background preloader

Cinéma

Facebook Twitter

Le film de la semaine : « Béliers » de Grimur Hakonarson. D’où vient que la simple histoire de deux fermiers (et frères ennemis) islandais luttant pour la sauvegarde de leurs troupeaux de moutons nous touche autant ?

Le film de la semaine : « Béliers » de Grimur Hakonarson

Fort de ses origines et de son expérience du monde rural, le jeune cinéaste, Grimur Hakonarson, plante sa caméra dans l’immensité dénudée d’un paysage grandiose, au cœur d’un village isolé, au sein duquel vivent ses héros, vieux célibataires taiseux. Ces derniers prodiguent à leurs bêtes une attention et un amour sans commune mesure avec la retenue et l’absence d’échanges qui caractérisent leur relation avec les humains. Pourtant un grave événement vient perturber la routine des travaux et des jours, obligent les hommes à sortir de leur réserve et de leur hostilité irréductible. Comment les deux ronchons à la barbe et aux cheveux blancs vont-ils affronter l’adversité, braver la nature déchaînée et renouer avec leur commune humanité ? Des hommes et des bêtes isolés sur un vaste territoire. Le film de la semaine : « Mia Madre » de Nanni Moretti. Comment affronter la disparition prochaine d’un parent aimant et aimé ?

Le film de la semaine : « Mia Madre » de Nanni Moretti

En quoi l’inéluctabilité de cette mort remue-t-elle de fond en comble le psychisme et l’imaginaire de ceux qui restent ? De quelle façon la transmission peut-elle s’opérer d’une génération à l’autre ? Depuis ses débuts en 1976 (« Je suis un autarcique »), en humoriste implacable, prince de l’autodérision et de la satire cinglante, le grand cinéaste italien ne recule devant rien. Après la tragédie familiale de la perte d’un enfant (« La Chambre du fils », Palme d’Or, Cannes, 2001), la fable loufoque autour de la vacance du pouvoir (« Habemus Papam », 2011), Nanni Moretti, à travers un mélange subtil des genres et des registres, interroge ici notre condition de mortels. Sans cynisme ni forfanterie, il nous offre « Mia Madre », film drôle à pleurer, burlesque et tendu, foutraque et absurde comme la vie. La fiction en question Face à nous, une grande banderole (‘Non aux licenciements’) tenue par des salariés en colère.

Le film de la semaine : « Dis, maitresse » de Jean-Paul Julliand. Comment convaincre les derniers sceptiques des multiples mérites éducatifs et citoyens de la scolarisation des enfants de moins de trois ans ?

Le film de la semaine : « Dis, maitresse » de Jean-Paul Julliand

Loin des recherches théoriques et des querelles d’experts, le réalisateur Jean-Paul Julliand n’y va par quatre chemins. Pendant une année scolaire, il installe sa caméra discrète au sein d’une classe de l’école maternelle Anatole France dans le quartier des Minguettes à Vénissieux. Le film de la semaine « Les Suffragettes » de Sarah Gavron. Qui connait le combat des premiers mouvements ‘féministes’ britanniques du début du XIXème siècle ?

Le film de la semaine « Les Suffragettes » de Sarah Gavron

Et les sacrifices consentis par ces militantes audacieuses, issues de toutes les couches de la société, pour arracher les mêmes droits que les hommes, celui de voter en particulier ? Le film de la semaine : « une histoire de fou » de Robert Guediguian. Un siècle après l’événement tragique, comment évoquer à l’écran le génocide de 1915 et plaider la cause arménienne ?

Le film de la semaine : « une histoire de fou » de Robert Guediguian

Quelle fiction cinématographique inventer apte à restituer l’onde de choc d’un massacre programmé, nié encore aujourd’hui, en particulier par les autorités turques ? Après un retour intime au pays de ses origines et « Le voyage en Arménie » (2006), Robert Guédiguian explore cette fois-ci l’histoire récente d’Arméniens installés en France et met en lumière les conséquences dramatiques de l’engagement de certains jeunes dans des groupes terroristes. Inspirée de faits réels et d’un récit authentique, « Une histoire de fou » éclaire un pan, encore largement méconnu, de l’histoire arménienne au XXe siècle.

Tout en portant un regard sans complaisance sur les impasses criminelles de la lutte armée, le cinéaste nous offre un drame romanesque, ample et généreux, toujours en accord avec son engagement humaniste. Site officiel. Madame Bovary un film de Sophie Barthes. Ce dossier pédagogique (34 pages, 0,9 Mo) a été rédigé par Florence Salé, professeur agrégée de Lettres, pour le site Zérodeconduite.net.

Madame Bovary un film de Sophie Barthes

Il est destiné aux classes de Français de Collège et Lycée. Plan du dossier : Introduction / Dans les programmes / Fiche technique Activités pédagogiques : Activité 1 : Le travail de l'adaptation Activité 2 : Le personnage d'Emma Activité 3 : Entre "mœurs de province" et conte Activité 4 : Adaptations comparées Corrigé des activités N.B : Le corrigé des activités est réservé aux enseignants inscrits au Club Enseignant Zérodeconduite.net. Le film de la semaine : « Fatima » De Philippe Faucon. Le film de la semaine : "Vers l’autre rive" de Kiyoshi Kurosawa. Qui n’a jamais ressenti la présence intime d’un être aimé, pourtant disparu ?

Le film de la semaine : "Vers l’autre rive" de Kiyoshi Kurosawa

Fondé sur l’intuition, partageable par tous, d’une communication possible entre les vivants et les morts, le dernier film du cinéaste japonais, Kiyoshi Kurosawa, maître du fantastique, nous propose un voyage dans le temps et dans l’espace « Vers l’autre rive ». Le film de la semaine : « Brooklyn » de Pascal Tessaud. Que signifie la réussite pour une jeune métisse chanteuse de Hip-Hop ?

Le film de la semaine : « Brooklyn » de Pascal Tessaud

La concrétisation illusoire d’un ‘rêve américain’ ? La construction de soi à travers le lien avec les autres dans la réalité française ? Né dans une famille ouvrière de la banlieue parisienne, Pascal Tessaud, réalisateur de nombreux documentaires sur des thèmes sociaux ou musicaux, sait de quoi il parle et quels sujets il aime filmer. Pas question de céder aux clichés ni d’alimenter les fantasmes d’adolescents aux repères incertains. Projections scolaires LMCT. Diaphana ● Une histoire de fou. BERLIN 1921, Talaat Pacha, principal responsable du génocide Arménien est exécuté dans la rue par Soghomon Thelirian dont la famille a été entièrement exterminée.

diaphana ● Une histoire de fou

Lors de son procès, il témoigne du premier génocide du 20ème siècle tant et si bien que le jury populaire l’acquitte. UNE_HISTOIRE_DE_FOU_DOSSIER_PEDAGOGIQUE. Un film de Christian CARION. Regards sur nos assiettes Le film. Madame Bovary un film de Sophie Barthes. Madame Bovary Un film de Sophie Barthes Au cinéma le 4 novembre 2015 Emma Rouault, fraichement sortie du couvent, épouse Charles Bovary, un médecin de campagne qui se réjouit d’avoir trouvé la compagne parfaite.

Madame Bovary un film de Sophie Barthes

Emma occupe ses journées à aménager sa nouvelle demeure, dessine, joue du piano et reçoit avec élégance les visiteurs. Cette vie monochrome auprès d’un époux sans raffinement est bien loin des fastes et de la passion auxquels elle aspire.