background preloader

Wifi

Facebook Twitter

Free et SFR : panne régionale sur le réseau ADSL et fibre. Encore une fois, une rupture de fibre optique a provoqué une panne de grande ampleur pour un opérateur. En juillet, c'est un incendie à Paris qui plongeait dans le noir des milliers d'abonnés de Numericable, cette fois, ce sont les clients de Free et de SFR qui ont fait les frais d'un incident dans plusieurs départements limitrophes de la Gironde ce jeudi. Comme l'explique Sud Ouest : "la fibre optique qui relie Périgueux au réseau national de plusieurs opérateurs, dont SFR, Free et Completel a été sectionnée (accident ou vandalisme) ce jeudi au niveau d'une voie ferrée à Sainte-Eulalie (Gironde)". Hôpital dans le noir Conséquences, de nombreuses entreprises (pour Completel) et des milliers de clients grand public ont été coupés d'accès ou ont connu des difficultés pour se connecter. le quotidien régional évoque l'hôpital et la préfecture de Périgueux, privés de téléphone.

La panne a touché à des degrés divers les clients localisés dans la Creuse, en Corrèze et en Haute-Vienne. Nouvelle faille découverte dans les routeurs WiFi. Un chercheur suisse vient de démontrer une nouvelle faille cet été lors de la PasswordsCon de Las Vegas. Certains routeurs WiFi sont accessibles en quelques secondes à cause d’une faille dans le choix des codes clefs utilisés pour se connecter. A l’origine, Stefan Viehböck publie à la fin de l’année 2011 ses travaux sur un certain nombre de failles existant dans le mode Wifi Protected Steup mais, plus spécifiquement, il montre que le code PIN requis pour paramétrer un routeur WiFi peut être découpé en plusieurs parties et chacune attaquée séparément. En procédant ainsi, M. Viehböck arrive à descendre le nombre de tentatives de 100 millions à 11 000, soit un nombre très faible pour une technologie de ce type.

Se connecter en quelques secondes Mais le suisse Dominique Bongard vient d’aller encore plus loin. Selon lui, ce n’est pas la technologie qui est en cause mais la manière dont elle a été implémentée par les deux fabricants... WiGig : le Wi-Fi très haut débit pour 2015 ? Par Emilien Ercolani, le 07 juillet 2014 11:58 Le WiGig, un WiFi amélioré qui promet des débits de l’ordre de 7 Gbit/s, pourrait se démocratiser dans nos appareils dès 2015. L’acquisition de Wilocity par Qualcomm devrait elle aussi accélérer l’adoption. Le WiGig, pour « Wireless Gigabit », pourrait devenir une réalité dès l’année prochaine. Pourtant, le projet n’est pas nouveau puisqu’il a été lancé en 2009 par la Wireless Gigabit Alliance, qui l’a soumis à la plus généraliste WiFi Alliance en 2013.

On savait depuis plusieurs semaines que le géant des composants pour mobiles Qualcomm s'intéressait à Wilocity, le spécialiste israélien du WiGig. Le WiGig fonctionne en fait sur des bandes de fréquences largement supérieures à celles du WiFi: 60 GHz contre 2,4 ou 5 GHz actuellement. Problème : les connexions WiGig sont idéales dans un environnement restreint et ne fonctionnent que sur de très courtes distances, sans obstacles. IMAGES. Les réseaux WIFI matérialisés - 19 mai 2014. Des étudiantes démontrent la nocivité des ondes WiFi avec des résultats effarants. Cinq lycéennes danoises ont prouvé à quelle point l'exposition au Wifi était nocive aux végétaux.

Crédit Reuters Comme quoi il ne suffit pas d'être un scientifique pour réaliser des expériences concluantes. Cinq lycéennes danoises ont souhaité déterminer à quel point les ondes Wifi étaient nocives sur le développement des végétaux. On vous laisse découvrir le résultat stupéfiant de leur analyse. En exposant pendant douze jours 6 assiettes comportant des graines de cresson aux ondes de deux routeurs Wifi de la norme IEEE 802.11g et en isolant 6 autres assiettes de toute forme de radiation, ces jeunes lycéennes danoises ont pu découvrir à quel point les effets du Wifi étaient nocifs.

À la suite de cette expérience, les graines qui avaient été exposées ne s'étaient pas développées et avaient même pour certaines mutées. "Dans les limites de leurs compétences, les filles ont mis sur pied et documenté un travail d’une grande élégance. Projet Loon: les ballons WiFi de Google font le tour de la Terre en 22 jours - eparsa Magazine. Les efforts de Google de prodiguer Internet par le biais de ses ballons se sont rapprochés un peu plus de la réalité cette semaine après avoir réussi à faire le tour de la Terre en seulement 22 jours.

Le Projet Loon vise à envoyer des ballons Wi-Fi aux confins du monde et le succès de Ibis-167 est un signe certain qu'ils sont sur la bonne voie. "Il a connu quelques difficultés au niveau de l'océan Pacifique avant de se diriger vers l'est flottant sur les vents vers le Chili et l'Argentine" a mentionné l'équipe sur leur mur Google+.

"Sur le chemin, il a été taquiné par les Quarantièmes Rugissants - de forts vents d'ouest de l'hémisphère sud qui agissent comme une autoroute dans le ciel, et où nos ballons peuvent rapidement faire un bond sur au dessus des océans pour arriver là où les gens ont réellement besoin eux". "Nous pouvons passer des heures et des heures à simuler des trajectoires, mais rien ne nous apprend autant que des essais réels avec l'envoi de ballons dans la stratosphère. " Economie - "Chameleon" : le premier virus informatique qui aime le Wifi. L'IEEE officialise le Wi-Fi de nouvelle génération. Cette fois, c'est la bonne. Après pas mal d'attente, l’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) vient d'approuver définitivement la dernière norme Wi-Fi, à savoir la 802.11ac-2013 qui remplace le bon vieux 802.11n et le 802.11ac lancé en 2013.

De quoi permettre à la technologie sans fil d'atteindre un maximum théorique de 7 Gb/s dans la bande de fréquence des 5 GHz et ainsi donner une nouvelle dimension à la norme sans fil. Rappelons qu'un des spécificités les plus intéressantes du 802.11ac réside dans le support du MIMO multiutilisateur (MU-Mimo) qui permet à plusieurs nœuds du réseau, équipés d’une ou plusieurs antennes, d’émettre et de recevoir des flux indépendants diffusés simultanément dans le même canal, comme le rappellent nos confrères de l'Embarqué.com.