background preloader

Arctique

Facebook Twitter

Les caméras de Google Street View débarquent au Groenland. GROENLAND Le visiteur peut se promener virtuellement au milieu de dizaines de curiosités naturelles et sites historiques...

Les caméras de Google Street View débarquent au Groenland

Publié le Mis à jour le Mots-clés Aucun mot-clé Ce week-end, que diriez-vous d’une excursion au Groenland? Le voyage dans ce territoire reculé situé au nord-est de l’Amérique du Nord peut en rebuter plus d’un. Seulement, il est désormais possible de s’y rendre dans le confort de son fauteuil. Les caméras de Google Street View sont en effet parties sur l’archipel, en faisant ainsi le 66e pays recréé virtuellement (en partie) par l’entreprise américaine depuis 2007. «Pour ces photographies nous n’avons utilisé aucun zoom», raconte Eva Mätzler, qui a participé au projet.

Quoi qu’il en soit, Google permet ainsi de poser les pieds, ou du moins le curseur, sur une destination atypique et méconue. L’un de ces sites, Brattahlid, fut la demeure du navigateur norvégien du 10e siècle Erik le Rouge, fondateur de la première colonie européenne au Groenland. Pourquoi la «neige noire» du Groenland doit nous alarmer. Ce qui s'est passé dans la région cet été inquiète au plus haut point Jason Box, spécialiste de la glace et activiste climatique.

Pourquoi la «neige noire» du Groenland doit nous alarmer

Jason Box est un chercheur spécialiste de la glace. En Alaska, 35 000 morses se réfugient sur une plage faute de banquise. L’énorme tache sur la photo ne représente pas une pollution maritime ou un gigantesque amas de varech.

En Alaska, 35 000 morses se réfugient sur une plage faute de banquise

Non, ce sont pas moins de 35 000 morses rassemblés sur une plage dans le nord-ouest de l’Alaska, une migration record dans la région. En cause : le changement climatique. D’après les chercheurs de l’Agence nationale océanique et atmosphérique américaine (NOAA) et de l’Institut américain de géophysique (USGS), qui ont observé les animaux par voie aérienne près de Point Lay samedi 27 septembre, la principale raison de cette « cité des morses » qui grandit chaque année davantage est la fonte de la banquise provoquée par le réchauffement climatique. Traditionnellement, les morses du Pacifique passent l’hiver dans la mer de Béring. Le recul des glaces en arctique. Petermann Ice Island 2012: On the Move. What the Hell is happening to the Arctic Sea Ice? Yet no mention of the arctic cyclone that pushed the sea ice to below predicted levels for this year?

What the Hell is happening to the Arctic Sea Ice?

I don't blame you as the media didn't pick up on it at all. NASA did catch it, thanks to NSIDC, but they forgot all about it in their second press release. Extension de la glace de mer. La banquise arctique pourrait complètement disparaître d'ici à quatre ans. La fonte des glaces de mer du pôle Nord s'accélère au point qu'elles pourraient avoir totalement disparu, en été, entre 2015 et 2016, selon Peter Wadhams, de l'université de Cambridge.

La banquise arctique pourrait complètement disparaître d'ici à quatre ans

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric La fonte de la banquise arctique s'accélère au point qu'elle pourrait avoir totalement disparu en été d'ici à quatre ans. C'est la mise en garde de l'un des plus grands spécialistes du sujet, Peter Wadhams, dans le Guardian, lundi 17 septembre, alors que la superficie des glaces de mer de l'hémisphère Nord est sur le point d'atteindre son plus bas historique.

Wadhams, qui dirige le département de physique de l'océan polaire à l'université de Cambridge, en Angleterre, a passé de nombreuses années à recueillir des données sur l'épaisseur de la glace grâce aux mesures de sous-marins parcourant l'océan Arctique. Nouveau record de fonte de glace pour le pôle Nord - Sciences. L'Arctique fond et fond même à vue de satellite.

Nouveau record de fonte de glace pour le pôle Nord - Sciences

Des scientifiques de la NASA et du National Snow Ice Data Center (NSIDC) ont expliqué lundi que la calotte glacière a atteint sa plus petite superficie dimanche dernier. Cela fait déjà 30 ans que des satellites permettent de mesurer la banquise de la mer arctique. Chaque été, la banquise fond jusqu'à un « minimum » puis se reconstruit avec le retour des temps plus froids. Ce 26 août 2012, la calotte glacière ne faisait plus que 4,10 millions de kilomètres carrés. Le dernier record de fonte datait du 18 septembre 2007 où la superficie de la banquise était de 4,17 millions de kilomètres carrés soit 70000 kilomètres de plus. Les données sont surprenantes car les experts expliquaient le record de 2007 par un contexte climatique exceptionnel. Arctic Sea Ice News and Analysis. On September 11, Arctic sea ice reached its likely minimum extent for 2015.

Arctic Sea Ice News and Analysis

Strong Summer Cyclone Churns Over the Arctic. An unusually large, long-lasting, and powerful cyclone was churning over the Arctic in early August 2012.

Strong Summer Cyclone Churns Over the Arctic

Two smaller systems merged on August 5 to form the storm, which at the time occupied much of the Beaufort-Chukchi Sea and Canadian Basin. On average, Arctic cyclones last about 40 hours; as of August 9, 2012, this storm had lasted more than five days. Satellites see Unprecedented Greenland Ice Sheet Melt. Satellites See Unprecedented Greenland Ice Sheet Surface Melt. Satellites See Unprecedented Greenland Ice Sheet Surface Melt Extent of surface melt over Greenland’s ice sheet on July 8 (left) and July 12 (right).

Satellites See Unprecedented Greenland Ice Sheet Surface Melt

Measurements from three satellites showed that on July 8, about 40 percent of the ice sheet had undergone thawing at or near the surface. In just a few days, the melting had dramatically accelerated and an estimated 97 percent of the ice sheet surface had thawed by July 12. In the image, the areas classified as “probable melt” (light pink) correspond to those sites where at least one satellite detected surface melting.

Save the Arctic #OpSaveTheArctic. Save The Arctic. Greenpeace lance "Save the Artic" Greenpeace surveille l’Arctique Depuis des années déjà, l’Arctique est menacé par le réchauffement climatique. Cette région se situant au pôle Nord se réchauffe, fond et disparait peu à peu avec la biodiversité qu’elle abrite. Au cours des trente dernières années, la banquise de l’Arctique a perdu un tiers de sa surface. Les activités humaines ne font pas bon ménage avec l’environnement. D’ici à 2030, elle pourrait complètement disparaître, a expliqué l’association écologique Greenpeace qui lance sa campagne « Save the Arctic ».

La colonisation sans frontièresL’Arctic Sunrise et l’Esperanza, deux bateaux de Greenpeace, vont justement pouvoir être les témoins des mutations qu’a subit l’Arctique ces dernières années. Les grandes compagnies pétrolières ont déjà engagé leur argent dans le forage de cette zone restée éloignée des activités polluantes pendant longtemps. Fonte de glace record en Arctique. La fonte des glaces dans l’Arctique s’accélère Alors que les ours polaires pâtissent déjà depuis des années des bouleversements climatiques, la glace en Arctique aurait fondu encore plus vite cette année, affirment National Snow, le gouvernement des États-Unis et l’Ice Data Centre (NSIDC).

Fonte de glace record en Arctique

Le diagnostic n’est pas réjouissant pour l’état de la glace dans l’Arctique. Effectuées par des chercheurs de l’Université de Washington, les observations par satellite montrent en effet que la banquise, qui se régénère naturellement chaque année, couvre… 508 800 kilomètres carrés de moins cette semaine de juin par rapport à celle de l’année dernière, soit un peu moins la superficie de la France (!) Le réchauffement climatique Le mois de juin 2012 est à cet égard le pire depuis 1979 et le début des relevés de données. Les récents taux de perte de glace seraient également compris entre 100 000 et 150 000 kilomètres carrés par jour, ce qui est plus du double du taux de climatologique. Le Pôle Nord n'est plus qu'un lac ! Ce qui devait arriver arriva : à force de rouler en Hummer et de coller la clim' à fond, vous avez fait fondre le Pôle Nord.

Bon, ce n’est sans doute pas uniquement la faute de la clim’ poussée à fond, mais quand bien même, le résultat est le même : le Pôle Nord est actuellement plus assimilable à un lac qu’autre chose. Et pourtant, il apparaît que les relevés de neige opérés en avril étaient encourageants. A même été enregistrée la 9ème chute de neige la plus conséquente vue dans l’Arctique. Mais voilà : en mai, les températures ont augmenté, et un peu plus de la « couverture » du Pôle a fondu. Ce mois de juillet, les températures là bas ont flirté avec les 1-3°C. Increasing speed of Greenland glaciers gives new insight for rising sea level. Changes in the speed that ice travels in more than 200 outlet glaciers indicates that Greenland's contribution to rising sea level in the 21st century might be significantly less than the upper limits some scientists thought possible, a new study shows.

"So far, on average we're seeing about a 30 percent speedup in 10 years," said Twila Moon, a University of Washington doctoral student in Earth and space sciences and lead author of a paper documenting the observations published May 4 in Science. The faster the glaciers move, the more ice and meltwater they release into the ocean. In a previous study, scientists trying to understand the contribution of melting ice to rising sea level in a warming world considered a scenario in which the Greenland glaciers would double their velocity between 2000 and 2010 and then stabilize at the higher speed, and another scenario in which the speeds would increase tenfold and then stabilize.

"In some sense, this raises as many questions as it answers.