background preloader

EPI 5E

Facebook Twitter

ArtPlastoc: 165-JOAN FONTCUBERTA : "FAUNA", 1985-89. Joan FONTCUBERTA (né en 1955, espagnol catalan), Fauna (secreta), 1985-1989, vue de l'exposition (Musée-Château d'Annecy, 2008), installation (photographies, textes, cartographies, schémas, vitrines et vidéos), et ouvrage du même nom, écrit en collaboration avec l’écrivain Père Formiguera, publié en 1989 (date de la première grande exposition, au Musée de Zoologie de Barcelone).

ArtPlastoc: 165-JOAN FONTCUBERTA : "FAUNA", 1985-89

Depuis la rentrée de septembre 2015, Fontcuberta n'est plus au programme du Baccalauréat (Option Arts plastiques facultative). La nouvelle question concerne désormais l'oeuvre de Bill Viola. Vitrine de l'exposition. Les archives découvertes en 1908 dans la maison de Glasgow et l'une des photos montrant un portrait du Pr Ameisenhaufen. Le laboratoire du Pr Ameisenhaufen (négatif sur verre de 1927). Les prétendues vérités en question : la série Fauna, propose les photographies d’un étonnant bestiaire. Alopex Stultus (photo du bipède poilu à tête de tortue, pouvant se camoufler verticalement comme un arbuste). Joan Fontcuberta. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Joan Fontcuberta

Joan Fontcuberta (né le à Barcelone) est un photographe contemporain espagnol d'origine catalane. Ses œuvres sont exposées au MoMA de New York[1], au Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou à Paris[2]. Œuvres[modifier | modifier le code] Tenant de la photographie plasticienne, depuis les années 1970, il est créateur, théoricien, critique, historien et enseignant - domaines dans lesquels il a publié de nombreux ouvrages. Il produit en particulier des images photographiques retravaillées via l'outil informatique. Comme beaucoup d'autres photographes contemporains, il questionne par la photographie et dans ses textes le réel, la vérité photographique, la vérité historique, la vérité fictionnelle, la nature. Prix et récompenses[modifier | modifier le code] Œuvres[modifier | modifier le code]

La presse à la Une. Le 11 septembre 2001 Libération, n° 6322, une et quatrième de couverture photographie de Suzanne Plunkett – AP, 12 septembre 2001. 40,5 × 61 cm (double page)

La presse à la Une

Vite dit. Et encore un "Brexit regretter" !

vite dit

Quatre jours après les résultats du référendum britannique, les quelques lignes parues en page intérieure de The Sun et signées de l’éditorialiste Kelvin MacKenzie ne sont pas passées inaperçues. Après avoir harangué les lecteurs dans les colonnes du tabloïd sur les bienfaits du Brexit, MacKenzie ne semble plus si sûr. "Quand j’ai donné ma voix au camp du Leave, j’ai ressenti un élan comme si pour la première fois de ma vie, mon vote comptait. Quatre jours plus tard, je ne ressens plus tout à fait la même chose. J’ai le remords de l’acheteur. > Cliquez sur l'image pour un gros plan < The Sun, 27 juin 2016 MacKenzie, assailli de remords? > Cliquez sur l'image pour un gros plan < The Sun, 17 juin 2016 MacKenzie voyait alors dans le Brexit l’opportunité inespérée d'"un retour à la démocratie".

Du Guardian à The Independent, la presse britannique pro-Remain ne s’est pas privée d’ironiser sur la volte-face de l’éditorialiste. Spécial 11 septembre : Quand la publicité s’inspire d’un événement tragique. C’est aujourd’hui le 10ème anniversaire de cette terrible journée qui vit les deux tours du World Trade Center s’écrouler après les attaques terroristes de deux avions commerciaux détournés.

Spécial 11 septembre : Quand la publicité s’inspire d’un événement tragique.

Face à ce drame terrible, on aurait pu imaginer que la publicité ne s’en inspire pas, de peur que l’image très négative de cet événement ne rejaillisse sur l’annonceur associé à cette campagne. Et pourtant des agences s’y sont essayées avec des campagnes plus ou moins pertinentes. Le premier annonceur a avoir remué le couteau dans la plaie est MTV pour son magazine. C’est une agence brésilienne (Age de Sao Paulo) qui en 2004, fera paraître 3 visuels qui mettent en scène la catastrophe. Les deux autres déclinaisons concernent la famine et la pauvreté. Dans le même esprit, en 2009, l’association WWF Brésil et l’agence DDB reprennent ce concept en comparant les morts du World Trace Center avec les victimes du Tsunami du 26 décembre 2004. J'aime : J'aime chargement…