background preloader

Boualem Sansal

Facebook Twitter

Écrivain algérien.
Rencontre le mercredi 23 septembre 2015 à 18h30 aux Champs Libres.
"Croyances : regards croisés"

2084, la fin du monde, de Boualem Sansal : la victoire de l’islam. Voici un livre que tout le monde devrait lire et en particulier les hommes politiques et les journaleux.

2084, la fin du monde, de Boualem Sansal : la victoire de l’islam

Mais ils ne le feront pas. D’abord parce qu’ils ne savent plus lire autre chose que des rapports en langue de bois vermoulu, ensuite parce qu’ils détestent la réalité et enfin parce que, sans doute par crainte d’une guerre civile, ils font la promotion de l’islam : amitiés avec l’Arabie Saoudite et le Qatar, fournitures d’armes aux rebelles syriens, accord avec l’Iran, construction de mosquées à la place de commissariats de police. Le 1984 d’Orwell, fortement inspiré par les régimes nazi et soviétique, décrivait un régime totalitaire. 2084 – La fin du monde – de l’écrivain algérien Boualem Sansal revendique clairement cette référence.

La dystopie d’Orwell est toujours en cours. Mais en ce début de XXIe siècle, ce totalitarisme rencontre sur sa route un système plus puissant que lui : l’islam. Comme l’univers de 1984, celui de 2084 paraît perpétuellement en guerre (sainte). Boualem Sansal 2084. "2084, la Fin du monde" de Boualem Sansal (Gallimard) Boualem Sansal : "2084. La fin du monde" Le choc Boualem Sansal. 2084, Boualem Sansal (2ème article) Il convient d’être honnête même dans la dithyrambe : ce roman, où se cristallisent des thèmes déjà évoqués par son auteur dans le reste de son œuvre, tant romans qu’essais, est lui-même l’héritier des romans précités, ces contre-utopies et autres romans sur le totalitarisme.

2084, Boualem Sansal (2ème article)

2084 La fin du monde, Boualem Sansal. Il y a longtemps, me suis-je dit, à la lecture des premières pages de 2084 la fin du monde, que je n’ai éprouvé ce plaisir jubilatoire et égoïste d’avoir sous les yeux un grand livre.

2084 La fin du monde, Boualem Sansal

Mais comme nous le scande la publicité : ça, c’était avant… Avant de parachever la lecture de cette fable orwellienne sur fond de goulag islamiste. 2084 de Boualem Sansal n’est pas, loin s’en faut, le clone de 1984 de Georges Orwell. En cheminant avec un personnage quelque peu naïf, Ati, nous pénétrons dans l’Abistan, une chape de plomb quasi planétaire où le temps et le Verbe, le Logos, sont figés depuis sa création fictive.

Un an zéro surgi de guerres totales et nucléaires pour vaincre l’Ennemi, l’infidèle, le non-croyant en Yölah dont Abi est le prophète, surnommé populairement Bigaye/Big Eye, une référence au Big Brother de Georges Orwell. Ce musée est aussi l’illustration d’une volonté d’annihiler le passé afin de mieux soumettre les peuples et réduire à néant leur diversité. Boualem Sansal : « Moi, j’ai plutôt l’habitude d’être traité de tous les noms… » Boualem Sansal: "Il n'y a aucune réflexion sur l'islam dans le monde arabe" La vie d’une population soumise, en 2084, à Abi, prophète de l’Abistan, empire où toute pensée est bannie, où l’amnésie s’est imposée et où la langue témoigne de cette mutation.

Boualem Sansal: "Il n'y a aucune réflexion sur l'islam dans le monde arabe"

Le personnage central, Ati, met en doute les certitudes imposées. Un futur que l’auteur présente comme « une hypothèse ». C’est aussi une caricature poussée à l’extrême, au style goguenard qui assure sa réussite. Comme dans une fable, le lecteur se laisse porter par la logique absolue de cette fiction où les clés sont offertes. La réflexion sur la langue est particulièrement poussée comme dans l’extrait choisi ci-dessous, à l’image de la "novlangue" de "1984", de George Orwell, dont une nouvelle édition vient d’être publiée dans la collection Folio Plus classiques, complétée par un dossier pédagogique d’Olivier Rocheteau.

Un extrait (p. 238) : « Musée ? 2084 la fin du monde : Mi-fable mi-conte sur un pays imaginaire - Video. Ce que Boualem Sansal, auteur de "2084", nous dit de la France et de l'Algérie. Il marque cette rentrée littéraire avec son livre « 2084 ».

Ce que Boualem Sansal, auteur de "2084", nous dit de la France et de l'Algérie

L’auteur algérien Boualem Sansal fait sciemment référence au « 1984 » d’Orwell et à son paradigme catastrophiste. L’écrivain invente un régime religieux totalitaire, en un pays baptisé Abistan. Toute prophétie ou ressemblance avec la réalité ne seraient que fortuites. Michel Houellebecq s’est empressé de dire que ce livre était « bien pire » que son controversé « Soumission ». Et Boualem Sansal de répondre que chacun peut y voir ce qu’il souhaite, mais qu’il a de son côté travaillé de manière quasi « scientifique », froide -sans évoquer une religion en particulier noterons-nous par ailleurs. Boualem Sansal sur France Inter ce mardi 8 septembre : Cette sortie remarquée est l’occasion de republier la tribune que l’écrivain avait rédigée pour Rue89Lyon, à la veille de son passage à la Villet Gillet en janvier dernier.

"2084. La fin du monde", le livre choc de Boualem Sansal. "Si tu parles, tu meurs.

"2084. La fin du monde", le livre choc de Boualem Sansal

Si tu ne parles pas, tu meurs. Alors, parle et meurs", disait l'écrivain et journaliste Tahar Djaout, quelques jours avant d'être assassiné par les islamistes. Boualem Sansal, 66 ans, n'a pas le goût du martyre, mais se taire serait à ses yeux "une forme de suicide". Depuis 1999 et Le Serment des barbares, où ce cadre du ministère de l'Industrie s'insurgeait contre les porteurs de ténèbres, l'homme à la queue-de-cheval n'aura cessé de livrer un combat contre les obscurantismes. La preuve par deux en cette rentrée 2015 avec 2084. >> Retrouvez tous nos articles et critiques sur la rentrée littéraire C'est à Boumerdès, à une cinquantaine de kilomètres d'Alger, que l'écrivain algérien continue de promener son "sourire quasi bouddhique", ainsi qualifié par son éditeur Jean-Marie Laclavetine, dans la préface du recueil.

Tourner le dos à la prudence. Avec 2084, l’écrivain algérien Boualem Sansal révisite 1984. Victor De Sepausy - 21.08.2015 L’écrivain algérien Boualem Sansal publie en français 2084, la fin du monde (272 pages, 19,50 €) chez Gallimard à l’occasion de la rentrée littéraire.

Avec 2084, l’écrivain algérien Boualem Sansal révisite 1984

Pour cet auteur de 66 ans qui habite pas très loin d’Alger, c’est l’occasion d’offrir à ses lecteurs une vision totalitaire du futur, rapporte l’AFP. En faisant dès le titre écho au célèbre roman 1984 de Georges Orwell, Boualem Sansal présente l’arrivée de l’islamisme au pouvoir durant les décennies qui arrivent comme une inéluctable conséquence de la mondialisation qui est aujourd’hui à l’œuvre. Pour Boualem Sansal, face à l’écrasante puissance financière du modèle économique occidental, un système totalitaire a vu le jour pour s’opposer à l’effacement progressif de toutes les cultures en place à travers le monde. Boualem Sansal : du totalitarisme de Big Brother à l'islamisme radical. FIGAROVOX/ GRAND ENTRETIEN - Dans son nouveau livre, 2084, La fin du monde, Boualem Sansal imagine l'avènement d'un empire planétaire intégriste.

Boualem Sansal : du totalitarisme de Big Brother à l'islamisme radical

L'auteur redoute la montée en puissance de l'islamisme dans une version «totalitaire et conquérante». Boualem Sansal est un écrivain algérien censuré dans son pays d'origine à cause de sa position très critique envers le pouvoir en place. Son dernier livre 2084, la fin du monde vient de paraître au éditions Gallimard. PROPOS RECUEILLIS PAR ALEXANDRE DEVECCHIO @AlexDevecchio Votre nouveau livre s'intitule 2084 en référence au 1984 de George Orwell.

Boualem Sansal. Extrait de : 2084 : La fin du monde. "Comment les convaincre quand ils sont convaincus que leur place au paradis est retenue et les attend comme une suite dans un palace ?

Boualem Sansal. Extrait de : 2084 : La fin du monde

"s'interroge Ati, le personnage central de cette parabole sardonique et désespérée. Boualem Sansal s'en prend aux ravages des religions lorsqu'elles se radicalisent. Il fallait bien du talent, et un certain courage, pour moquer par le roman "la foi sans questions".... Contre la surveillance généralisée, et surtout, contre la bêtise, une grande voix s'élève près d'Alger. Pour lui rendre hommage, Gallimard publie simultanément dans sa collection "Quarto" l'œuvre romanesque de Boualem Sansal de 1999 à 2011.

À suivre. Ati avait perdu le sommeil. Puis la nuit arrivait, elle tombait si vite dans la montagne qu’elle désarçonnait. On ne sait pas les raisons de ces restrictions. La guerre fut longue, et plus que terrible. . © Gallimard 2015 © Photo : C. La fin du monde selon Boualem Sansal. Le rendez-vous culturel quotidien de RFI à 13h10 TU sur l'antenne monde et Paris, et à 23h10 TU sur l'antenne Afrique.

La fin du monde selon Boualem Sansal

Musique, cinéma, littérature, expositions, spectacle vivant, photographie, gastronomie… Du lundi au vendredi, 47 minutes de rencontres en tous genres en France et dans le monde pour exciter nos 5 sens et partager le bonheur d’être ému. Une émission présentée par Jean-François Cadet et réalisée par Laurence Allanic, avec le concours de Maysa Costache et Baptiste Antoine. 2084: l'empire intégriste selon Boualem Sansal. L'écrivain algérien Boualem Sansal met l'islamisme au pouvoir dans "2084" 2084. Boualem Sansal : le kamikaze. Fin août, dans sa maison de Boumerdès, sur la côte algérienne, Boualem Sansal se prépare à recevoir de sempiternelles lettres d’insultes et d’ennuyeuses menaces.

«Chaque fois que je sors un livre, dit-il au téléphone, ça pleut dans ma boîte aux lettres. J’en reçois trois ou quatre par jour, pendant un mois, le temps que la presse algérienne passe à autre chose.» Il cite calmement quelques formules fréquentes chez ses correspondants: «On te fera la peau», «Retourne chez les Français», «Tu salis la terre des martyrs», «Tu ne mérites pas de vivre».