Lyrisme

Facebook Twitter

MOYEN AGE : LA POÉSIE LYRIQUE. «Lyrique» vient du mot lyre, l’instrument de musique dont s’accompagnait l’aède grec lorsqu’il psalmodiait des vers.

MOYEN AGE : LA POÉSIE LYRIQUE

Par lyrisme, il faut entendre ici toute poésie qui repose essentiellement sur l’expression de sentiments personnels, intimes (le plus souvent l’amour, presque absent dans les chansons de geste), même si au Moyen Age ménestrels (poètes et musiciens qui chantaient leurs vers) et jongleurs (poètes qui récitaient les chansons de geste) sont à la fois poètes et musiciens. LE COURANT ARISTOCRATIQUE l’amour courtois ou «fin’amor» (XIIe et XIIIe siècles). ORIGINES : Naissance dans la France du sud, puis du nord, d’un nouvel art de vivre qui adoucit les moeurs de la société féodale. Les riches seigneurs favorisent une vie de cour luxueuse, où se succèdent fêtes et dépenses de prestige, où la femme prend une place prépondérante. «Courtois» signifie donc au départ raffiné, élégant comme un homme de cour.

Lyrique amoureuse

Qu'est-ce que le lyrisme ? LE LYRISME, histoire, formes et thématique... par Jean-Michel Maulpoix La poésie lyrique est souvent définie comme le genre littéraire qui accueille l’expression personnelle des sentiments du poète.

Qu'est-ce que le lyrisme ?

L’auteur lyrique parle en effet en son nom propre; il dit “je”. Cette définition, toutefois, est insuffisante, en ce qu’elle néglige deux autres composantes essentielles du lyrisme qui sont la recherche de la musicalité et la visée de l’idéal. Il convient donc plutôt de percevoir celui-ci comme l’expression d’un sujet singulier qui tend à métamorphoser, voire à sublimer le contenu de son expérience et de sa vie affective, dans une parole mélodieuse et rythmée ayant la musique pour modèle.

La poésie lyrique doit en effet son nom à la lyre qui, dans l’Antiquité, accompagnait ses chants. Symbole d’unité et d’harmonie, cet instrument apollinien prend dans le mythe d’Orphée une valeur pacificatrice. Le lyrisme, de l'investissement au retrait. Atelier de théorie littéraire : Le lyrisme, de l'investissement au retrait •Lyrisme et romantisme Depuis la poésie romantique, on associe le lyrisme à l'expression de la subjectivité doublée de l'idée de souffrance qui caractérisait l'élection et la marginalité du poète (Madame de Staël, critique incontestable du XIXème romantique consacre le dixième chapitre de De l'Allemagne à cette idée.) .

Le lyrisme, de l'investissement au retrait

Le lyrisme romantique se définit comme spirituel et désenchanté ; sa poésie comme un élan, un effort vers le Beau, l'Idéal, le Sublime, ou le Divin, souvent entravé par la réalité, la laideur du monde. Les Méditations poétiques de Lamartine en 1820 miment ainsi une progression vers l'Idéal, l'élévation vers une consolation divine.