire que Magyd Cherfi a toujours eu l’écriture dans le sang.

Ma part de Gaulois de Magyd Cherfi – une pause littéraire.

Dès son plus jeune âge, écrire a été pour lui un jeu, une manière d’explorer le langage et la parole, d’exprimer des sentiments, qu’ils soient réels (de préférence) ou imaginaire, et d’entamer un jeu aux possibilités infinies. Parolier du groupe Zebda, il fut à l’origine du texte de leur plus célèbre chanson, Tomber la chemise, dont le refrain, entêtant, entraînant, résonne encore dans nos têtes. C’est en se tournant vers la littérature, au début des années 2000, que Magyd Cherfi, grand admirateur de Madame Bovary, parvient à assouvir sa passion, tout en questionnant sa véritable identité.

Son nouvel ouvrage, Ma part de Gaulois, publié aux éditions Actes Sud, revient sur son enfance et son adolescence et sur cette quête inlassable dont l’écho résonne toujours, de nos jours, dans les quartiers. J'aime : Magyd Cherfi - Ma part de gaulois. Site officiel de Magyd Cherfi. Et pan !

Site officiel de Magyd Cherfi

“Parle bien ta race”, qu’ils disaient. Mais parler mal et faire semblant de mal conjuguer me coûtait plus que tout. — Dis-le, le mot ! — Hein ? — Dis : le con de ta mère. — Non ! Je peux pas. Obéir, c’était plaire et je guettais la main tendue, saisir n’importe quoi plutôt qu’une chute sans personne pour s’émouvoir. J’obéissais, ne trouvant pas à cet âge matière à contestation. “Si tu comprends pas, fais semblant !” Ainsi j’ai appartenu à dix familles, je n’ai pas eu “le prof” mais plein de ces érudits qui ont tous fini dans mon escarcelle, soudés à ma volonté d’en être.

À l’heure des convocations parentales, ils étaient pétrifiés du peu de mots, du degré zéro de l’échange et pratiquaient la chanson de geste comme s’ils avaient des sourds en guise d’interlocuteurs. Magyd Cherfi se raconte dans "Ma part de Gaulois"