background preloader

A lire / a trier

Facebook Twitter

Quand l’innovation s’invite en formation. Par Philippe Gil - Focus RH. En effet, les MOOCs bouscules les habitudes et la notion même d’un cours : il est maintenant possible d'aller piocher dans les cours de Standford ou de HEC depuis son canapé.

Quand l’innovation s’invite en formation. Par Philippe Gil - Focus RH

Ces MOOCs sont en train de transformer la perception que pouvaient avoir les individus de la formation numérique. Oui, on peut se former à distance ; oui, de très nombreux sujets peuvent s’y prêter et sont déjà accessibles ; oui, on peut obtenir un certificat voire un diplôme et, oui, c’est quasi gratuit ! Et non, ce n’est pas de la formation au rabais. Les chaines Youtube sur le développement personnel de certains bloggeurs professionnels font profusion, comme les services online de partage ou d’échanges de savoirs (par ex. Kokoroe.fr (link is external)) contribuent à faire émerger un consommateur « grand public » d’une offre de formation professionnelle nouvelle. "L'effet MOOC" L’autre effet des MOOCs est de remettre en cause le prix d’accès à la formation. Disruption du modèle traditionnel du stage Nouvelles offres.

Isabelle Eberhardt. Je ne suis qu’une originale, une rêveuse qui veut vivre loin du monde, vivre de la vie libre et nomade, pour essayer ensuite de dire ce qu’elle a vu et peut-être de communiquer à quelques-uns le frisson mélancolique et charmé qu’elle ressent en facedes splendeurs tristes du Sahara.

Isabelle Eberhardt

Fille illégitime d’une aristocrate slave neurasthénique et d’un précepteur anarchiste, Isabelle Eberhardt hérite, en naissant, d’une histoire familiale tourmentée : des frères aînés alcooliques et déséquilibrés, une demi-sœur qui accuse Alexandre Trophimovski, le père d’Isabelle, d’abus sexuels. Augustin, le seul frère qu’elle chérisse, est toxicomane et, selon la romancière Edmonde Charles-Roux dans Isabelle du désert, leurs relations sont à la limite de l’inceste. Pas d’école, son précepteur de père lui enseigne les lettres, les arts et les sciences. Taisen Deshimaru. Il faut aller de pensée en non-pensée et de non-pensée en pensée.

Taisen Deshimaru

La méditationTaisen Deshimaru rappelait que le zen est une philosophie de vie qui se fonde sur une pratique. « Zen » signifie d’ailleurs « méditation ». A propos du zazen – méditation assise sur un coussin, préconisée par le Bouddha –, il disait : « Le secret du zen consiste à s’asseoir, simplement, sans but, ni esprit de profit, dans cette posture de grande concentration. » La respiration conscienteLa pratique de la méditation se base sur un entraînement particulier de la respiration. Il s’agit de porter l’attention sur une expiration profonde qui pénètre jusque dans l’abdomen sous le nombril, vers cette zone que les Japonais appellent le « hara », et qui est non seulement le centre de gravité de l’être humain, mais aussi le siège du « ki », de l’énergie qui nous anime. L'impermanenceTout bouge, tout se transforme, ce qui paraît stable s’avère instable, le monde tel que nous le percevons est une illusion.

Jacques Lacan. En chacun de nous, il y a la voie tracée pour un héros, et c'est justement comme homme du commun qu'il s'accomplit.

Jacques Lacan

Je est un autreJacques Lacan aimait à désigner ses concepts par des lettres. "A" nous renvoie au grand Autre : tour à tour l’inconscient, le corps, le langage, la mère pour l’enfant – tout ce qui nous échappe et nous détermine à notre insu. En revanche, "a" est le "moi", c’est-à-dire un "a-utre" pour moi-même. Et l’autre, mon semblable, est une partie de moi : petit, je pleure quand je vois un autre enfant tomber. "a" désigne aussi "l’objet a", l’objet de mon désir : le sein de ma mère, sa voix, son regard, et mes excréments. Francois d'assise. Je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler, à être compris qu’à comprendre, à être aimé qu’à aimer.

francois d'assise

La pauvreté du christ hommeLe Christ est la figure centrale de la foi de François d’Assise. Dans un temps où la piété allait à un Dieu Père Tout-Puissant, il est le premier à engager la chrétienté dans une imitation d’un Dieu homme, à introduire l’humanisme dans le religieux, à ériger la figure du Christ en exemple de vie. Deux ans avant sa mort, des plaies aux pieds et aux mains viennent rappeler celles du crucifié : il est ainsi le premier stigmatisé de l’histoire de l’Eglise. De cette proximité mystique, il tirera son principal enseignement : la primauté de la pauvreté. A ses disciples, il répète : " Nous devons être fermement convaincus de ne rien posséder en propre, à part nos vices et nos vertus. "