background preloader

La femme en Iran

Facebook Twitter

Iran : le sport, outil d'émancipation des femmes. Bienvenue !

Iran : le sport, outil d'émancipation des femmes

{* welcomeName *} {* loginWidget *} Bienvenue ! {* #signInForm *} {* signInEmailAddress *} {* currentPassword *} {* /signInForm *} Votre compte a été désactivé Vous devez vérifier votre adresse email pour finaliser votre inscription. {* #resendVerificationForm *} {* signInEmailAddress *}{* /resendVerificationForm *} Merci de confirmer les informations ci-dessous avant de vous connecter {* #socialRegistrationForm *} {* firstName *} {* lastName *} {* emailAddress *} {* displayName *} {* phone *} {* addressCity *} {* addressCountry *} En cliquant sur "Créer un compte", vous confirmez que vous acceptez nos conditions générales et que vous avez lu et approuvé la politique de protection de données personnelles.{* /socialRegistrationForm *} Merci de confirmer les informations ci-dessous avant de vous connecter Nous vous avons envoyé un email de confirmation à l'adresse suivante {* emailAddressData *}.

Crâne rasé et sans voile : le geste d'une Iranienne devient politique. "Puisque je n'ai plus de cheveux, à quoi bon porter un voile ?

Crâne rasé et sans voile : le geste d'une Iranienne devient politique

" C'est avec cette réflexion à l'esprit qu'une jeune Iranienne a décidé de défier l'interdit suprême en Iran pour les femmes, celui de sortir dans la rue, tête nue. Tête nue, et pour cause, puisque la jeune femme s'est fait raser le crâne. Aucune arrière pensée politique Au départ, ce geste n'avait aucune arrière pensée politique. Elle avait décidé de vendre sa chevelure et de reverser la somme perçue (non précisée NDLR) à un fond d'aide aux enfants cancéreux. Une fois la photo postée sur Facebook, les internautes ont fait le reste. "J'ai vendu mes cheveux pour aider ces adorables petits anges atteints de cancer. Halte au voile ? Histoire des femmes en Iran. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Histoire des femmes en Iran

Image traditionnelle d’une femme perse portant une coupe de vin, comme dépeinte au palais de Hasht Behesht, Ispahan, Iran, XVIIe siècle. La condition des femmes dans la société iranienne a connu de nombreuses évolutions au cours de l'histoire, depuis l'égalité complète ou presque avec l'homme dans la mythologie ou aux temps préislamiques, la perte de leur indépendance durant la période islamique, le début de leur émancipation avec la révolution constitutionnelle, les grandes modernisations de l'ère Pahlavi, et enfin l'avènement d'une théocratie en Iran en 1979. Le statut de la charia en Iran / ©Jurispolis - Observer, Réfléchir, Agir. Le statut de la charia en Iran : de l'islamisme au postislamisme Par Azadeh Kian-Thiébaut Chercheur au CNRS, unité mixte de recherche 155, Monde iranien Juriste, menant des recherches sur le droit chiite et l'évolution juridique en Iran Source: Esprit, août-septembre 2001 La charia occupe une position fondamentale dans la définition et le devenir de la République islamique d'Iran.

Le statut de la charia en Iran / ©Jurispolis - Observer, Réfléchir, Agir

Elle constitue également un nœud gordien qui mettra longtemps avant de connaître son dénouement final. Code pénal iranien. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Code pénal iranien

Pour les autres articles nationaux ou selon les autres juridictions, voir Code pénal. Le code pénal iranien ou loi pénale islamique a été approuvé par le Majles d'Iran (parlement) le 30 juillet 1991 et ratifié par le Conseil de discernement le 28 novembre 1991. Le livre cinquième du code pénal - Ta’azirat – a été ratifié le 22 mai 1996. Iran : 5 lois contre le droit des femmes – #Reyhaneh Jabbari. Les Iraniennes restent en 2015, des citoyennes de seconde zone malgré le dit « modéré » Rouhani qui applique toujours une politique oppressive autant que répressive contre les opposants au régime et notamment, contre les femmes.

Iran : 5 lois contre le droit des femmes – #Reyhaneh Jabbari

A la mémoire de #Reyhaneh Jabbari. 1. Une femme mariée ne peut pas quitter le pays sans l’autorisation de son mari. 2. Le témoignage d’une femme en tant que témoin vaut la moitié de celui d’un homme, en conformité avec la Charia, base du système juridique. 3. . « Mal vêtues » qui veut dire, « mal voilées » ou jugées « provocatrices ». 4. 5. A retenir qu’en cas de viols, il ne faut jamais tenter de se défendre soi-même. LIRE : L’iranienne Rayhaneh Jabbari a été exécutéeLa dernière lettre de Reyhaneh à sa mère Shole Pakravan (anglais) Paul Balta, L''Iran des mollahs et de la République islamique. Ruhollah Khomeyni (1900-1989) est indéniablement le fossoyeur de la dynastie des Pahlavi et le fondateur de la République islamique d'Iran, proclamée le 1er avril 1979 qui illustre, pour le dernier quart de siècle, les particularités de l'islam dans ce pays.

Paul Balta, L''Iran des mollahs et de la République islamique

Paul Balta, journaliste, ancien directeur du Centre d'études de l'Orient contemporain à l'université de Paris III-Sorbonne Nouvelle et témoin de la révolution iranienne, nous permet de mieux cerner ce théologien sorti du Moyen Âge qui a tenu tête à la première puissance du monde, qualifiée de « Grand Satan », mais qui, malgré les espoirs suscités par ses promesses, a finalement donné à son entreprise le caractère d'une révolution à rebours.

La théorie du velayat faqih Alors que je couvrais la révolution iranienne pour Le Monde, j'étais revenu quelques jours à Paris, en novembre 1978. Politique en Iran. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Politique en Iran

Iran : La Femme dans la Constitution du régime des mollahs. Une fois au pouvoir, ces derniers promettront la reprise des négociations contre une pause dans les sanctions économiques et ainsi ils tenteront de désorganiser le consensus fragile qui règne au Conseil de Sécurité contre le programme nucléaire des mollahs.

Iran : La Femme dans la Constitution du régime des mollahs

Mais ces mesures restrictives délibérément médiatiques ont une autre particularité : elles sont entièrement constitutionnelles. Que les mollahs soient modérés ou immodérés, ils peuvent en toute quiétude imposer de telles mesures au nom de l’alinéa 1 de l’article 3 de Constitution de la République Islamique d’Iran. Troisième Principe | Le gouvernement de la République Islamique d’Iran est tenu, pour atteindre les objectifs précités dans le deuxième Principe, de mettre en œuvre tous les moyens à sa disposition pour les tâches ci-dessous : Alinéa 1. En Iran, les femmes interdites de se mettre en selle. Le vélo, objet d’émancipation, apparemment trop dangereux pour les femmes.

En Iran, les femmes interdites de se mettre en selle

A la fin du XIXe siècle, sitôt la machine inventée, des médecins s’ingéniaient à déconseiller la pratique aux femmes occidentales. Aujourd’hui, c’est le Guide suprême de la Révolution islamique en Iran qui réaffirme l’interdiction. «Les femmes qui font du vélo en public et devant les yeux des namahram [en fait tout le monde, sauf le père ou le frère d'une personne], attirent souvent l’attention des hommes et poussent la société vers la corruption morale et la débauche, déclarait Ali Khamenei, la plus haute autorité politique du pays, auprès d’une agence de presse gouvernementale, le 10 septembre.

Ceci est contraire à la chasteté des dames. Les Iraniennes se rebellent à vélo - franceinfo: Le vélo interdit aux femmes en Iran. Iran: la condition féminine. Les Iraniennes se sont réjouies du refus des hôtesses de la compagnie Air France de « porter un pantalon durant le vol, des vestes amples et un foulard recouvrant les cheveux à la sortie de l’avion » en arrivant à Téhéran. C’est ce qui leur est demandé dans note interne à la veille de la reprise des vols vers l’Iran, le 17 avril. Lors du Grand Jury RTL, l’eurodéputé Jean-Luc Mélenchon a estimé que les salariées d'Air France ont le droit de refuser de porter un voile en Iran, car, selon lui, ce n'était pas aux Français de "s'abaisser" aux "mœurs étranges" d’un tel ou tel régime.

Ces deux actrices iraniennes posent sans leur voile, elles se font censurer à l'écran. Des "traitresses culturelles", "avides de célébrité". C'est ainsi les médias conservateurs iraniens ont qualifié les actrices Chakameh Chamanmah et Sadaf Tahérian. Leur crime ? Voici comment les femmes s'habillaient en Iran dans les années 70.