background preloader

Génocide nazi

Facebook Twitter

Définitions : Génocide, Holocauste, Shoah. La chute du Mur a évidement modifié des choses, avant tout par la prise en compte de la Shoah à l’Est.

définitions : Génocide, Holocauste, Shoah

Cela a permis non seulement de sortir d’une vision occidentale des choses, celle de "La Destruction des Juifs d’Europe"...mais aussi de réunir des historiographies jusque là largement séparées. " Claire Zalc, Agone n° 53, p. 95. André Loez, « Vers une histoire au plus proche des situations sociales ? Entretien avec Claire Zalc sur l’histoire récente de la Shoah » Introduction à la Shoah. La Shoah — mot hébreu signifiant "catastrophe" — désigne la persécution et l'extermination systématiques et bureaucratiques d'environ 6 millions de Juifs, par le régime nazi et ses collaborateurs.

Introduction à la Shoah

Le terme grec "Holocauste" qui signifie "sacrifice par le feu" est également utilisé. Les nazis, qui arrivèrent au pouvoir en janvier 1933, pensaient que les Allemands étaient "racialement supérieurs" et que les Juifs, qu'ils considéraient inférieurs, représentaient une menace étrangère pour la "communauté raciale allemande".

Pendant la Shoah, les autorités allemandes s'en prirent aussi à d'autres groupes qu'elles jugeaient "racialement inférieurs": les Roms (Tziganes), les handicapés et certains peuples slaves (dont les Polonais et les Russes). FAQ Holocauste FR Memorial de la Shoah. Les déportations vers les camps de mise à mort. Les nazis ont utilisé le transport ferroviaire pour réorganiser la composition ethnique de l'Europe orientale dans le cadre de la Seconde guerre mondiale.

Les déportations vers les camps de mise à mort

En 1941, les dirigeants nazis décidèrent de mettre en oeuvre la "Solution finale", l'extermination massive et systématique des Juifs d'Europe. Les Allemands utilisèrent le réseau ferroviaire de l'ensemble du continent pour transporter et déporter les Juifs, principalement en Europe de l'est. Les enfants juifs de Paris déportés de juillet 1942 à août 1944. Le programme d'euthanasie (T4)

En général, le terme « euthanasie » (littéralement « bonne mort ») fait référence au fait de provoquer une mort sans douleur chez un malade chronique ou en phase terminale.

Le programme d'euthanasie (T4)

Dans le contexte nazi, il s'agissait d'un euphémisme pour désigner un programme clandestin d'assassinat ayant pour but l'extermination systématique des handicapés physiques et mentaux vivant dans les établissements d'Allemagne et des territoires annexés par l'Allemagne. Le programme d'« euthanasie » fut le premier dans l'Allemagne nazie à envisager le meurtre de masse.

Il précéda d'environ deux ans le génocide des Juifs (l'Holocauste) et fut l'une des nombreuses mesures eugéniques radicales visant à restaurer l'« intégrité » raciale de la nation allemande. Les centres d’exterminationet d’“euthanasie” Dès 1939, avant même les décisions de l’automne 1941 et la mise au point, à Wannsee, de la « Solution Finale du problème juif », il n’est pas fait mystère des intentions qui animent les nazis : « Nous allons en Pologne pour rosser les juifs !

Les centres d’exterminationet d’“euthanasie”

» La finalité proclamée de l’idéologie nazie était d’ordre racial. Elle prétendait établir, pour mille ans, la prééminence d’une prétendue « race aryenne » qu’il s’agissait d’abord d’épurer en la débarrassant du « mauvais sang » : les Allemands biologiquement impurs ou « indignes de vivre ». Le plein épanouissement de la race des seigneurs exigeait, par ailleurs, la colonisation d’un « espace vital » conquis (Lebensraum) et l’éradication totale ou partielle des habitants de « races inférieures » ou leur réduction en esclavage. Les centres de mise à mort. Les camps de mise à mort furent construits par les Nazis dans l'unique but de perpétrer des meurtres de masse. Contrairement aux camps de concentration qui étaient surtout des centres de détention et de travail, les camps de mise à mort (appelés également “camps de la mort”) étaient presque uniquement des “usines de mort”.

Près de 2,7 millions de Juifs furent tués dans les camps de mise à mort, soit gazés, soit abattus. CHELMNO, BELZEC, SOBIBOR ET TREBLINKA Le premier camp de mise à mort fut celui de Chelmno, qui ouvrit dans le Warthegau (la partie de la Pologne annexée à l'Allemagne) en décembre 1941. Les opérations de gazage. A la fin de l'année 1939, les nazis commencèrent à expérimenter les gaz toxiques afin d'exterminer des malades mentaux ("euthanasie") et de préparer l'extermination de masse.

Les opérations de gazage

Euphémisme nazi, le terme "euthanasie" désignait l'extermination systématique de ces Allemands considérés comme "indignes de vivre" en raison de leur maladie mentale ou de leur handicap physique. Six installations de gazage furent mises en place dans le cadre du Programme d'euthanasie : à Bernburg, Brandenburg, Grafeneck, Hadamar, Hartheim et Sonnenstein. Ces centres de mise à mort utilisaient du monoxyde de carbone pur, fabriqué chimiquement Après l'invasion de l'Union soviétique par l'Allemagne en juin 1941, les Einsatzgruppen (unités mobiles de mise à mort) exécutèrent massivement par armes à feu des civils Les nazis expérimentèrent ensuite des camions à gaz pour les mises à mort. La Conférence de Wannsee et la "Solution finale" Victimes bilan (1)