background preloader

Celinette14

Facebook Twitter

Initiative

Le Cahier d’animation. En primeur. Les obstacles épistémologiques. Les obstacles épistémologiques de Bachelard (Références: la formation de l'esprit scientifique - Vrin - édition 1975) Qu'est-ce qu'un obstacle épistémologique?

Les obstacles épistémologiques

On a souvent présenté le passage de la connaissance naïve aux sciences les plus élaborées comme une sorte de progrès continu, fait d'approfondissement progressif, d'accumation des savoirs : on parle de progrès des sciences de cette façon. Bachelard veut montrer qu'on ne connaît que contre une connaissance antérieure. A) Le premier obstacle est l'expérience première. "La première expérience ou, pour parler plus exactement, l'observation première est toujours un premier obstacle pour la culture scientifique. Bachelard donne l'exemple des livres "scientifiques" du XVIIIè siècle qui , par exemple, s'interrogeant sur la cause du tonnerre, en viennent à parler au lecteur de la crainte du tonnerre, cherchant à rassurer, analysant les différents types de crainte,etc. b) Le 2ème obstacle est la connaissance générale. Outils pédagogiques Starting Block - La consommation responsable. Cette présentation Power Point a pour but de faire prendre conscience aux élèves que nos choix de consommation ont un impact sur l'environnement.

Outils pédagogiques Starting Block - La consommation responsable

Si tous les habitants de la planète adoptaient le rythme actuel de consommation des Nord-américains, il faudrait de 3 à 4 planètes Terre pour répondre aux besoins de tous. Nos choix de consommation ont un impact sur les conditions de vie des gens de tous les coins de la planète. Il existe de nombreuses alternatives afin de consommer de façon plus responsable et de manière à respecter l’environnement. Suite à cette animation, les jeunes pourront identifier des comportements favorisant une consommation responsable et seront sensibilisés à l’importance de les adopter.

Télécharger le diaporama : Télécharger le guide d'animation : Une fiche éducative sur la consommation : Voir le site d'In terre actif.

Graphologie

Circuit court. Documentaires "On passe à l'acte" Alimentaire. Santé. Société de consommation. Le Travail libère-t-il ? Nous existons pour travailler, nous travaillons pour exister.

Le Travail libère-t-il ?

L’identification du travail avec l’activité humaine et la créativité, la domination complète de la doctrine du travail comme destin naturel des humains a pénétré notre conscience à une telle profondeur que le refus de cette condition forcée, de cette contrainte sociale, semble être devenu un sacrilège pour le concept même d’humanité. Alors n’importe quel travail devient meilleur que pas de travail du tout. Ceci est le message répandu par les évangélistes de l’existant, sonnant les trompettes pour la course à la compétition toujours plus frénétique entre les exploités pour quelques miettes tombées de la table des patrons ; pour l’instrumentalisation et le nivelage complet des relations sociales en échange d’un peu de travail misérable dans les galères de la survie.

Ce ne sont pas, cependant, seulement les conditions générales de travail qui créent l’impasse. Pour la libération individuelle et collective … Libérons-nous du travail. Au-delà de notre vue (2ème Partie) Au-delà de notre vue (1ère Partie)

Onguent et Baume naturelle

Maladie d'Alzheimer (et autres démences) Minorité et Lutte des classes. Ni rire de tout, ni rire avec tout le monde. « Alors le rire, parlons-en et parlons-en aujourd'hui, alors que notre invité est Jean-Marie Le Pen.

Ni rire de tout, ni rire avec tout le monde

Car la présence de Monsieur Le Pen en ces lieux voués le plus souvent à la gaudriole parajudiciaire pose problème. Les questions qui me hantent, avec un H comme dans Halimi sont celles-ci : Premièrement, peut-on rire de tout ? Deuxièmement, peut-on rire avec tout le monde ? À la première question, je répondrai oui sans hésiter, et je répondrai même oui, sans les avoir consultés, pour mes coreligionnaires en subversions radiophoniques, Luis Rego et Claude Villers. S'il est vrai que l'humour est la politesse du désespoir, s'il est vrai que le rire, sacrilège blasphématoire que les bigots de toutes les chapelles taxent de vulgarité et de mauvais goût, s'il est vrai que ce rire-là peut parfois désacraliser la bêtise, exorciser les chagrins véritables et fustiger les angoisses mortelles, alors, oui, on peut rire de tout, on doit rire de tout.

Une phrase qui n'a aucun sens Pisse-froid ?