Entreprise 2.0

Facebook Twitter

Entreprise 2.0, bien choisir son outil de réseau social – en direct de la Silicon Valley. On participe avec un membre de mon équipe du 8 au 11 novembre à la 3ème édition 2010 de la Conférence Enterprise2.0 .

Entreprise 2.0, bien choisir son outil de réseau social – en direct de la Silicon Valley

Après New York et Las Vegas, cette édition automnale se tient au cœur de la Silicon Valley, à Santa Clara, ville « frontière » entre Mountain View (siège de Google) et Sunnyvale (siège de Yahoo!). Ci-après une petite mais néanmoins complète synthèse réalisée par Stéphane Maillet. La première journée de conférence a été consacrée à différents ateliers d’introduction et/ou d’approfondissement des champs d’application des concepts de l’Entreprise2.0 : stratégies collaboratives par l’utilisation des communications unifiées, les technologies collaboratives comme vecteur de performance pour les entreprises, évaluation de MS Sharepoint 2010 sur les volets collaboratifs et social computing (réseau social), etc.

(Source : la réflexion sur un tabouret en lingots d’or by Ilodéco) Au-delà de tout parti pris en termes de choix technologiques, il convient ainsi : Les bénéfices d'un réseau social professionnel se concrétisent avec le temps. Avant qu'une plate-forme collaborative ne fasse véritablement émerger une intelligence collective au sein de l'entreprise, il faut amener les salariés à se l'approprier et à y partager de l'information.

Les bénéfices d'un réseau social professionnel se concrétisent avec le temps

Si les outils collaboratifs peuvent apporter de réels bénéfices aux entreprises, notamment en terme d’intelligence collective et de partage de connaissance, ces systèmes ne deviennent efficaces qu’après une première phase d’implémentation. Voilà l’un des constats de l’étude* publiée par USEO, et qui s’intéresse au “potentiel social” des plates-formes 2.0. en entreprise. La question des avantages concrets procurés par les outils collaboratifs prend de plus en plus d’ampleur, selon les auteurs de cette étude. “C’est le grand sujet du moment : comment arriver à valoriser les outils interactifs en entreprise”, explique à L’Atelier Arnaud Rayrole, P-DG d’USEO. “C’est-à-dire, comment adapter les modes d’organisation de la structure professionnelle. Les 5 obstacles culturels à l'entreprise 2.0.

November 1, 2009 Il s’agit d’un questionnement qu’avait déjà soumis Bertand Duperrin depuis son blog dans la préparation de cet évènement : quelles sont les spécificités de l’entreprise française qu’il convient de prendre en compte dans la mise en oeuvre de réseaux sociaux dans l’entreprise.fr.

Les 5 obstacles culturels à l'entreprise 2.0

Comme le rappelle le slide illustrant ce billet, cette approche n’implique pas seulement des outils collaboratifs mais aussi un changement profond dans notre relation au travail au sein d’une organisation. La réponse aux spécificités françaises tient en 5 obstacles culturels majeurs. Bien sûr ces obstacles existent aussi dans d’autres cultures mais pas de manière aussi particulièrement saillante que chez nous et ce pour plusieurs raisons, développées ci après. 1 – Un rapport passionnel au travail Cela a un écheveau de conséquences évidentes : Problème pour l’Entreprise 2.0 : 2 – Une culture de la relation hiérarchique conflictuelle Problèmes pour l’entreprise 2.0 : 3 – La société de défiance V. Like this:

Organisation

L’innovation chez Daimler devient participative. Les blouses blanches autour des chaînes de montage automobile appartiennent-elles au passé ?

L’innovation chez Daimler devient participative

Fini les laboratoires acoustiques, les bancs d’essai de moteur ou les tests de résistance pour de nouveaux matériaux de carrosserie ? Au contraire. En 2009, le constructeur automobile allemand Daimler avait préservé ses budgets réservés à la recherche et développement (R&D). Mieux, le groupe avait augmenté ses investissements de 1 milliards d’euros, portant l’enveloppe totale à 4,4 millards d’euros…. « Sans de nouveaux produits, un constructeur automobile n’est rien », rappelait alors Thomas Weber, le directeur développement de Daimler. Une nouvelle démarche d’innovation basée sur l’ouverture et la participation C’est parce que le robinet de la nouveauté nécessite aujourd’hui un débit plus abondant que la firme de Stuttgart a élargi son modèle d’innovation afin de pourvoir intégrer des inputs différents que ceux issus de ses labos. Résulats, trois ans plus tard :