background preloader

Principaux camps

Facebook Twitter

Le camp d'Auschwitz – Jusqu'au dernier. Extrait vidéo de 7 min issu du documentaire Auschwitz, les mots pour le dire, réalisé par JP Caldon en 2010, construit autour des témoignages d'anciens déportés. L'album d'Auschwitz (193 photographies) L'Album d'Auschwitz (aussi appelé Album de Lili Jacob, du nom de la détentrice de l'album) désigne un ensemble de photographies prises dans le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau à l'été 1944.

l'album d'Auschwitz (193 photographies)

Cette collection est considérée comme unique dans la mesure où elle constitue aujourd'hui l'un des principaux témoignages visuels du processus d'extermination des déportés juifs d'un convoi dans un centre de mise à mort. Cet album qui comprend 193 prises de vues a initialement été découvert par une déportée, Lili Jacob, dans une baraque du camp de Dora-Mittelbau. En 1980, Serge Klarsfeld arrive à convaincre Lili que l'album doit être sauvegardé et protégé. Elle se rend alors à Jérusalem où elle rencontre le Premier ministre Menahem Begin, et en fait don au Mémorial de Yad Vashem, où il se trouve toujours. Les photographies portent sur l'arrivée des convois de Juifs de Hongrie, communauté déportée en mai 1944.

Auschwitz. Auschwitz fut le plus grand complexe concentrationnaire crée par les nazis.

Auschwitz

Des prisonniers étaient soumis au travail forcé dans ses trois camps principaux et l'un des camps fonctionna longtemps comme centre de mise à mort. Auschwitz fut créé à environ 60 kilomètres à l'ouest de Cracovie, près de la frontière germano-polonaise d'avant guerre, en Haute-Silésie, une région annexée en 1939 par l'Allemagne nazie après l'invasion et la conquête de la Pologne. 14 récits d'Auschwitz en vidéos - (Collectif histoire et mémoire) Documentaire au CDI - Auschwitz : l'histoire d'un camp d'extermination nazi. Les deux albums d'Auschwitz. Encyclopédie, histoire des peuples et civilisations, histoire de France, l'art et les hommes, les grandes idéologies... Les principaux camps. Après le démantèlement des « camps sauvages » créés dès février 1933 et dirigés souvent par la SA, Gestapo et SS vont édifier le système concentrationnaire proprement dit, celui des « camps de concentration d’Etat » (Staatliche Konzentrationslager) désignés officiellement par le sigle KL (et familièrement, KZ).

Les principaux camps

Comme les camps sauvages, les KL vont d’abord voir affluer, sur décision de la police secrète d’état (la Gestapo), des Allemands hostiles au nazisme, les « politiques » porteurs du triangle rouge. Ils recevront aussi des femmes et des hommes au comportement jugé indésirable (homosexuels, asociaux, membres de certaines sectes, criminels de droit commun…), porteurs de triangles d’autres couleurs. Les centres de mise à mort. Les camps de mise à mort furent construits par les Nazis dans l'unique but de perpétrer des meurtres de masse. Contrairement aux camps de concentration qui étaient surtout des centres de détention et de travail, les camps de mise à mort (appelés également “camps de la mort”) étaient presque uniquement des “usines de mort”.

Près de 2,7 millions de Juifs furent tués dans les camps de mise à mort, soit gazés, soit abattus. Principaux camps - (CANOPE, webographie simplifiée)