background preloader

Humanisme numérique

Facebook Twitter

La culture numérique nous conduit-elle vers un nouvel humanisme ? - ANDEP. Posted by admin on lundi, avril 7, 2014 · 3 Comments MILAD DOUEIHI, Historien des religions et titulaire de la chaire de recherche sur les cultures numériques à l’Université Laval à Québec, auteur de “Pour un humanisme numérique.” Milad Doueihi est intervenu sur la nécessité de repenser le numérique en l’extrayant du monde des calculs et en lui octroyant une dimension humaniste. Pour cela, le premier postulat est de déclarer qu’il existe une culture numérique et que l’existence de cette culture justifie que l’on s’intéresse à définir un humanisme numérique.

Dans un premier temps, Milad Doueihi a proposé de distinguer numérique et informatique. L’informatique, à l’origine issue des sciences mathématiques, s’est assez rapidement affranchie pour devenir une industrie (modèle n’existant autrefois que pour les sciences chimiques). Comment est-on passé d’un référent informatique à un référent numérique ? Pourquoi parler d’humanisme numérique ? Quels sont les héritages d’un humanisme numérique ? Sur l’humanisme numérique. Une analyse de Milad Doueihi, université de Laval au Canada. Bien que le terme d’humanisme ne soit pas à la mode, j’ai décidé de l’associer au numérique pour trois raisons. Premièrement, je m’intéresse surtout à la dimension culturelle du numérique. Il existe un flou entre les mots informatique et numérique : on passe souvent de l’un à l’autre comme s’ils étaient des paroles équivalentes. L’informatique a une histoire particulière : branche des mathématiques au départ, elle s’est rapidement imposée comme une science autonome avant de devenir une industrie, puis une industrie culturelle, et enfin une culture.

Nietzsche définit la culture par le fait qu’elle modifie notre regard sur nous-mêmes, sur les objets que l’on produit et surtout sur les objets hérités. Ainsi, les effets de la numérisation sur nos rapports avec le patrimoine, les archives, les livres modifient notre regard de manière significative. En même temps, le numérique produit de nouveaux objets culturels. Le numérique au contraire est l’esprit de la finesse. Milad Doueihi. Milad Doueihi : « L’humanisme numérique est porté par un idéal de transparence et de partage » Le numérique s’est imposé comme une nouvelle culture qui modifie notre rapport à l’espace, à la politique, aux choses et à nous-mêmes. Entretien avec Milad Doueihi, titulaire de la chaire de recherche sur les cultures numériques à l’université Laval de Québec. Le numérique est-il devenu une culture à part entière ? La Croix : Milad Doueihi : La culture modifie notre regard sur les choses, sur nous-mêmes et sur notre héritage, disait Nietzsche.

Il suffit par exemple d’observer les questions soulevées par la numérisation de notre patrimoine, les enjeux de mémoire qu’elle suscite, au-delà du simple transfert d’un format vers un autre, pour se rendre compte que le numérique est devenu une culture. Il modifie aussi notre rapport avec nous-mêmes : l’identité numérique est à la fois polyphonique et soumise à une traçabilité continue qui nous échappe. C’est le cas sur les réseaux sociaux, à l’instar de Facebook qui permet aux publicitaires de définir très précisément leurs cibles. M. M. M. M. M.