background preloader

La performance sociale

Facebook Twitter

La dépression en entreprise. Stress, dépression, suicide au travail, Les entreprises tardent à agir. Les risques "psycho-sociaux", stress ou dépression, qui conduisent parfois au suicide, sont insuffisamment pris en compte par les entreprises, ont estimé des professionnels de santé à l'occasion de la Journée mondiale de la santé et de la sécurité au travail samedi.

Stress, dépression, suicide au travail, Les entreprises tardent à agir

Les suicides de trois salariés du technocentre de Renault à Guyancourt (Yvelines) en quatre mois, ceux de quatre agents de la centrale EDF de Chinon en deux ans, ou encore plus récemment celui d'un ouvrier de PSA Peugeot-Citroën sur son lieu de travail à Mulhouse, ont mis sur le devant de la scène un phénomène qui existe depuis longtemps, souligne Dominique Chouanière, médecin épidémiologiste et chef du projet "stress au travail" à l'INRS (Institut national de recherche et de sécurité).

Même constat pour Christian Larose, vice-président du Conseil économique et social (CES), qui "suit le problème depuis des années". Le suicide en entreprise, une réalité ignorée. Que représente le suicide en entreprise en France ?

Le suicide en entreprise, une réalité ignorée

Il n'existe aucune statistique sûre à l'échelle nationale sur le sujet mais le phénomène n'est pas nouveau. Les cas « France Télécom » en 2009 l'ont juste mis en lumière. Il y a plus de décès par suicide que par accident de la circulation et pourtant, le passage à l'acte reste tabou. Pourquoi ? C'est l'acte anti-social par excellence. Savons-nous pourquoi les salariés en viennent à sacrifier leur vie pour leur travail ? C'est très compliqué. Tous les salariés peuvent-ils un jour franchir le pas ?

Il faut sortir du traditionnel « C'est normal, il/elle était fragile et donc suicidaire ». Le travail peut donc être à la fois libérateur et aliénant ! En effet. Qui sont les entreprises touchées par les suicides ? Toutes peuvent l'être mais les grands comptes sont en première ligne. Quelles ont été les réactions des entreprises après les suicides à France Télécom ? Elles ont été variées. Les entreprises sont-elles les seules en cause ? La Poste annonce 5 000 recrutements supplémentaires d'ici à 2014. La direction de La Poste a annoncé, jeudi 13 septembre, cinq mille recrutements supplémentaires d'ici à 2014, suivant ainsi les recommandations de Jean Kaspar, ancien secrétaire général de la CFDT, chargé d'un rapport sur les conditions de travail à la suite de deux suicides.

La Poste annonce 5 000 recrutements supplémentaires d'ici à 2014

Dans un communiqué, le groupe public a annoncé un "allègement de la pression sur les effectifs" et la "mise en œuvre de l'ensemble des préconisations du rapport Kaspar". Il prévoit de recruter "quinze mille personnes sur la période 2012-2014, au lieu des dix mille initialement prévus". Selon la direction du groupe, qui emploie quelque deux cent quarante mille personnes, l'ensemble de ces embauches se fera en contrat à durée indéterminée. Parmi les recrutements, cinq mille concerneront des jeunes, notamment issus de l'alternance. La Poste entend recruter "dès 2012, mille jeunes supplémentaires et deux mille pour chacune des années 2013 et 2014, en privilégiant l'alternance".

"C'est de nouveau de la poudre aux yeux ! " Performance sociale. Document de travail n° 2 - Participation des salariés et performance sociale : quels liens ? Quels enjeux ? Plusieurs constats se dégagent.

Document de travail n° 2 - Participation des salariés et performance sociale : quels liens ? Quels enjeux ?

Les plans d’épargne entreprise (PEE) et l’actionnariat salarié influencent positivement le comportement des salariés, alors que l’intéressement, utilisé de façon isolée, ne produit pas d’effets significatifs. Plus encore, certains dispositifs (PEE notamment) semblent renforcer l’efficacité d’autres formes participatives, notamment le dialogue social et la participation des salariés dans les grandes instances décisionnelles. Néanmoins, ces incitations « financières » s’avèrent moins fortes que d’autres formes d’incitation non monétaires comme la participation aux décisions sur le plan de l’organisation du travail (notamment une plus grande autonomie des salariés).

Performance sociale - comprendre, évaluer, agir. Les études sur les entreprise montrent bien souvent que les entreprises gèrent bien leurs relations avec leurs principales parties prenantes et n’intègrent pas dans leur démarche les questions sociales plus globales.

Performance sociale - comprendre, évaluer, agir

Partie intégrante d’un projet RSE, la question de la performance sociale et de son évaluation ne doit pas être minorée. Très (trop ?) La performance sociale : une aberration dangereuse. Une nouvelle expression est en train d'apparaître au sein des cabinets de consultants et de certaines directions d'entreprises : la performance sociale.

La performance sociale : une aberration dangereuse.

Elle risque de se diffuser rapidement, se situe dans le droit fil de l'approche techniciste et instrumentale qualifiée de « risques psychosociaux au travail ». Mesurons le chemin parcouru en presque 40 ans : au début des années 70, Antoine Riboud, alors PDG du groupe BSN, devenu Groupe Danone, posait les fondements du double projet économique et social. Ce qui alors, relevait du stratégique du projet, de la pénétration réciproque entre l'économique et le social, d'une ambition large et à long terme se trouve réduit à de la tactique, de l'instrumental, du mesurable, à la tentative de tempérer la performance économique par une performance sociale !