background preloader

SVT : Abeilles

Facebook Twitter

Carte europe effondrement abeilles. Les chercheurs volent au secours des abeilles. Coup de tabac sur les ruches. Les abeilles seraient accro, un peu comme vous à la cigarette Marc.

Coup de tabac sur les ruches

Vraiment. Les abeilles et vous, même combat. Sauf que les abeilles vont nettement, mais alors très nettement moins bien que vous. Il y a un autre point commun entre vous et les abeilles Marc : c'est qu'avec le printemps, vous recommencez à mettre le nez dehors, ce qui vous vaut d'ailleurs cette mine superbe et ce beau teint halé. entrée d'une ruche Björn Appel © Creative Commons Mais à l’inverse, pour les apiculteurs, le printemps depuis plusieurs années, c'est un moment d'angoisse.

Si le taux normal de mortalité est de 10/15% en hiver, dans certaines régions, il serait cette année supérieur à 50, voire 60%. Comment expliquer cette surmortalité ? Les néonicotinoïdes, c'est le cauchemar des apiculteurs, et c'est le centre névralgique de la guerre qui les oppose aux agriculteurs. Pollinisateurs. Bourdons et papillons victimes des pesticides. Grâce aux observatoires dans les jardins de zone urbaine, les chercheurs du Muséum mesurent l'impact des produits phytosanitaires sur les hyménoptères.

Bourdons et papillons victimes des pesticides

Pour les particuliers qui utilisent des pesticides dans leur jardin, l'étude fraîchement publiée dans la revue Biological Conservation va peut-être les faire changer d'avis. Elle montre en effet l'impact à grande échelle de ces produits sur les bourdons et les papillons. Une étude qui doit son existence aux sciences participatives. L'Observation des papillons de jour dans les jardins et des bourdons pollinisateurs par toute personne qui a un peu de temps à consacrer à un tel programme a été mise en place en 2006, dans le cadre du plan Vigie-Nature piloté par le Muséum national d'histoire naturelle.

«Cela fonctionne de façon ininterrompue depuis», raconte Benoît Fontaine, chercheur au Muséum qui a mené les travaux avec Audrey Muratet de l'Observatoire départemental de la biodiversité urbaine de Seine-Saint-Denis. Abeilles: les insecticides tuent à faibles doses. Bees9HR Deux études parues ce matin dans la revue Science montrent comment de faibles doses d'insecticides peuvent tuer les abeilles et contribuer à l'effondrement d'une ruche.

Abeilles: les insecticides tuent à faibles doses

(Abeille butinant, © Science/AAAS]) Le principal article provient d'une équipe de recherche française. Elle a montré expérimentalement la capacité d’un insecticide utilisé à faibles doses - non létales - à désorienter les abeilles ce qui les empêche de retrouver le chemin de leur ruche... et les condamne. Mais de manière discrète car on ne retrouve pas leurs cadavres. L'insecticide utilisé dans l'expérience est le thiaméthoxam, utilisé pour la protection des cultures contre certains ravageurs, notamment par enrobage des semences. L'expérience réalisée par l'équipe française a consisté à coller des micropuces RFID sur le thorax de plus de 650 abeilles, afin de contrôler individuellement leur entrée ou leur sortie de la ruche grâce à une série de capteurs électroniques.

Environnement. Abeilles et pesticides : l’étude scientifique avait été mal interprétée. Insecticides et champignon pathogène : le cocktail mortel des abeilles. Les scientifiques savent que les insecticides peuvent avoir un effet nocif sur les abeilles.

Insecticides et champignon pathogène : le cocktail mortel des abeilles

Ils savent aussi que ces abeilles sont exposées à de nombreux organismes pathogènes qui réduisent leur taux de survie. Mais depuis peu, les recherches se sont intéressées à la synergie qui découle de l’association de deux parasites, deux insecticides ou d’un insecticide et un parasite. Les travaux de Cyril Vidau et de l’équipe de l’Inra d’Avignon emmenée par Luc Belzunces portent sur l’association de deux insecticides connus, le fipronil et le thiaclopride, avec un champignon pathogène, Nosema ceranae. Les résultats de l’étude, publiée récemment dans PLoS One, montrent que la synergie provenant de ces associations est particulièrement néfaste pour l’abeille domestique, Apis mellifera. INRA - Ecobee : laboratoire d'observation des abeilles. Créé en 2007, le dispositif Ecobee permet : de suivre l’évolution des colonies dans une zone de grande culture au cours d’une saison ou sur plusieurs années, de faciliter des actions de recherche ponctuelles pour tester des hypothèses spécifiques et des questions d’actualité, d’apporter des outils pour évaluer les effets de la politique agricole sur les insectes pollinisateurs.

INRA - Ecobee : laboratoire d'observation des abeilles

Déclin des colonies d’abeilles : causes possibles. Depuis plus de 15 ans, les colonies d’abeilles sont en proie à un mal étrange et peu compris des apiculteurs et des scientifiques, avec chaque année, des milliers de colonies qui disparaissent.

Déclin des colonies d’abeilles : causes possibles

Pour expliquer ce phénomène, observé principalement par les apiculteurs européens et américains, de nombreuses pistes sont avancées : - l’appauvrissement de la diversité et de la qualité des ressources alimentaires (en lien avec les changements climatiques), - l’intensification des monocultures et la modification des paysages, - l’action d’agents pathogènes responsables de maladies comme la varroase, les loques et la nosémose (voir encadré), - le stress chimique provoqué par l’exposition des abeilles aux produits phytosanitaires et vétérinaires ou encore certains prédateurs tels que le frelon à pattes jaunes. Abeilles sauvages et pollinisation. Espèces invasives et nouveaux prédateurs : les blattes. Hécatombes dans les ruches : des abeilles forcées à butiner trop jeunes.

Effondrement des colonies - Et si les abeilles disparaissaient ? (Le monde des ados n°248) Les causes de l'hécatombe (Le monde des ados n°248) Syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles. Abeille avec du pollen sur les pattes© C.

Syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles

Magdelaine / notre-planete.info Depuis plusieurs années, un phénomène d'affaiblissement et de mortalité des colonies d'abeilles est constaté dans de nombreux pays. Dans ce contexte, pour la première fois, un programme de surveillance active de la mortalité des colonies d'abeilles, intitulé EPILOBEE, a été mis en œuvre en Europe au sein de 17 Etats membres : près de 32 000 colonies d'abeilles ont été inspectées pour mesurer les taux de mortalité et tenter d'identifier certaines causes. Les abeilles sont des pollinisateurs précieux qui, avec d'autres insectes comme les syrphes, sont indispensables pour la production alimentaire : plus de 70 % des cultures, dont presque tous les fruitiers, légumes, oléagineux et protéagineux, épices, café et cacao, dépendent de la pollinisation.

Outre ce travail, les abeilles produisent 234 000 tonnes de miel par an en Europe, grâce au travail de 630 000 apiculteurs qui gèrent 16 millions de ruches au total. Frelon asiatique 1 (SVJ n°215) Frelon asiatique 2 (SVJ n°215) Frelon asiatique 3 (SVJ n°215) Impact des pesticides sur la pollinisation par les abeilles. Une abeille visitant une fleur de courgette. © CARRERAS Florence Les abeilles sont plusieurs milliards à bourdonner autour des surfaces fleuries du monde.

Impact des pesticides sur la pollinisation par les abeilles

Elles ont toutes en commun de se nourrir de nectar et de pollen et d’assurer le transport du pollen pour la reproduction des plantes à fleurs. En 2008, une étude du CNRS et de l’Inra a chiffré la valeur de l'activité de pollinisation des insectes, majoritairement des abeilles, à 153 milliards d'euros sur les principales cultures alimentaires de l'homme.Parmi les 20 000 espèces mondiales, et le millier que l’on trouve en France, on distingue toutes sortes d’abeilles. « Si la plupart d’entre nous connaissent celle qui vit en ruche et produit du miel, l’abeille domestique, il ne s’agit que d’une espèce parmi les autres », précise Mickaël Henry, chercheur biologiste dans l’unité Abeilles et Environnement d'Avignon.

Abeilles en péril: démontrer les responsabilités. Les saisons passent, les abeilles aussi Les abeilles domestiques - Apis mellifera en Europe – vivent dans des ruches.

Abeilles en péril: démontrer les responsabilités

Une ruche peut contenir jusqu’à 40 000 abeilles l’été et descendre en dessous de 20 000 en hiver. La longévité de ces petites travailleuses varie aussi en fonction de la saison : elles peuvent vivre jusqu’à quatre mois l’hiver, alors que l’été, étant très occupée à butiner, mais également plus exposées au stress, elles « s’usent » plus vite et ne vivent que trente à quarante jours. Abeilles et pesticides. Les causes de la mort des abeilles. Quelques notions pour comprendre le Syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles ou CCD Quelques chiffres:Depuis 4 ans, en Europe et aux États-Unis, les apiculteurs ont perdu jusqu'à 80 % de leurs cheptels.En 2007, le taux de ruches abandonnéesatteignait 80 % dans les régions les plus touchés.En Europe, de nombreux pays ontannoncé des pertes importantesdès l’an 2000.

Les causes de la mort des abeilles

Dans les ruchers les plus touchés, jusqu’à 90 % des abeilles sont supposées mortes, car non rentrées à la ruche.En France, entre 1995 et 2005, lespertes de ruches ont été jusqu'à 400 000 par an sur 1 350 000 ruches ! 1500 apiculteurs ont dû cesser leur activité. A quoi ressembleraient nos supermarchés sans les abeilles.

Des puces RFID au secours des abeilles. Abeilles et insecticides : une clef du mystère. Abeille CNRS C'est un couple parasite plus insecticide qui pourrait expliquer certaines des mortalités massives d'abeilles domestiques. Une étude publiée dans Plos One par une équipe du Cnrs et de l'Inra l'affirme.

Ces mortalités soulèvent une vive polémique depuis plusieurs années. Des apiculteurs mettent en cause les produits phytosanitaires, tandis que les producteurs se défendent à coups d'expériences de laboratoire montrant l'innocuité de leurs molécules aux doses utilisées en champs par les agriculteurs. (photo © Philippe Poirier et Cyril Vidau, Cnrs.) Depuis quelques années, la piste de synergies fatales entre plusieurs causes de ces effondrements des populations d'abeilles est poursuivie.

Or, les abeilles infectées par Nosema ceranae et exposées régulièrment aux insecticides succombent, tandis que les abeilles saines supportent très bien ces doses d'insecticides. Du répit pour les abeilles? Des solutions envisagées. A elles seules, les abeilles sont responsables de 80% de la pollinisation des espèces de plantes. Leur disparition serait un coup dur pour tout notre environnement, mais aussi pour l’agriculture. Quelles sont les alternatives ? Des chercheurs s’intéressent aux autres modes de pollinisation. Dans la nature, les plantes ont besoin d’un intermédiaire pour se reproduire : un pollinisateur, dont le rôle va être d’amener le pollen de la fleur mâle au pistil de la fleur femelle.

Si le vent (ou la pluie) peuvent jouer les entremetteurs, une large partie du travail est assuré par des insectes. Avec la disparition des pollinisateurs, c'est l'alimentation de millions de personnes qui est menacée. MENACE. Les pollinisateurs, insectes ou oiseaux, sont en déclin et certaines espèces sont même en danger d'extinction, ce qui menace une partie de la production agricole mondiale, a prévenu vendredi 26 février 2016 un groupe de scientifiques mandatés par l'ONU pour évaluer le recul de la biodiversité. La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES en anglais) dresse ce constat inquiétant dans son premier rapport, publié le même vendredi à Kuala Lumpur, et dans un résumé destiné à éclairer les choix des politiques pour enrayer une spirale préjudiciable à l'alimentation des populations.

"Un nombre croissant de pollinisateurs sont menacés d'extinction, au niveau mondial, par plusieurs facteurs, dont nombreux sont dus à l'homme, ce qui met en danger les moyens d'existence de millions de personnes et des centaines de milliards de dollars de production agricole", estime le groupe d'experts dans un communiqué. Moins de fruits, légumes et graines. Dans les vergers du Sichuan, les hommes font le travail des abeilles. La saison de la pollinisation bat son plein dans les vergers du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine.

Perchés aux branches des pommiers, les agriculteurs du village de Nanxin se contorsionnent pour atteindre les fleurs les plus éloignées. Faire le travail réservé ailleurs sur la planète aux abeilles requiert une certaine agilité. A en croire Zhen Xiuqiong, 56 ans, tout est question d'habitude. Voilà plus de vingt ans qu'elle grimpe sur ses arbres et ceux de ses voisins dès l'apparition du printemps. S'il peut arriver qu'une branche casse, elle dit ne jamais avoir peur. Tous les habitants du village en âge de travailler sont mobilisés pour la pollinisation à la main. Zeng Zigao, 38 ans, explique que le système repose beaucoup sur l'entraide : les proches sont réquisitionnés le temps de l'opération. Le meilleur outil pour la pollinisation à la main est une tige au bout de laquelle est fixé soit un filtre de cigarette, soit une pointe d'effaceur scolaire.

Abeille : en Chine, des hommes font le travail des pollinisateurs disparus. Au sud-ouest de la Chine, dans la province du Sichuan, les vergers donnent toujours des fruits malgré la disparition progressive des abeilles. Les cultivateurs ont en effet trouvé une solution de remplacement : chaque année, au mois d'avril, ce sont les habitants qui pollinisent les fleurs à la main. Dans la région du Sichuan, en Chine, la population d’abeilles ne cesse de baisser depuis une vingtaine d’années. Les routes du miel : pollinisation à la main - Sichuan. CHINE – Province du Sichuan, Hanyuan Pollinisation des vergers de poiriers à la main. La Chine a réalisé sa révolution agricole dans les années quatre-vingt suite à la politique nataliste du Président Mao Zedong.

Un monde sans abeilles : pourquoi ? Abeille récoltant du pollen Jon Sullivan©Domaine public « Si une intelligence étrangère à notre globe venait demander à la terre l’objet le plus parfait de la logique de la vie, il faudrait lui présenter l’humble rayon de miel », écrivait Maurice Maeterlinck en 1901 dans l’un de ses plus célèbres ouvrages, La Vie des Abeilles . Du miel, sans abeille. Abeilles en ville. Abeilles en ville : Urbanbees. Objectifs généraux d’Urbanbees Le programme Life + Biodiversité URBANBEES (2010-2014) a pour objectif principal la diffusion au niveau européen d’un guide de gestion validé au cours du programme, qui vise à maintenir et augmenter la diversité et l'abondance des abeilles sauvages en milieux urbains et périurbains. L’urbanisation réduit la diversité des insectes pollinisateurs – Paris côté jardin. Ces robots qui pourraient remplacer les abeilles. VIDÉOS - Aujourd'hui, un tiers de notre nourriture dépend directement de l'abeille, le pollinisateur le plus important de la planète.

Les abeilles cyborg arrivent ! Puces RFID. Sauvés ? Des robots pollinisateurs pourraient bientôt remplacer les abeilles. CONTINENT SCIENCES - Les mondes de la biodiversité urbaine - Sciences. Pollution et miel. Pesticides dans le miel ? Des microplastiques jusque dans le miel ! Actu 60 Millions révèle que le miel vendu en France contient des particules de plastique. En Alsace, les abeilles butinent le sucre des poubelles faute de fleurs. Mars soupçonné d'être à l'origine d'une pollution du miel à Ribeauvillé. La ville-nature - L'abeille sentinelle - CNRS sagascience.