background preloader

Famille Perletto

Facebook Twitter

Le milieu Varois ... - Les Parrains sur la Cotes ... Les réseaux qui comptent à Toulon : Banditisme: La fin d'une époque. Banditisme : une figure du milieu varois abattue. Une figure du milieu varois, Patrick Bosco, 49 ans, dit "Bobosse", a été tuée ce jeudi en début de soirée à Bandol (Var) à coups de fusil de chasse et d'au moins une balle de 9mm, a-t-on appris de sources concordantes.

Banditisme : une figure du milieu varois abattue

Selon ces sources, ce proche de Pascal Perletto, une des principales figures du banditisme varois, tuée en juin à Toulon, était attendu vers 19h20 derrière la maison qu'il occupait à la lisière d'une forêt par deux hommes cagoulés qui lui ont tiré dessus à plusieurs reprises au moment où il sortait de son véhicule. "Un ou plusieurs coups de fusil ont été tirés ainsi qu'au moins une balle de 9 mm d'un pistolet automatique car un étui a été trouvé sur place," a déclaré à l'AFP un magistrat du parquet de Toulon. Réalisant le guet-apens dans lequel il était tombé, il a eu le temps de crier à sa compagne qui le suivait avec un autre véhicule, de se sauver. La compagne n'a pas été blessée. L'enquête a été confiée à l'antenne toulonnaise du SRPJ de Marseille. Un parrain du Var abattu - 04/06/2011. Pascal Perletto abattu à Toulon. Toulon. Un parrain du milieu exécuté - 03/06/2011.

Pascal Perletto a été exécuté mercredi soir dans un quartier chic de Toulon, dans le Var.

Toulon. Un parrain du milieu exécuté - 03/06/2011

Cet homme âgé de 50 ans était considéré avec son frère, toujours incarcéré, comme le parrain du milieu varois. Il était sorti de prison mi-mars. Figure, personnalité, caïd, parrain… En clair pas un demi-sel. Pascal Perletto, joliment surnommé « Petit vélo », est tombé devant le domicile de son épouse mercredi soir à Toulon peu avant 19 heures. Des voisins de ce quartier résidentiel ont entendu « comme des pétards ». Pascal Perletto venait de fêter ses 50 ans.

Condamné en 2004 devant la cour d'appel d'Aix en Provence à 20 ans de prison, Pascal Perletto a quitté la détention le 16 mars dernier. Ça flingue à tout va Le banditisme a rarement prospéré en offrant des fleurs. Le chiffre : 26 règlements de compte > A Marseille en 2010. . « Quand une telle personnalité sort après un si long séjour en prison, on s'en débarrasse pour qu'il évite de remettre le nez dans les affaires ! Le Var perd un de ses parrains. Pascal Perletto, alias Petit Vélo, était une figure du milieu.

Le Var perd un de ses parrains

Après treize ans passés en prison, sa libération conditionnelle n’aura duré qu’un mois et demi. Agé de 50 ans, il a été tué par balles, mercredi soir, dans le quartier du Cap Brun à Toulon. Les tueurs ont agi vers 18 h 45, devant l’école primaire Aguillon. Alors que Pascal Perletto se trouvait au volant de sa voiture, il a été pris pour cible par un homme muni d’un pistolet automatique de calibre 9 mm. Touché à plusieurs reprises, le parrain aurait réussi à sortir de son véhicule pour tenter de s’enfuir. A Toulon, Perletto est un nom qui compte. Entre août 1994 et janvier 1995, les frangins sont soupçonnés d’avoir importé cinq tonnes de cannabis marocain et de grosses quantités de blanche depuis le Brésil. Brendan Kemmet, Thibaut Chevillard.

Avis de Décès de Monsieur Max PERLETTO. La mort du «diable», caïd toulonnais de la French Connection. PORTRAIT- Jean-Claude Kella, ex-figure du grand banditisme des années 70, a passé 25 ans derrière les barreaux et cotoyé les plus célèbres hors-la-loi des deux côtés de l'Atlantique.

La mort du «diable», caïd toulonnais de la French Connection

Soixante-neuf ans d'une vie mouvementée, stoppée brutalement par la maladie. L'histoire, pleine de rebondissements, de Jean-Claude Kella, ex-figure du grand banditisme et ancien membre de la French Connection, s'est terminée le 8 juillet dernier à Nice. Une vie rythmée par le trafic de drogue entre la France et les Etats-Unis, les passages derrière le barreaux - 25 ans au total - et une carrière tardive d'écrivain qui puise son inspiration dans cette existence de hors-la-loi. Tout avait plutôt bien commencé pour celui que l'on surnommait «le diable» ou «yeux bleus». Né en 1945 à Toulon, dans le quartier populaire de la Loubière, ce petit-fils d'immigré italien se destine à une carrière de coiffeur, comme son cousin. «Il avait opéré une rédemption par l'écriture», estime son avocate Catherine Martini.