background preloader

Ivan Jablonka

Facebook Twitter

Écrivain français
Rencontre le samedi 15 octobre à 15h30 aux Champs Libres.
"Laetitia, entre fait divers et fait social : une vie"

« Laëtitia ou la fin des hommes» par Ivan Jablonka. Le fait divers est un objet d’histoire - France 3 Pays de la Loire. C’est un homme affable qui nous accueille chez lui dans le 20ème arrondissement de Paris.

« Laëtitia ou la fin des hommes» par Ivan Jablonka. Le fait divers est un objet d’histoire - France 3 Pays de la Loire

Son appartement est perché au 8ème étage. Les murs sont tapissés de livres, de photos et de dessins d’enfants. Il nous propose d’emblée des cookies cuisinés la veille avec ses filles. Ivan Jablonka est un papa et le meurtre de Laëtitia l’a bouleversé en tant que père mais aussi en tant que citoyen, historien, chercheur en sciences sociales. Laëtitia d’Ivan Jablonka : le portrait d'une victime. Laëtitia d’Ivan Jablonka aux éditions du Seuil.

Laëtitia d’Ivan Jablonka : le portrait d'une victime

Nicolas Carreau a lu ce weekend un livre-enquête sur un fait divers. En tout cas, c’est ce qu’il pensait. Il s’agit de Laëtitia de l’historien et écrivain Ivan Jablonka. Laëtitia, c’est Laëtitia Perrais, assassinée dans des circonstances particulièrement horribles en janvier 2011. Ivan Jablonka enquête dans 'Laëtitia ou la fin des hommes' - Le Grand Journal du 13.09. Meurtre de Laëtitia Perrais : Ivan Jablonka en quête de vérité. Le romancier s'empare du meurtre de Laëtitia Perrais.

Meurtre de Laëtitia Perrais : Ivan Jablonka en quête de vérité

Un fait divers qu'il transforme en une passionnante réflexion sur la violence sociale et le malaise français. Est-ce un travail d'historien? De sociologue ? Avec “Laëtitia ou la fin des hommes", Ivan Jablonka dresse une histoire de la violence. "Mon livre n'aura qu'une héroïne : Laëtitia." Ivan Jablonka. On n'écrira plus le fait-divers comme avant grâce à Ivan Jablonka.

"Mon livre n'aura qu'une héroïne : Laëtitia." Ivan Jablonka

Entre l’essai et le récit, dans une enquête précise et sensible, Ivan Jablonka retrace l’histoire de Laëtitia sauvagement assassinée par un délinquant violent, poly-toxicomane et multirécidiviste. Le crime a ému la France entière, jusqu’à l’Élysée et Nicolas Sarkozy qui s’en est mêlé et a déclenché une grève mémorable des juges. "De son vivant, Laëtitia Perrais n’a intéressé aucun journaliste, aucun chercheur, aucun homme politique. «Laëtitia», le corps du délire. Cmmnt prsntr Lëtt Prrs, l jn fll q l’hstrn vn Jblnk cnscr sn nv lvr ?

«Laëtitia», le corps du délire

Ll st l vctm d’n ft dvrs, l n ft l’hrïn d sn rct. ll n’ ps d’tr xstnc q s mrt trc, l s’ttch cntrr l rdnnr n v, lrs q’l st pls frqnt d s’ntrssr x mrtrrs. l «ms d l cntnt l plc d l dchrr», crt-l trm d Lëtt l fn ds hmms , cmm l sggèr l jqtt nr ss lqll l’vrg st vnd, Lëtt tt crt. Qnd l drss n prmr crrr Ccl d lvr, l’vct d Jssc, l sœr jmll d Lëtt, fn d dfndr sn prjt, vn Jblnk vq s prcdnt nqêt, Hstr ds grnds-prnts q j n’ ps s (Sl, 2012) : «Cmm pr ms grnds-prnts, l s’gt d’n hmmg, ms ss t srtt d’n qêt d jstc t d vrt.» l s tndr c prgrmm. nfnc chtq Lëtt Prrs dsprît ntr l 18 t l 19 jnvr 2011, n bndnnnt sn sctr ccdnt cnqnt mètrs d chz ll.

Laëtitia ou la fin des hommes, d'Ivan Jablonka : «je suis un écrivain en sciences sociales» INTERVIEW - D'un fait divers, l'historien Ivan Jablonka fait une œuvre littéraire hors norme, succès de la rentrée.

Laëtitia ou la fin des hommes, d'Ivan Jablonka : «je suis un écrivain en sciences sociales»

Laëtitia n'est ni un essai ni un roman, c'est un grand livre inclassable qui rend joie et vie à une jeune fille de dix-huit ans, Laëtitia Perrais, assassinée près de Nantes, en 2011. Ivan Jablonka mêle à la rigueur de l'enquête historique l'émotion de la quête personnelle. A travers "Laëtitia ou la fin des hommes", Ivan Jablonka ausculte la société française. Lemonde.fr. LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Eric Loret « La poésie est chose plus philosophique et noble que l’histoire, car elle dit le général, tandis que l’histoire dit le particulier. » C’est en suivant cet avis aristotélicien que Le Monde a attribué son quatrième prix littéraire au livre d’Ivan Jablonka, Laëtitia ou la fin des hommes (Seuil, « La librairie du XXIe siècle »), essai de sciences sociales, fondé sur des « fictions de méthode » et explorant les limites de l’humanité par la figure d’une jeune fille transformée en fait divers.

lemonde.fr

Lire le compte rendu de « Laëtitia ou la fin des hommes » : Sangs d’encre : Jablonka, Liberati, Cobert Ivan Jablonka, quel regard l’historien que vous êtes porte-t-il sur les prix littéraires ? L'affaire Laëtitia Perrais. Par Jacques Pradel , Margaux Agnès Rappel des faits En janvier 2011, un sordide fait divers fait la une de l'actualité.

L'affaire Laëtitia Perrais

Laëtitia Perrais, 18 ans, disparaît près de Pornic, en Loire-Atlantique. Les enquêteurs mettent rapidement la main sur son ravisseur : un certain Tony Meilhon, sorti de prison un an auparavant. Le corps démembré de la jeune femme ne sera retrouvé que plusieurs semaines plus tard. La sélection livres du « Monde » Cette semaine après avoir bien regardé tout ce que la rentrée littéraire nous avait apporté, nous avons sélectionné deux romans et deux essais.

La sélection livres du « Monde »

Quatre publications à la tonalité certes sombre mais qui n’en restent pas moins passionnantes. ROMAN. « Au commencement du septième jour », de Luc Lang. Laëtitia, un prénom pour mémoire. De longue date, pour des raisons plus ou moins sordides, le fait divers inspire les romanciers.

Laëtitia, un prénom pour mémoire

C'est de nouveau le cas en cette rentrée littéraire avec l'historien et écrivain Ivan Jablonka qui revient sur les circonstances du meurtre sauvage de Laëtitia Perrais, 18 ans, en janvier 2011 à Pornic (Loire-Atlantique). Le livre s'ouvre sur un premier courrier à l'adresse de Cécile de Oliveira, l'avocate de Jessica, sœur jumelle de Laëtitia, afin de défendre son projet. Jablonka entame un compte rendu minutieux de l'enquête, poursuit par l'analyse du fait social et de son retentissement médiatique et politique.

À Mme D. Conil, critique de "Laetitia", Ivan Jablonka, 27/8/16. Dans l'introduction à votre critique du livre d'Ivan Jablonka "Laetitia", vous faites allusion à l'un de ses livres précédents, "les grands parents que je n'ai pas eu", sans citer son titre d'ailleurs. Vous écrivez entre parenthèses: ils abandonnèrent leurs jeunes enfants pour les sauver… Ce faisant, vous laissez croire qu'il s'agit là du thème du livre. Nous sommes scandalisés par l'utilisation que vous faites du mot "abandon", utilisation contraire en tous points à l'essence même de ce livre. En effet, Mates et Idessa, arrêtés par la police française parce que juifs, arrachés à leurs enfants, ont eu le réflexe magnifique de se déclarer sans enfants. Cela ne ressemble en rien à ce qu'on appelle un abandon, mais c'est la tentative de préserver leurs petits d'une arrestation; car à cette époque, on arrêtait au nom des lois raciales de Vichy, des enfants en bas âge!

Les mots ont un sens, Mme la Critique, et "mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde" (Albert Camus). Le tourment de Laëtitia - La Croix. Enquête mêlant littérature et sociologie, le livre d’Ivan Jablonka est un portrait sensible de Laëtitia Perrais et une photographie de la France des années 2010. Laëtitia ou la fin des hommes d’Ivan Jablonka. "Laëtitia ou la fin des hommes", d'Ivan Jablonka.

Laëtitia ou la fin des hommes, Ivan Jablonka. Se tenant résolument aux côtés d'une jeune fille martyrisée pour en retracer le destin, l'auteur livre bien plus que l'analyse détaillée d'un fait divers. « Je me suis dit que raconter la vie d'une fille du peuple massacrée à l'âge de 18 ans était un projet d'intérêt général, comme une mission de service public », écrit l'historien Ivan Jablonka dans Laëtitia ou la fin des hommes. Comment donc appeler cette saisissante analyse d'un sordide fait divers de janvier 2011, strictement décrit et aux commentaires d'une subtilité historique, sociale, politique constamment fraternelle ? Ni polar, ni récit historique, essai socio-politique, ou oraison funèbre, l'admirable livre est tout à la fois.

A l'image d'Histoire des grands-parents que je n'ai pas eus (1) , où Jablonka enquêtait sur ses aïeux polonais, juifs, communistes, disparus à Auschwitz ; retrouvait à travers eux une autre mémoire des camps. Ivan Jablonka détaille jour par jour la longue enquête pour les retrouver.