background preloader

Sciences Po

Facebook Twitter

Images d'actualités

Libération - Françoise Nyssen, de l'état de grâce à la désillusion. Rue de Valois, elle n’a jamais réussi à s’imposer.

Libération - Françoise Nyssen, de l'état de grâce à la désillusion

Débarquée du ministère de la Culture, Françoise Nyssen fait les frais du remaniement gouvernemental consécutif au départ de Gérard Collomb de l’Intérieur et est remplacée par le député Agir et ex-LR Franck Riester. Sous pression depuis plusieurs mois, elle paye également l’ouverture, fin août, d’une enquête préliminaire par le parquet de Paris à son encontre, qui a achevé de l’affaiblir. La justice examine la régularité de travaux d’agrandissement réalisés dans les bureaux parisiens d’Actes Sud, maison d’édition qu’elle dirigeait avant de prendre ses fonctions ministérielles en 2017.

Révélés par le Canard enchaîné, ces travaux ont permis à cette prestigieuse maison littéraire de gagner 150 m² de surface sans déclaration. Modifiant un immeuble classé, ils auraient dû faire l’objet d’une autorisation délivrée par les Bâtiments de France et de l’architecte en chef des Monuments historiques. Libération - Avec Franck Riester, la politique fait son retour à la Culture. La parenthèse de la société civile se referme au ministère de la Culture.

Libération - Avec Franck Riester, la politique fait son retour à la Culture

A la place de Françoise Nyssen, s’installe un pur politique en la personne de Franck Riester, sorte d’antithèse de l’ancienne éditrice. Député de Seine-et-Marne depuis 2007, maire de Coulommiers entre 2008 et 2017 (où il a succédé à Guy Drut), le nouveau locataire de la rue de Valois a déjà une longue expérience de la chose publique, qui le passionne depuis l’adolescence. Un portrait de Libé, publié en 2012, racontait que le jeune Riester, «à chaque repas de fête, pren[ait] en otage oncles et tantes à qui il impos[ait] la lecture d’une lettre sur l’état de la France». Avec lui, les maladresses de communication et les difficultés à tenir les rapports de force au sein de l’exécutif devraient être moins nombreuses au ministère.

Riester a fait son trou en politique à l’UMP, puis à LR, au moment où Nicolas Sarkozy occupait l’Elysée. Libération - Remaniement: quatre sortants, huit entrants, six changements. Christophe Castaner, actuel chef du parti présidentiel LREM et secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, est nommé ministre de l'Intérieur en remplacement de Gérard Collomb.

Libération - Remaniement: quatre sortants, huit entrants, six changements

Il sera épaulé par Laurent Nuñez. Libération - Marc Fesneau : l'habile tacticien du Modem aux Relations avec le Parlement. Comme à son habitude, Marc Fesneau va user d’autodérision et d’humour pour pimenter son entrée au gouvernement.

Libération - Marc Fesneau : l'habile tacticien du Modem aux Relations avec le Parlement

«Je fais partie du quota obligatoire de rouquins. Nous ne sommes que deux à l’Assemblée nationale», avait-il déclaré par le passé. Il est devenu ce mardi le troisième ministre centriste du nouveau gouvernement Philippe, en charge des Relations avec le Parlement. Un fauteuil ministériel que ce presque quinqua, né en 1971, ne briguait pas forcément. Maire depuis 2008 de Marchenoir, petite commune de 650 habitants dans le Loir-et-Cher d’où une partie de sa famille est originaire, l’ancien secrétaire général du Modem aime avoir les deux pieds dans la glèbe. Les deux pieds dans ses bottes. Libération - Remaniement: Edouard Philippe soupçonné de tirer la barre à droite. Aurait-il imprudemment tenté le sort ?

Libération - Remaniement: Edouard Philippe soupçonné de tirer la barre à droite

Le 11 septembre, à Tours, Edouard Philippe s’exprime devant les parlementaires de La République en marche (LREM). Canard enchaîné - La Une du 10 octobre 2018. Le Point - Le jour où le remaniement n'a pas eu lieu. El Pais - Macron opta por cambios mínimos tras la dimisión de dos ministros. Un político profesional procedente del centroizquierda ecologista sustituirá al célebre Nicolas Hulot como ministro de Transición Ecológica y Solidaridad en Francia.

El Pais - Macron opta por cambios mínimos tras la dimisión de dos ministros

El presidente, Emmanuel Macron, designó este martes en el cargo a François de Rugy, exdirigente verde, candidato a las primarias organizadas por el Partido Socialista en 2017 y hasta ahora presidente de la Asamblea Nacional. Unas horas más tarde, su primer ministro, Édouard Philippe, despejó en una entrevista en el telediario de TF1 una de las íncógnitas que pesaba sobre este inicio del curso político.

Philippe confirmó los planes para poner en marcha, a partir de enero, una reforma sobre la recaudación fiscal que había suscitado dudas en el Gobierno. Con ambas decisiones —el relevo de Hulot y la entrada en vigor de la retención mensua del impuesto sobre la renta— Macron intenta retomar pie tras unas semanas accidentadas. Pequeños ajustes. El Pais - Macron prepara una remodelación gubernamental para impulsar su presidencia.

El presidente francés, Emmanuel Macron, prepara un cambio de gobierno para salir del bache en el que se encuentra.

El Pais - Macron prepara una remodelación gubernamental para impulsar su presidencia

La caída en los sondeos, la ausencia de resultados tangibles en las reformas, un estilo a veces arrogante y la deserción de ministros clave explican la decisión. Times - Emmanuel Macron struggling to coax recruits into his cabinet. Times - France: Emmanuel Macron loses second minister in a week. Emmanuel Macron appointed two new ministers as he sought to boost his presidency after stumbles that have damaged his popularity.

Times - France: Emmanuel Macron loses second minister in a week

François de Rugy, 44, parliamentary speaker and a leading Green politician, replaces Nicolas Hulot, who resigned last week in frustration with Mr Macron’s policies, as environment minister. Mr de Rugy is a political veteran compared with Mr Hulot and most members of the government of newcomers that was appointed by Mr Macron last year. NYT - Amid Criticism, France's Macron Postpones Cabinet Reshuffle. NYT - AP Analysis: Macron Too Busy to Rush French Govt Reshuffle. NYT - Macron Seeks to Regain Footing With French Cabinet Reshuffle. PARIS — French President Emmanuel Macron will reshuffle his cabinet this week after the resignation of his interior minister, as allies press for a broad rejig to draw a line under a tumultuous few months.

NYT - Macron Seeks to Regain Footing With French Cabinet Reshuffle

Prime Minister Edouard Philippe could submit his government's resignation to Macron as early as Monday, French media reported. Macron would then ask Philippe to form a new government, on which parliament, dominated by Macron's ruling party, would hold a vote of confidence. Macron has seen his popularity slump as voters grow frustrated with a leader seen increasingly as arrogant and out of touch, and are impatient with the sluggish pace of economic growth and job creation. Courrier international - Vu de l’étranger. Remaniement : “Macron veut reprendre le contrôle du calendrier” La Croix - Gouvernement : les enjeux du remaniement. Un remaniement pourrait avoir lieu mardi 9 octobre après la démission du ministre de l’intérieur Gérard Collomb.

La Croix - Gouvernement : les enjeux du remaniement

Les mêmes questions se posent à chaque fois que se profile un remaniement. Elles ramènent souvent aux mêmes promesses de campagne du président : comment respecter le nombre maximum de ministres que l’on s’est fixé (promesse d’Emmanuel Macron en 2017 d’un gouvernement « très ramassé »), comment maintenir la parité et l’équilibre entre professionnels de la politique et nouveaux venus (promesse d’ouverture à « la société civile ») et, enfin, comment ménager les susceptibilités au sein des principales formations politiques, y compris la sienne (promesse de composer un gouvernement avec des personnalités « venant de la gauche, du centre, de la droite »). Emmanuel Macron devra s’atteler à tous ces équilibres mais surtout – et c’est l’enjeu principal – à restaurer la confiance.

Du côté des collectivités locales, les relations sont tendues. La Croix - Une clé de douze pour le remaniement. Apparemment, le maniement du remaniement n’est pas chose aisée. Il convient en effet d’aller vite mais de prendre son temps, de faire un gros changement mais de ne rien changer du tout, de nommer des ministres de droite mais de rééquilibrer à gauche, de virer les incompétents mais de ne pas faire de mécontents, bref de remanier à fond mais pas trop ni trop peu quoique réciproquement. À lire aussi Résultat : on l’annonce imminent, puis dans pas longtemps, puis dans un peu plus longtemps, puis à la saint-glinglin. Tout ça fait amateur, pas professionnel pour un sou.

La Croix - Le remaniement dans la dernière ligne droite. Le président français Emmanuel Macron, le 23 mai 2017 à L'Elysée / AFP/Archives Près de deux semaines après la démission de Gérard Collomb, le remaniement du gouvernement est attendu pour le début de la semaine. Alors que l'opposition pointe des hésitations et désaccords au sommet de l'Etat, les soutiens d'Emmanuel Macron ont fait dimanche l'éloge de la lenteur. Guetté depuis des jours, considéré comme quasiment acquis dès mardi dernier, le dénouement de ce remaniement, qui va toucher plusieurs postes ministériels, pourrait être une question d'heures.

Les Echos - Le remaniement-retour aux sources. Les Echos - Remaniement : plusieurs ministres seraient sur le départ. Les Echos - Remaniement : « Les choses avancent », dit Emmanuel Macron. Emmanuel Macron a défendu une nouvelle fois ce vendredi sa décision de prendre son temps pour remanier le gouvernement . Les « choses avancent », a déclaré le chef de l'Etat à France 24 et RFI. « Je fais les choses dans le bon ordre », a-t-il dit lors d'un entretien accordé en Arménie, à l'issue du sommet de la francophonie. « Je fais les choses dans le calme, je le fais d'abord dans le respect des personnes, j'essaie de faire les... Inscrivez-vous gratuitementpour lire cet article En tant qu’inscrit, vous bénéficierez de 5 articles offerts par mois et vous recevrez nos newsletters quotidiennes pour profiter des éclairages inédits et des analyses de nos journalistes experts. En tant qu’inscrit, vous bénéficierez de 5 articles offertspar mois et vous recevrez nos newsletters quotidiennes pour profiter des éclairages inédits et des analyses de nos journalistes experts.

L'Humanité - Gouvernement. Vers un remaniement d’ampleur ? Au lendemain de la démission de Gérard Collomb du ministère de l’Intérieur, ­Emmanuel Macron était formel. « Rien de ce qui se passe depuis 48 heures ne s’apparente à une crise politique », a insisté le président de la République, mercredi, lors du dernier Conseil des ministres. Dans la foulée, toutes les voix de la Macronie ont minimisé l’événement. Après tout, de Nicolas Hulot à ­Gérard Collomb, deux ministres d’État qui claquent la porte en un mois, ce n’est pas grand-chose… Tout au plus une « péripétie », selon le mot du chef de l’État. Cette vision des choses aurait finalement fait long feu à l’Élysée. Au lieu de remplacer uniquement Collomb, c’est un remaniement d’ampleur qui se profilerait, d’après le Journal du dimanche. Le premier ministre Édouard Philippe pourrait même déposer sa démission, avant d’être renommé pour composer une nouvelle équipe.

Reste à savoir quels seront les départs et les arrivées de ce possible troisième gouvernement Philippe. L'Humanité - Majorité. Le remaniement ministériel vire au fiasco. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. En dépit du feuilleton interminable autour du remaniement, Emmanuel Macron s’acharne à minimiser ce qui s’apparente de plus en plus à une véritable crise politique. « Le président de la République entend mener ce remaniement avec calme et sans précipitation », a fait savoir hier l’Élysée, annonçant qu’il interviendrait soit vendredi, « soit après le week-end »….

Pourtant, c’est l’exécutif lui-même, par la voix de son porte-parole, Benjamin Griveaux, qui avait déclaré, après la démission rocambolesque de Gérard Collomb, que ce serait l’affaire de « quelques jours ». HuffingtonPost - Pourquoi le remaniement pourrait aller au-delà du remplacement de Collomb. POLITIQUE - Du poste pour poste ou plus de mouvement. Un mois après avoir remplacé Nicolas Hulot et Laura Flessel par François de Rugy et Roxana Maracineanu, Emmanuel Macron est face au même dilemme.

Se contenter de nommer le successeur de Gérard Collomb au ministère de l'Intérieur -ce qui est déjà une tâche délicate- ou accepter finalement de remanier plus largement son équipe gouvernementale. Au sortir de l'été, il n'avait pas voulu suivre l'envie de son premier ministre qui comptait profiter de l'occasion pour donner un nouveau souffle. Pas question pour le maître des horloges de se laisser imposer un autre tempo que le sien; la deuxième étape du quinquennat était prévue pour l'après-élections européennes du printemps 2019.

Mais cette fois, il pourrait ne pas pouvoir résister à la volonté de son premier ministre qui se sait appuyé par une frange de la majorité à l'Assemblée. "L'intérêt du gouvernement est de faire un large remaniement. Le Monde - Gérard Collomb : « J’étais en train de démissionner, cela n’a pas empêché les policiers d’interpeller Redoine Faïd »

Lors de la passation de pouvoir, mercredi, le ministre de l’intérieur démissionnaire a estimé laisser à Edouard Philippe, qui assure l’intérim, un ministère « apaisé ». La passation de pouvoir entre le ministre de l’intérieur démissionnaire, Gérard Collomb, et le premier ministre, Edouard Philippe, qui assure l’intérim à la demande du chef de l’Etat en attendant la nomination d’un remplaçant, s’est déroulée mercredi matin 3 octobre place Beauvau. Le Figaro - Macron face à la quadrature du remaniement. Le Figaro - Le remaniement n'aura pas lieu avant vendredi soir. Le Figaro - Remaniement : «Les choses avancent», affirme Macron. Le Figaro - Remaniement : Wauquiez commet une bourde en envoyant ses éléments de langage. Le Monde - Macron : les risques de l’isolement.

Qui peut encore dire la vérité au chef de l’Etat ? Beaucoup reprochent au président son isolement et son manque d’écoute. Mais aussi son style, jugé arrogant. Cela l’agace qu’on lui reproche d’avoir mis Emmanuel Macron dans la difficulté. « Tu ne pouvais pas lui parler plutôt que de démissionner dans une interview du Figaro ? », s’est insurgé l’un de ses amis. Les Echos - Macron cherche un second souffle avec le remaniement. Les Echos - Gouvernement : pas de remaniement ce mardi soir, prévient l'Elysée. Libération - Objectif : requinquer le quinquennat. Sitôt le remaniement effectué, les ministres reprendront le rythme de réformes imposé par l’exécutif.

La «transformation du pays»,élément de langage de la majorité, est appelée à se poursuivre pour prouver que le Président traduit «en actes» son programme de campagne. En espérant se requinquer dans les enquêtes d’opinion avant un premier test électoral crucial : les européennes de fin mai. A lire aussi Remaniement : donner le change pour que rien ne change. Le Monde - Edouard Philippe ne présentera pas sa démission avant le remaniement. Libération - Remaniement : donner le change pour que rien ne change.

Des ministres qui se font un sang d’encre, une majorité en plein doute, une opposition requinquée… et pendant ce temps-là, mardi, un président comme un poisson dans l’eau devant des centaines d’entrepreneurs de la French Tech réunis à la Station F, le plus grand incubateur de start-up de la capitale. Prenant ostensiblement son temps, Emmanuel Macron a longuement échangé sur la promotion d’un écosystème favorable à l’intelligence artificielle. Affiché un sourire amusé quand une jeune femme lui a présenté sa société, spécialisée dans la «colocation idéale». Peut-être utile pour remanier une équipe ministérielle ?

Alors que des voix s’élèvent dans les rangs de la majorité et du gouvernement pour donner un «nouveau souffle» au quinquennat, l’Elysée tient à faire savoir qu’il n’est pas question de s’éloigner, aussi peu que ce soit, de l’agenda de «transformation» inauguré tambour battant en mai 2017. Le Monde - Démission, remaniement, attente… Une semaine en suspens du côté de l’exécutif. Après sept jours d’attente, encore un sursis. Le Monde - Le remaniement du gouvernement n’aura pas lieu avant vendredi. Record battu ! Libération - Remaniement Macron joue au  chrono maître. Les rédactions l’ont su tard mardi soir, via un message envoyé par l’Elysée sur Telegram : le remaniement n’était pas pour maintenant. Les Echos - Pas de remaniement avant la fin de la semaine. Le Monde - Remaniement : quand Matignon et l’Elysée se jaugent.

En coulisse, les entourages du chef de l’Etat, Emmanuel Macron, et du premier ministre, Edouard Philippe, se livrent à une lutte d’influence inédite. Le convoi aux vitres teintées s’avance vers le portail de l’Elysée, sous l’objectif des caméras. Edouard Philippe a rendez-vous, ce mardi 9 octobre au matin, avec Emmanuel Macron. L’acte final des tractations semble débuter, les chaînes d’info sont passées au direct et n’attendent plus que la fumée blanche : le nouveau gouvernement doit être très vite dévoilé. « Tenez-vous en alerte », prévient d’ailleurs un conseiller du chef de l’Etat.

Une heure et demie plus tard, le premier ministre déploie ses longs compas sur le perron et quitte le palais. Libération - Sur le remaniement, LREM peine à s’assumer de droite.