background preloader

Thérèse Desqueyroux, le roman

Facebook Twitter

Séquestrée (accueil) Pascal-Mauriac: l'uvre en dialogue : actes du colloque du Sénat, 4-6 octobre ... - Jean-Franȯis Durand. Thérèse Desqueyroux la Bordelaise. E 16 juin 1905, ce qui se déroule au palais de justice de Bordeaux pourrait être un film. Or l'histoire est vraie. Le procureur vient de recevoir une plainte de Raymond Gaube, médecin et conseiller général dans les Landes. Le médecin dit avoir été informé par un pharmacien de Bordeaux. Ce dernier aurait délivré une ordonnance, au nom d'une certaine Henriette-Blanche Canaby, qui prescrit deux produits dangereux : l'aconitine et la digitaline. 54, quai des Chartrons Le docteur Gaube connaît la patiente (c'est une amie) mais affirme n'avoir jamais écrit, encore moins signé un tel document.

Émile Canaby est un courtier en vins. Une tentative d'empoisonnement ? Incarcérée à la prison du Hâ L'affaire fait jaser aux Chartrons. Le comble de l'histoire à ce moment-là, c'est qu'Émile, l'époux qui a frôlé la mort, ne partage pas l'avis des enquêteurs. Un doute Un sérieux doute plane donc sur le procès qui s'ouvre le 25 mai 1906 devant la cour d'assises de la Gironde. Revue par François Mauriac. Les Grandes Affaires Criminelles de la Gironde - Jean-Charles Gonthier. L’affaire des Chartrons : une « semi-empoisonneuse » bordelaise à la Belle Époque. 1 Guicheteau, Gérard, « La gloire des Chartrons », Le Point, 13 mai 2004, p. 623. 2 Tsikounas, Myriam (dir.), Éternelles coupables.

Les femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours, (...) 1« Plus qu’un quartier commerçant, plus que des façades, les Chartrons sont une civilisation1. » C’est dans ce quartier de Bordeaux qu’une affaire d’empoisonnement défraye, à la Belle Époque, la chronique de la cité. La scène du crime donne à ce drame devenu fait divers un caractère exceptionnel et conforte les représentations dominantes du geste homicide commis par les femmes meurtrières. Celles-ci ne représentent que 15 % des accusés jugés par les cours d’assises, mais il semble évident pour les contemporains qu’elles privilégient le poison pour se débarrasser d’un mari, d’un amant ou d’un proche2. La condamnation de Marie Lafarge est dans toutes les mémoires. Dès le crime connu et l’ouverture de l’instruction, c’est-à-dire en juin 1905, la presse locale s’empare de cette affaire. Mauriac, Thérèse Desqueyroux. Cahiers numéro 15 (1988): L'irrationnel dans l'oeuvre de François Mauriac - François Mauriac.

Femmes et littérature: Colloque franco-anglais, Birmingham, janv. 1998. Novembre 2009. Coursdefrançais1STMG2 » Thérèse Desqueyroux (1927) de François Mauriac : incipits romanesques. Groupement de textes 1 : incipits romanesques Textes : - texte 1 :Emile Zola, Thérèse Raquin (1867) - texte 2 : Gustave Flaubert, L'Education sentimentale (1869). - texte 3 : Guy de Maupassant, Bel-Ami (1885). Texte 1 : Emile Zola, Thérèse Raquin (1867). Au bout de la rue Guénégaud, lorsqu’on vient des quais, on trouve le passage du Pont-Neuf, une sorte de corridor étroit et sombre qui va de la rue Mazarine à la rue de Seine. Ce passage a trente pas de long et deux de large, au plus ; il est pavé de dalles jaunâtres, usées, descellées, suant toujours une humidité âcre ; le vitrage qui le couvre, coupé à angle droit, est noir de crasse. Par les beaux jours d’été, quand un lourd soleil brûle les rues, une clarté blanchâtre tombe des vitres sales et traîne misérablement dans le passage.

Par les vilains jours d’hiver, par les matinées de brouillard, les vitres ne jettent que de la nuit sur les dalles gluantes, de la nuit salie et ignoble. Le passage du Pont-Neuf n’est pas un lieu de promenade. Bakalarka_FV. Coursdefrançais1STI2D » Thérèse Desqueyroux (1927) de François Mauriac : les films (versions de Georges Franju et de Claude Miller) Vous allez comparer les deux adaptations au roman de François Mauriac, en renseignant les rubriques suivantes : Comment est né THÉRÈSE DESQUEYROUX ? Après deux ou trois films chacun de notre côté, Yves Marmion, qui avait déjà produit UN SECRET, d’après Philippe Grimbert, avait envie que nous fassions un Mauriac ensemble. Il pensait au « Désert de l’amour » mais c’était un livre que je n’aimais pas beaucoup – je le trouvais désuet et l’argument ne m’intéressait pas.

Etudiant, un roman, en revanche, m’avait beaucoup marqué : « Thérèse Desqueyroux ». Je l’ai relu. Les femmes ont souvent été les moteurs de vos films. Pour moi, le cinéma, c’est filmer des gens suffisamment mystérieux pour intriguer et séduire, même s’ils font des choses qui ne sont pas bien ; c’est une affaire d’érotisme.

Vous conférerez un vrai mystère au personnage de Thérèse. C’était le meilleur moyen de rendre la tragédie que vit cette jeune femme. C’est d’autant plus tragique que, toute jeune, elle a des certitudes. Non. Le Roman.: 2ème édition - Colette Becker. Thérèse Desqueyroux - Cinéann. De Cinéann. Thérèse Desqueyroux roman de François Mauriac paru en 1927. En 1950, ce roman fut inclus dans la liste du Grand Prix des meilleurs romans du demi-siècle. Il a été également adapté au cinéma en 1962 par Georges Franju et en 2012 par Claude Miller. Argument Au premier chapitre, Thérèse sort du palais de justice, dans la nuit.

Une ordonnance de non-lieu vient d’être prononcée. Thérèse ne sera donc pas poursuivie par la justice, et pourtant, tous la savent coupable, son père qui est venu la rechercher, son avocat qui l’accompagne, son mari qui l’attend en leur propriété d’Argelouse, le lecteur enfin, qui pourtant s’attache à elle car il la sent victime. Pendant le voyage de nuit qui, de la ville, la ramène à Argelouse au milieu de la lande, Thérèse pense à sa vie passée et imagine ce qu’elle va dire à son mari lorsqu’elle va le retrouver, son mari qu’elle a voulu empoisonner. À la fin du livre, le lecteur a entendu la confession de Thérèse. Adaptations au cinéma. Coursdefrançais1ES3 » Thérèse Desqueyroux (1927) de François Mauriac : les personnages. Correction Therese Desqueyroux les personnages Les personnages I.

Les séquestrées : tante Clara, Anne de La Trave, la séquestrée de Poitiers Tante Clara « (Thérèse) s’y installait dès juillet, sous la garde d’une soeur aînée de son père, tante Clara, vieille fille sourde qui aimait aussi cette solitude parce qu’elle n’y voyait pas, disait-elle, les lèvres des autres remuer et qu’elle savait qu’on n’y pouvait rien entendre que lé vent dans les pins. » (chapitre III) « (M. . « Puis je rentrais ; je somnolais devant le feu du salon ou de la cuisine, servie en tout par tante Clara. . « Lorsque l’unique route de Saint-Clair menaça de devenir impraticable, je fus ramenée au bourg, dans la maison à peine moins ténébreuse que celle d’Argelouse. . « (Bernard) sortit, la laissant dans le noir. Beaucoup mieux, mais qu’elle voulait demeurer seule quelques instants, avant d’aller dormir : « Vous savez que c’est une de ses lubies !

« La maison s’éveille. Balionte entre sans frapper : « Mam’selle est morte. Coursdefrançais1ES3 » Thérèse Desqueyroux (1927) de François Mauriac : lecture analytique n° 5 : l’incipit. Lecture analytique n° 5 : l’incipit Thérèse Desqueyroux incipit Thérèse Desqueyroux incipit complété L’avocat ouvrit une porte. Thérèse Desqueyroux, dans ce couloir dérobé du palais de justice, sentit sur sa face la brume et, profondément, l’aspira. . « Vous pouvez sortir, il n’y a personne. » Elle descendit des marches mouillées. . « Je recevrai demain l’avis officiel du non-­lieu. - Il ne peut plus y avoir de surprise ? - Non : les carottes sont cuites, comme on dit. - Après la déposition de mon gendre, c’était couru. - Couru… couru… On ne sait jamais. - Du moment que, de son propre aveu il ne comptait jamais les gouttes… - Vous savez, Larroque, dans ces sortes d’affaires, le témoignage de la victime… » La voix de Thérèse s’éleva : « Il n’y a pas eu de victime. - J’ai voulu dire : victime de son imprudence, madame. » Les deux hommes, un instant, observèrent la jeune femme immobile, serrée dans son manteau, et ce blême visage, qui n’exprimait rien.

. « La déposition de M. . - Il a retiré sa plainte… Texte 1. Coursdefrançais1ES3 » Thérèse Desqueyroux (1927) de François Mauriac : la technique romanesque, la construction du roman, la temporalités, les lieux, les mises en abyme. Thérèse Desqueyroux (1927) de François Mauriac Résumé Les événements du roman correspondent au moment de l’écriture et de la parution de Thérèse Desqueyroux : le lecteur de l’époque, en effet, a pu reconnaître la vie quotidienne dans la province des Landes.

Mais aucun repère ne permet de situer les faits avec exactitude dans le temps. Deux allusions, l’une à l’affaire Dreyfus (1894-1905), l’autre au fait divers de la séquestrée de Poitiers (1901), permettent de situer vaguement l’action du roman : « A son habitude, la sourde commença de parler à perdre haleine ; elle disait qu’ils avaient toujours eu la même tactique et que c’était l’affaire Dreyfus qui commençait : « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose.

Ils étaient rudement forts et les républicains avaient tort de ne plus se tenir sur leurs gardes. La construction du roman Avec les chapitres suivants, c’est l’immersion dans les souvenirs. La disproportion entre les deux parties est remarquable : Les lieux Paris Budos. Coursdefrançais1ES3 » Thérèse Desqueyroux (1927) de François Mauriac : la genèse de l’oeuvre : le fait divers, la première version de T. D., le titre, le bovarysme.

La genèse de l’oeuvre L’affaire Henriette-Blanche Canaby : François Mauriac s’est inspiré d’un fait divers : qui est-elle ? Au milieu de l’effervescence du quartier des Chartrons, cœur économique de Bordeaux, est commis un empoisonnement qui va marquer non seulement la ville et ses habitants mais aussi le jeune François Mauriac qui s’inspirera de l’accusée, Henriette Canaby, pour décrire Thérèse Desqueyroux. La forte identité du quartier, l’attitude de la victime, les prises de position des journalistes contribuent à donner à ce fait divers un caractère exceptionnel. Tandis que la rumeur s’empare de cette affaire et influence l’enquête menée par le médecin de famille, la presse locale s’en saisit dès l’ouverture de l’instruction, en juin 1905.

Quant aux journalistes de la presse parisienne et spécialisée, ils rendent compte du procès en insistant sur la perplexité des magistrats, des journalistes, des experts et de l’opinion publique. La première version : « Conscience, instinct divin » Coursdefrançais1ES3 » Thérèse Desqueyroux (1927) de François Mauriac : descriptif de la séquence. Une Vie de Maupassant, Thérèse Desqueyroux de Mauriac : deux destins de femmes. INTRODUCTION.

Une Vie de Maupassant, Thérèse Desqueyroux de Mauriac : deux destins de femmes (© Bruno Rigolt, juin 1985 pour la première version (Université de Paris IV-Sorbonne, mars 2010, LEF pour la version mise à jour) Sommaire (table des matières) Introduction Première partie : Destin et Comédie Deuxième partie ; Destin et Drame Les deux romans sont accessibles gratuitement en ligne (cliquez sur chaque titre) : Une Vie ; Thérèse Desqueyroux Lukàcs a défini le passage de l'épopée au roman comme une mutation du héros positif en héros problématique. Sur la représentation mythique de la femme, issue des fonds légendaires de l'Occident, s'est greffée, dès la seconde moitié du dix-neuvième siècle, sa représentation idéologique. Cette fatalité profondément tragique de la femme, apparaît particulièrement dans l'oeuvre de Maupassant et de Mauriac, mais c'est dans l'un de leurs plus beaux romans, Une vie et Thérèse Desqueyroux qu'elle est la plus achevée.

. (1) Le Grand Robert de la langue française. Coursdefrançais1ES3 » Thérèse Desqueyroux (1927) de François Mauriac : la religion dans le roman. A propos de Thérèse Desqueyroux (1962), le film de Georges Franju, Mauriac a écrit ceci : « Ce beau film est l’oeuvre d’un autre. (…) je ne me sens responsable de rien, même de cette Thérèse devenue vraie grâce à Emmanuèle Riva, et qui n’est plus cet être rêvé, cette créature sans frontière… (…) cette fidélité au roman dont on loue Georges Franju ou dont on le blâme n’est pas sans défaut. Je ne pense pas ici à l’époque qui n’est pas celle du livre : la séquestration de Thérèse serait-elle possible aujourd’hui ? Mais c’est sur un point essentiel que je reconnais pas tout à fait son livre.

Thérèse Desqueyroux n’est sans doute pas un roman chrétien, mais c’est un roman de chrétien, que seul un chrétien peut écrire. J’en ai été frappé en le relisant. Mauriac a écrit Thérèse Desqueyroux dans un moment de crise, alors qu’il se sentait dans un « grand abandonnement du côté de Dieu ». L’avis au lecteur « Thérèse, beaucoup diront que tu n’existes pas.

Une confession plutôt qu’une défense « Ah !