background preloader

Transition énergétique

Facebook Twitter

CHRONIQUE - Mille milliards pour sauver les banques. Et rien pour le climat. Des milliards d’euros ont été avancés pour sauver les banques. Si l’on peut mettre tant d’argent sur la table pour les banques, il faut en faire autant pour sauver le climat. À quelques mois du sommet Climat de Paris, il est temps de lancer un grand plan de financement de la transition énergétique et d’affirmer avec force qu’il y a une alternative au dogme néo-libéral destructeur du climat défendu par les pseudo-socialistes. - Pierre Larrouturou - Pierre Larrouturou inaugure cette rentrée les chroniques de Reporterre. Pour sauver les banques, la Banque Centrale Européenne a mis mille milliards sur la table en décembre 2011.

C’est en partant de cette idée qu’un certain nombre de réseaux préparent depuis deux mois une Initiative Citoyenne Européenne. Pour la France, cela signifie vingt milliards chaque année pendant vingt ans pour isoler les bâtiments et développer les énergies renouvelables. . - Création monétaire par les États : 0 euro Relancer la création monétaire « publique » ? Note-suivi-LTE-VP.pdf. La transition énergétique dans une perspective altermondialiste. Ce texte, de caractère généraliste, propose sept principes comme fil directeur et autant de pistes d’action qui devraient guider des politiques, recherches et pratiques de « transition énergétique » dans une perspective altermondialiste, c’est-à-dire une transition énergétique au service d’une transition écologique et sociale qui soit juste, solidaire et démocratique.

Si de nombreux et intéressants scénarios de transition énergétique sont sur la table et s’il est déjà possible de renforcer la résilience de nos territoires et des populations à travers de nombreuses expérimentations et innovations sociales, cette brochure pointe quelques-unes des conditions à réunir pour faire de l’énergie un bien commun, un commun dont on prend soin collectivement et démocratiquement.

La transition énergétique est une chance ! Se chauffer, se déplacer sans polluer ni se ruiner. Vivre dans un air redevenu sain. Créer des centaines de milliers d’emplois durables au cœur des territoires. Engager nos entreprises, petites et grandes, dans des activités d’avenir. Réduire nos importations de pétrole, charbon et gaz (plus de 1000 euros par Français et par an !) Voilà ce que changer notre façon de consommer et de produire de l’énergie peut nous procurer : la transition énergétique n’est pas une contrainte, c’est une chance !

Or cette chance est déjà en germe dans un formidable bouillonnement d’initiatives : partout nos concitoyens et de très nombreux acteurs sont prêts à s’y engager. Il y a urgence à agir, et la Loi sur la transition énergétique en est l’occasion. Privilégier l’avenir et non d’illusoires profits à court terme. Miser sur les économies d’énergie : grâce à la sobriété et l’efficacité, nous pouvons - et nous devons - réduire de moitié nos consommations d’énergie. Les signataires: Acteurs économiques Syndicats. Transition. Transition Verte.

Piles rechargeables

La France doit être à la pointe de la transition énergétique. La transition énergétique est inévitable, nous n'avons le choix qu'entre la subir ou la choisir. La raréfaction des ressources fossiles et le changement climatique que nous connaissons sont chacun un événement unique dans l'histoire de l'humanité. Le système économique reposant sur une énergie bon marché sans considération des impacts environnementaux a atteint ses limites. La facture énergétique de la France est de 60 milliards d'euros par an, soit le montant du déficit de notre balance commerciale. Pour comparaison, c'est 10 milliards d'euros par an de plus que la charge de la dette publique.

Les ressources non conventionnelles sont un leurre Le mouvement s'amplifie, avec pour horizon des conséquences sociales désastreuses. La transition énergétique reposera principalement sur la réduction des consommations Jusqu'à présent l'efficacité énergétique comme la sobriété n'ont jamais été traduites par une politique réellement ambitieuse. Vers un mix énergétique propre. Objectif Transition. Le débat sur la transition énergétique s'ouvre sous haute tension - Environnement. Lancé jeudi avec la première réunion du comité national sur la transition énergétique, le débat national sur l'énergie regroupe l'ensemble des acteurs concernés : les discussions devraient durer six mois, pour déboucher en juillet sur la présentation au Parlement d'une loi de programmation sur la transition énergétique.

Avant même qu'il ne débute, le débat s'annonce sous haute tension. Au menu de la mise en musique de la "transition énergétique" promise par François Hollande alors qu'il était candidat : le gaz de schiste, le nucléaire, mais aussi les énergies renouvelables, les économies d'énergie. Tant au niveau national que régional. Avec pour objectif l'anticipation des besoins du pays, la réduction de sa dépendance aux énergies fossiles et au nucléaire, et la réduction de la part de l'atome dans la production électrique de 75% à 50%. Un dossier explosif Le grand débat devrait déboucher sur une loi de programmation en 2013, mais son calendrier est encore inconnu. Apaiser, à tout prix. L'Appel des 100 écologistes contre le traité austéritaire. Pour nous, militant(es) écologistes, la transition écologique et sociale ne peut en aucun cas passer par l'austérité et la réduction des acquis sociaux, pas plus que la répartition des richesses ne peut attendre une improbable et destructrice croissance du PIB.

Il y a urgence ! Comment mener la transition écologique et parvenir à 60% de réduction des gaz à effet de serre en 2040 en se contentant de « réguler » le marché européen des quotas carbone, en poursuivant les grands projets inutiles et imposés, ou en laissant les choix d’intérêt général aux mains des multinationales de l'agro-business, de l'eau et de l’énergie ? Une véritable politique d'écologie sociale a, au contraire, besoin d'une intervention publique déterminée et d'investissements forts, de services publics de l'eau, du rail et de l'énergie renforcés ! Or ces propositions deviendraient impossibles à mettre en œuvre dans le cadre du TSCG qui impose la limitation des dépenses publiques.

Signataires : Aurélien BERNIER – Auteur. « L’énergie va devenir gratuite, comme l’est déjà l’information » XEnvoyer cet article par e-mail "L'énergie va devenir gratuite, comme l'est déjà l'information" XEnvoyer cet article par e-mail"L'énergie va devenir gratuite, comme l'est déjà l'information" Jeremy Rifkin Le prospectiviste américain explore la probabilité d’une troisième révolution industrielle Heureux comme un poisson dans l’air ! Car, ce que décrit le prospectiviste américain repose sur une vraie dynamique économique, de la puissance de celles qui ont alimenté les deux précédentes révolutions, celle de la vapeur, puis du moteur à explosion. “Tout changement d’ère économique est marqué par l’apparition d’un nouveau régime énergétique. Il n’y a aucune perspective, dans ces conditions, de vrai retour de la croissance. Les symptômes du déclin inéluctable Juillet 2008 représente une balise historique pour comprendre ce qui est en train de se produire.

La crise financière s’est déclenchée deux mois après le point haut atteint par le baril et se présente comme un aboutissement de ce processus. Energaïa - Salon International des Energies Renouvelables et des Applications Bätiment - Montpellier 5, 6 et 7 Décembre 2012.

Efficacité & sobriété énergétiques

Press Releases. Www.futura-sciences.com/fr/doc/t/maison/d/rt2012-la-nouvelle-reglementation-thermique-decryptee_1468/c3/221/p1/#xtor=AL-27-6[DOSSIER]-1468[rt2012_:_la_nouvelle_reglementation_thermique_decryptee] Publiée au Journal officiel le 27 octobre 2010 suite aux objectifs d'économie d'énergie définis par le Grenelle de l’environnement, la Règlementation thermique 2012 (RT2012) vise une généralisation des bâtiments basse consommation (BBC) : tout bâtiment neuf ou partie nouvelle de bâtiment existant devra désormais présenter, en moyenne, une consommation d’énergie primaire (avant transformation et transport) inférieure à 50 kWh/m²/an alors qu'avec la RT 2005 elle variait de 130 à 250 kWh/m²/an (suivant l'énergie utilisée).

La nouvelle règlementation RT2012 suit les objectifs du Grenelle de l'environnement. © Grenelle de l'environnement Quelles sont les exigences de cette nouvelle règlementation ? Comment concilier performance énergétique et économie d’énergie en construction ou en rénovation ? De nombreuses questions préoccupent les propriétaires. La Notion d’Énergie dans le Meilleur des Mondes. Première partie. Les trois niveaux d’analyse de l’énergie: Technico-économique, Technico-écologique, Historico-écologique. Répondre à la question « c’est quoi l’énergie? » ne relève plus de la science mais d’un niveau scolaire de connaissance et peut servir ici à définir le niveau zéro d’analyse de l’énergie. Pour définir ou caractériser les trois autres niveaux de compréhension de l’énergie on peut se contenter ici de répondre à la question: « A quoi sert l’énergie? 1) Analyse technico-économique Le premier niveau d’analyse reste de niveau scolaire, il est celui des experts sortis des grandes écoles et aussi celui de n’importe quel individu qui n’a pas réfléchi à la question: « L’énergie sert à faire marcher des machines!

Quel que soit le niveau d’étude, souvent très élevé, de la personne interrogée, c’est la réponse la plus logique et spontanée car elle est la plus technique à la question posée. 2) Analyse technico-écologique Ici on fait un premier tri entre les énergies. L'EnerGeek : l'énergie facile en quelques clics ! Magazine Alternatives. Les enjeux de l'énergie : Biomasse, nucléaire, énergie fossile, géothermie... Les-Crises.fr Le Blog d'Olivier Berruyer sur les crises actuelles.

Très long billet aujourd’hui – la situation l’exige.Je vous propose donc de revenir dans le détail sur la perte du Triple A de notre pays, pour en comprendre les raisons et essayer d’en discerner les conséquences. Cet article repart des bases de manière (que j’espère) didactique. I. L’endettement public Depuis les années 1975, les États occidentaux ont plongé dans les déficits, sans jamais en sortir. Pour cela, les États émettent des Obligations (les fameux Bons du Trésor), évidemment rémunérées par un taux d’intérêt. Tout ceci dépend donc de la vision des marchés obligataires sur le devenir des finances publiques et l’estimation de la capacité de l’État à rembourser. II. Environ 70 % des créances sur les dettes publiques sont possédées par les 10 % les plus riches de la population, qui touchent donc 70 % des intérêts.

Ainsi, les intérêts pompent de 2 à 4 % des revenus des 90 % les plus pauvres de la population, pour enrichir les 5 % les plus riches à hauteur de 4 % de leur revenu. III. Energie : l'enfer et les bonnes intentions. Qu'est-ce que l'énergie ? Tout simplement ce qui permet de chauffer, refroidir, déplacer, tordre, étirer, laminer, mélanger, transmettre, creuser, ériger... en clair transformer ce qui nous entoure. En ayant multiplié plusieurs centaines de fois l'action de nos seuls muscles sur l'environnement, l'énergie est devenue le sang des sociétés industrielles. Tant que les ressources sont sans limites, plus on a d'énergie et plus on peut créer de flux physiques, dont le PIB n'est que la traduction monétaire. Entre 1880 et 1975, chaque terrien a disposé de 2,3 % d'énergie supplémentaire par an, pouvant ainsi créer, toutes choses égales par ailleurs, 2,3 % de flux physiques en plus. En 1980, la croissance annuelle moyenne de l'offre de pétrole, lequel fournit toujours 40 % de la consommation planétaire d'énergie finale, est brusquement passée de 5,5 % à... 0,8 % (et depuis 2005, c'est zéro).

Jusqu'où peut-on faire autrement ? 2012 - Année internationale de l'énergie durable pour tous. L’énergie pour augmenter la productivité des agriculteurs Reconnaissant l'importance de l'énergie pour le développement durable, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé dans sa résolution 65/151, l'année 2012, Année internationale de l'énergie durable pour tous. Cette Année internationale de l'énergie durable pour tous est l'occasion de sensibiliser à l'importance d'améliorer l'accès durable à l'énergie, l'efficience énergétique, et l'énergie renouvelable au niveau local, régional et international. Les services énergétiques ont un effet profond sur la productivité, la santé, l’enseignement, les changements climatiques, la sécurité alimentaire et la sécurité de l’approvisionnement en eau ainsi que les services de communications.

C'est pourquoi l’absence d’accès à une énergie propre, abordable et fiable entrave le développement humain, social et économique et constitue un obstacle majeur à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement. Energie 2012. Les vidéos - Les énergivOres. Photos du mur (4) Transition énergétique. 2012 : en route vers la révolution énergétique ? - Alternatives. La transition énergétique, on en parle beaucoup, certains la font. Un canton 100% énergies renouvelables : c’est le pari lancé par des élus, des habitants et des entreprises. À Barnim, au nord de Berlin, centrales solaires, parcs éoliens, centrales à bois ou de biogaz se comptent par centaines. La production d’électricité non nucléaire et sans hydrocarbures dépasse déjà les besoins des 180 000 habitants. Tout en créant des emplois locaux et en rapportant de l’argent aux collectivités locales qui ont investi.

Des panneaux solaires posés sur les barres de logements sociaux, le toit de la mairie et les parcmètres. 700 installations d’énergies renouvelables Dans l’ensemble du canton, la production d’énergies renouvelables couvrait 150 % des besoins en électricité en 2009. « Nous avons constaté que les 180 000 habitants du canton dépensaient des millions chaque année pour l’énergie (environ 139 millions d’euros en 2008, NDLR). Résultat ? Chauffage écologique pour les locaux publics. Réussir la transition énergétique. LE MONDE | | Par François Hollande, candidat du Parti socialiste et du Parti radical de gauche à l’élection présidentielle Le rôle de la politique, ce n'est pas de faire peur pour ne rien changer, c'est de changer pour vaincre la peur. Ce n'est pas de prolonger le passé, c'est d'engager le futur. Après le drame de Fukushima, tandis que les réserves de pétrole s'amenuisent et que nous avons l'obligation écologique de réduire nos consommations de CO2, la France doit réussir la transition énergétique.

Avec lucidité et volonté. Je veux préparer cette transition autour de quatre principes: l'indépendance, la sécurité, l'emploi et le pouvoir d'achat. Mon premier objectif est donc la diversification de nos sources d'énergie. C'est pourquoi je porte, à l'occasion de l'élection présidentielle, un scénario volontariste et pragmatique. Mon second objectif est de promouvoir une société de sobriété énergétique. La priorité sera d'agir sur le bâti, qui absorbe près de 40% de la consommation d'énergie. Urbanism, oil peak and transition. FabLab. Territoires en Transition France.

Cités en transition. Territoires en transitions. Produire français ? Commençons par la transition énergétique. Un débat a émergé dans cette campagne : "produire français". Bien que peu cocardiers - car universalistes - les écologistes peuvent se retrouver dans cette problématique. Circuit court, produire local, sécurité alimentaire et énergétique sont par essence écologiques.

Privilégier le développement local est la meilleure façon de lutter contre les méfaits de la mondialisation des marchés. Paniers AMAP à Dijon (TARDIVON JEAN CHRISTOPHE/SIPA) Une France structurellement dépendante pour son énergie En 2011, notre facture pétrolière atteint 61,4 milliards de dollars. Nous consommons toujours plus d’énergie, que nous achetons toujours plus chère. Les conséquences sociales sont aussi dramatiques. Le laisser-faire nous mène dans le mur. Investir chez nous les milliards dépensés pour l’énergie Depuis les années 70, on sait qu’en France, on n’a pas de pétrole. Un potentiel gigantesque d’énergies renouvelables Installation de panneaux solaires à Toul-Rosieres (GUIBBAUD-POOL/SIPA)

Libérons l'énergie ! Documents | Libérons l'énergie ! Energies : il est temps de changer ! Energies : il est temps de changer ! Évolution et conséquences du prix de l'énergie sur les modes de vie (Jean-Marc Jancovici) NégaWatt - sobriété, efficacité, renouvelables. Actualités. 110928DossierPrésentationScénario29sept-v4 - Powered by Google Docs. La France idéale, selon négaWatt - Avenir énergétique.

Hydrogène

Energies renouvelables. Enercoop, Fournisseur d'électricité verte. Énergies fossiles, peak oil / fin du pétrole. Gaz de schiste. Energies fossiles. Passing Cloud, A Giant Floating Cloud-Shaped Aircraft. Antinuke. Allemagne : la fin du nucléaire passe par le charbon. "Le Japon sera sorti du nucléaire au printemps prochain" - Planète. Nucléaire : au coeur du réacteur - liveblog. Recharger sa voiture électrique en roulant ! Nucléaire. Un monde sans nucléaire (les Solutions pour en sortir) Energie. Questions Energie. Energie. Connaissance des énergies : infos pétrole,énergie renouvelable,photovoltaïque.