background preloader

BRONNER

Facebook Twitter

Théories du complot: «Ce succès, c’est la faute de notre médiocrité collective» - Societe. Gérald Bronner, sociologue éclairé et éclairant, bête noire des fanatiques de tout poil, connaît les théories du complot sur le bout des doigts.

Théories du complot: «Ce succès, c’est la faute de notre médiocrité collective» - Societe

Professeur à l’Université Paris-Diderot et membre de l’Institut universitaire de France, il étudie depuis de nombreuses années les mécanismes du fanatisme, des croyances collectives et du sentiment conspirationniste. Le voici qui décrypte pour nous le succès exponentiel des théories du complot. Interview. Comment naissent et se développent les théories du complot?

Elles existent depuis longtemps, par exemple le célèbre procès des Templiers était fondé en partie sur une théorie du complot. Dans le cas de Charlie Hebdo, la couleur des rétroviseurs associée aux cartes d’identité retrouvées, elles-mêmes associées au fait que les journalistes portaient des gilets pare-balles, a créé une théorie du complot. J’en appelle à une nouvelle forme de militance. Pourquoi les théories du complot sont-elles si populaires aujourd’hui? Plus que jamais. REPLAY. «La Planète des hommes - Réenchanter le risque», de Gérald Bronner (PUF) - Dans quelle éta-gère - France 2, 25/09/2014, voir, revoir, vidéo, replay. A lire : « la planète des hommes, réenchanter le risque », Gérald Bronner, Ed PUF. A la Une, Documentation d'actualités, Veille sociétale 26 septembre 2014 Dans ce livre, Gérald Bronner, sociologue, s’insurge contre certains discours qui « ont fait de nous des hypocondriaques permanents à peine étonnés que surgisse une nouvelle alerte sanitaire, fatalistes face aux scénarios de fin du monde qui sont devenus les narrations dominantes de notre avenir commun… » Il ne s’agit pas de nier les risques.

A lire : « la planète des hommes, réenchanter le risque », Gérald Bronner, Ed PUF

Mais Gérald Bronner démontre que la peur est mauvaise conseillère, contrairement à ce que disait Hans Jonas, le père du principe de précaution. Pour Gérald Bronner, il faut rompre avec les discours pessimistes, il faut réenchanter le risque.A lire absolument. Pour aller plus loin :Ecouter son interview particulièrement intéressante et fouillée sur RFI.

Les Bons Plans de Gérald Bronner Nancy - Le rêveur incrédule. Le sociologue nancéien Gérald Bronner vient d'être classé par « L'Opinion » parmi les quatre penseurs français qui vont influencer l'opinion publique.

Les Bons Plans de Gérald Bronner Nancy - Le rêveur incrédule

Alors que Nancy ne le connaît toujours pas, ce défricheur d'idées sort son 11e ouvrage paru aux Presses Universitaires de France : « La démocratie des crédules ». C'est étonnant comme parfois Nancy peut ignorer ses talents. Le Bonheur, la Liberté, l'Individualisme selon Tocqueville - Blog de Romain GAILLARD. Introduction: Notre monde n’est-il pas le meilleur des mondes ?

Le Bonheur, la Liberté, l'Individualisme selon Tocqueville - Blog de Romain GAILLARD

Grâce aux progrès techniques et à l’Etat providence, nous vivons dans un monde de plus en plus sûr, nous vivons de plus en plus longtemps et pouvons nous consacrer de plus en plus à nos loisirs. Alexis de Tocqueville 1805 - 1859. Tocqueville: l'opulence fait préférer la sécurité à la liberté. Les hommes qui ont la passion des jouissances matérielles découvrent d'ordinaire comment les agitations de la liberté troublent le bien-être, avant d'apercevoir comment la liberté sert à se le procurer ; et au moindre bruit des passions publiques qui pénètrent au milieu des petites jouissances de leur vie privée, ils s'éveillent et s'inquiètent ; pendant longtemps la peur de l'anarchie les tient sans cesse en suspens et toujours prêts à se jeter hors de la liberté au premier désordre.

Tocqueville: l'opulence fait préférer la sécurité à la liberté

Je conviendrai sans peine que la paix publique est un grand bien ; mais je ne veux pas oublier cependant que c'est à travers le bon ordre que tous les peuples sont arrivés à la tyrannie. Il ne s'ensuit pas assurément que les peuples doivent mépriser la paix publique ; mais il ne faut pas qu'elle leur suffise.

Une nation qui ne demande à son gouvernement que le maintien de l'ordre est déjà esclave au fond du coeur; elle est esclave de son bien-être, et l'homme qui doit l'enchaîner peut paraître. Le Bonheur, la Liberté, l'Individualisme selon Tocqueville - Blog de Romain GAILLARD. [Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain] Membre de la 10eme promotion de l’IHEE (Institut des Hautes Etudes de l’Entreprise : 2010-2011.

[Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain]

Professeur à l’Université Paris-Diderot (septembre 2012 - ) Professeur à l’Université de Strasbourg (septembre 2007 - 2012) 05 Juillet 2006 : Habilitation à diriger des recherches, Université Paris V. Les biais cognitifs – analyse et importation vers la sociologie, Membres du jury : Raymond Boudon, Charles-Henry Cuin, Pierre Demeulenaere, Patrick Pharo (Président du Jury), Bernard Valade (coordinateur final de l’HDR avec Jean-Michel Berthlelot) Maître de conférences à l’université de Paris-Sorbonne (septembre 2004 - 2007). Maître de conférences à l’université de Nancy 2 (septembre 1998 – septembre 2004) Attaché Temporaire d’Enseignements et de Recherches (1995-97) dans le département de sociologie à l’université de Grenoble 2.

Octobre 1995 : Doctorat de sociologie (mention Très Honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité), Université Grenoble II. Distinction scientifique Livres. Combat Monsanto - Pour que le monde de Monsanto ne devienne jamais le nôtre. Un courrier adressé par le Dr.

Combat Monsanto - Pour que le monde de Monsanto ne devienne jamais le nôtre

Marcel-Francis Kahn à Christian Vélot, où il dénonce les liens entre l’AFIS et Monsanto, raison pour laquelle il a démissionné de l’association scientiste. (consulter ce document) Le 4 févr. 08, Marcel Francis Kahn a écrit : Mon cher collègue, Gérald Bronner - sociologue, professeur à l’université Paris-Diderot (Paris-VII) Gérald Bronner : «La première Apocalypse mondialisée» INTERVIEW - Sociologue, auteur de L'Empire des croyances analyse la fascination qu'exercent les récits de fins des temps.

Gérald Bronner : «La première Apocalypse mondialisée»

LE FIGARO.- Que traduit cet engouement, si on peut l'appeler ainsi, pour la fin du monde? Gérald BRONNER.- Il est vrai que cette perspective provoque chez certains quelque chose comme un engouement et, à coup sûr, une forme de fascination qui n'est pas propre à notre époque. Elle accompagne souvent une forme de vision cyclique du temps (c'est évident avec le 21 décembre 2012 qui prétend s'inspirer d'un calendrier maya). Ce cycle peut être annuel ou déployé dans l'espace apparemment linéaire de l'histoire. «Apparemment», parce que ces récits de fins des temps narrent souvent un retour à l'âge d'or supposé des débuts de l'humanité: les méchants seront punis et toute incertitude (maladie, famine, guerre…) sera bannie. Y a-t-il un contexte propice à l'expression de cette peur très ancienne? C'est une peur-exaltation très ancienne, en effet.

Cela dépend des époques. Bronner au si joli temps du choléra. Je dois dire que j’en ai bien ri, avant d’éprouver des sentiments très divers, dont l’ahurissement est l’un des moindres.

Bronner au si joli temps du choléra

Il se trouve que le personnage principal de l’histoire racontée plus bas par le journaliste du Monde Stéphane Foucart était opposé - c’est le mot juste - à moi dans une récente émission de France Inter ( Gerald Bronner est sociologue. J’imagine qu’il a lu tous les livres sur le phénomène de la rumeur, et le rôle décisif du « désir de croire » dans la propagation des fausses nouvelles.

Mais lisez donc ce texte de Foucart, qui vient de sortir. Les écologistes ont encore frappé. Leur dangereux « précautionnisme » fait de terribles ravages, jusque dans la manière dont les autorités gèrent des crises sanitaires graves, comme l’épidémie de choléra qui a frappé Haïti fin 2010. Gérald Bronner - Wiki ReOpen911. Gérald Bronner, un chasseur de complotistes pris à son propre piège !

Autres articles Depuis quelque temps, on compte un nouveau venu dans la galaxie grandissante des chasseurs de « complotistes » (1).

Gérald Bronner, un chasseur de complotistes pris à son propre piège !

C’est un certain Gérald Bronner, qui fustige à longueur d’articles et d’interventions le « complotisme » et le principe de précaution (qu’il tente d’assimiler à du complotisme). Bronner s’en prend notamment à ceux qu’il appelle avec dédain les « précautionnistes », qui refusent notamment les OGMs ou l’énergie nucléaire. Discussion:Gérald Bronner. La planète des hommes. Réenchanter le risque, de Gérald Bronner.

La Démocratie des crédules, de Gérald Bronner. Critique du dernier livre de Gérald Bronner, La Démocratie des crédules. Par Johan Rivalland. Le « droit au doute », parfois invoqué de manière paradoxale par ceux qui contestent les vérités qui semblent les mieux établies, implique aussi des devoirs, sans quoi il devient « négation de tout discours ». Tel est le point de départ qu’établit Gérald Bronner à ce passionnant essai, La Démocratie des crédules. Ainsi « on peut montrer que quelque chose existe, mais il est impossible de montrer définitivement que quelque chose n’existe pas ».

Or, c’est ce que demandent les tenants des thèses du complot. Rapporté au mythe conspirationniste du 11 septembre, par exemple, ses promoteurs vont soutenir près d’une centaine d’arguments différents en faveur du complot, mais abusent de ce « droit » au doute, semant le trouble dans les esprits, au détriment de la confiance, indispensable à toute vie sociale. Gérald Bronner "La planète des hommes, réenchanter le risque" - Copier-Coller. Gérald Bronner lauréat de quelques prix pour son précédent essai La démocratie des crédules est revenu avec un nouvel opus : La planète des hommes.

Petite présentation de 5 minutes par l’auteur : L’essai a l’ambition de réconcilier humanisme et progrès. L’anthropophobie, peur et détestation de l’Homme et de ses actions, a contaminé l’opinion publique et rendu le progrès suspect et politiquement incorrect. Cette Idéologie instrumentalise la peur du risque lié aux nouvelles technologies, on en retrouve les racines chez Hans Jonas (1903-1993). Le sociologue Gerald Bronner : notre soci�t� doit accepter le risque. Déjà auteur d'un livre remarqué sur la dérégulation des médias, "La démocratie des crédules", le sociologue Gérald Bronner s'interroge dans un nouvel ouvrage, "La planète des hommes", sur le rejet par la société moderne de l'idée de risque et l'excès du principe de précaution.

Voir son interview intégrale sur le blog de la SFEN Extraits : Notre société est-elle gouvernée par « l'idéologie de la peur » ? L'idéologie de la peur est devenue extrêmement présente dans l'esprit de nos concitoyens. Décroissance, principe de précaution... Contre la rhétorique de l’intimidation. Gérald Bronner Professeur de sociologie à l’université Paris-Diderot, Gérald Bronner travaille sur les croyances collectives, les erreurs de raisonnement et leurs conséquences sociales. Publié aux PUF, La planète des hommes - réenchanter le risque» sort ce mercredi (140 pages, 13 euros).

Sociologue, Gérald Bronner part en guerre contre les partisans de la rhétorique de l’intimidation. Ceux, qui, au nom du principe de précaution, risquent de mener à coup sûr l’humanité à sa perte alors que des avancées technologiques pourraient l’éviter. « La Planète des hommes / Réenchanter le risque » de Gérald Bronner. Fiche de lecture de Bernard Mazin, essayiste. La planète des hommes - Réenchanter le risque - Gérald Bronner. 11-Septembre : Gérald Bronner ou le côté obscur de la sociologie. Dans sa matinale du vendredi 1er mars, France Inter se demandait "comment distinguer la vérité et le fantasme dans l'actualité ?

". En effet, comment savoir quelles sont les informations fiables et celles qu'il faut prendre avec des pincettes ? >Un journaliste sérieux répondra qu'il faut tout simplement s'intéresser aux faits, les étudier, les confronter entre eux, c'est du moins ce qu'on enseigne habituellement dans les écoles de journalisme. Il faut pour cela réussir à mettre de coté ses préjugés, ses croyances, ses a priori et être capable de n'exclure aucune hypothèse. Mais les croyances peuvent s’avérer tenaces, y compris chez ceux qui les étudient… Le principe de précaution peut-il être pris avec précaution. Démocratie des crédules ou arrogance des clercs? Gérald Bronner.