background preloader

Antarctique

Facebook Twitter

100-Year-Old Box of Negatives Discovered Frozen In Block of Antarctica’s Ice. While restoring one of the exploration huts in Antarctica, Conservators of the New Zealand Antarctic Heritage Trust discovered a box that turned out to be a remarkable treasure. It contained 22 never-before-seen cellulose nitrate negatives documenting the life of Antarctic explorers a 100 years back. Preserved in a block of ice, these negatives surprisingly lived up to our days to shine a light on the Antarctic heroic era and the landscape itself. [Read more...] After being frozen for a century, the negatives had to be gently restored by firstly separating one from another, then cleaning, removing the mold and consolidating the cellulose nitrate image layers. As stated in the media release by the Trust, the box of photographs was probably left in Captain Scott’s hut by Ernest Shackleton’s 1914-1917 Ross Sea Party, an expedition that was stranded after their ship floated away to the sea during a massive blizzard.

See more images on the Trust’s website: nzaht.org (via: petapixel) Le lac Antarctique qui ne gèle pas ! | Partageons les sciences. (Source : (Lien de l’article ci-dessous : Il y a des lacs sur le continent Antarctique. La plupart sont entourés d’épaisses couches de glaces, mais il en existe un qui contient tant de sel que son eau ne gèle pas, même au plus froid de l’hiver dans la zone la plus froide de la Terre. En réalité c’est plus un étang qu’un lac. Il s’agit de l’étang « Don Juan » situé à l’extrémité Ouest de la vallée de Wright (Fourchette Sud) sur les terres Victoria en Antarctique. Selon Wikipedia, l’étang Don Juan, appelé aussi le lac Don Juan, est un lac hypersalin petit et très peu profond situé à 9 km à l’Ouest du lac Vanda. Il a été découvert en 1961, et son nom a été créé à partir de ceux des 2 pilotes d’hélicoptère (Don Roe et John Hickley) qui ont participé à sa reconnaissance et à son étude. Quelques explications sur la résistance de l’eau salée au gel :

Antarctique : la glace qui fond regèle en profondeur. Des scientifiques ont découvert que la glace située sous la calotte de l’Antarctique fondait régulièrement et formait des poches d’eau qui regelaient en profondeur. Cette eau, solidifiée, créerait en fait la moitié de l’épaisseur totale de la glace à certains endroits. Cette étude, publiée hier dans la revue Science, pourrait bouleverser la compréhension de la glaciation. Les chercheurs ont toujours pensé que les couches de glace de l’Antarctique se formaient à la surface grâce à l’accumulation de la neige pendant des millénaires et non grâce à l’eau se gelant sous la glace. "L'eau a toujours été connue pour être un élément important de la dynamique des couches de glace mais surtout comme un lubrifiant", explique Robin Bell, géophysicien à l’Université Columbia et co-responsable de ce projet, cité par l’AFP. Mais avant de se rendre compte sur place du mécanisme, les glaciologues ignoraient encore ce qui se passait en profondeur.

Avez-vous déjà partagé cet article? La fonte de glaciers de l'Ouest de l'Antarctique « a atteint un point de non-retour » La fonte des grands glaciers de l'Ouest de l'Antarctique, qui contiennent assez d'eau pour faire monter les océans d'au moins un mètre, s'accélère sous l'effet du réchauffement climatique et paraît irréversible, selon les conclusions de deux études séparées publiées lundi 12 mai.

La fonte des six plus grands glaciers de cette région, Pine Island, Thwaites, Haynes, Smith, Pope et Kohler, contribue déjà de façon importante à la montée des océans, lâchant presque autant de glace annuellement dans l'océan que toute la banquise du Groenland. Ils contiennent suffisamment d'eau pour faire grimper le niveau des océans de 1,2 mètre et fondent plus vite que ne le prévoyaient la plupart des scientifiques. Lire : En Antarctique, le glacier du Pin recule inexorablement Regarder la carte interactive sur les impacts du réchauffement climatique Lire : Réchauffement : les 10 points marquants du rapport du GIEC. L'épaisseur de la glace en antarctique. What Scientists Are Seeing Over Antarctica. Antarctic Glacier Has Blood-red Waterfall of Primordial Ooze.

Des chutes de neige accrues amortiraient le réchauffement climatique en Antarctique. L’augmentation des chutes de neige en Antarctique pourrait amortir le réchauffement climatique futur sur ce continent, d’après les travaux d’une équipe française comprenant des chercheurs du Laboratoire de glaciologie et géophysique de l'environnement (LGGE/OSUG, CNRS / UJF) et de l’unité mixte internationale Takuvik (CNRS / Université de Laval). À l’aide d’images satellite et de modélisations numériques, les chercheurs ont montré que la hausse des températures en Antarctique impliquera des précipitations accrues et donc une neige plus "blanche" qui réduira l’amplitude du changement climatique au centre du continent.

Ces travaux révèlent une boucle de rétroaction négative agissant sur les températures et sous-estimée jusqu’à présent. Publiés le 1er juillet 2012 dans la revue Nature climate change, ils permettront notamment d’améliorer la prise en compte de la neige dans les modèles utilisés pour prévoir l’évolution du climat mondial. Source(s): Contact(s): Depuis l'Antarctique : retour d'un raid d'exception.

Lac Vostok