background preloader

Bic

Facebook Twitter

Site officiel. Vidéo : BIC Vision & Valeurs. Vidéo : BIC® Flex O3 control™ : Enflamme les coeurs, pas ta peau ! Magazine annuel BIC. Philips adapte ses rasoirs aux Français. Le groupe néerlandais fait un carton avec un rasoir doté d'accessoires pour le transformer en tondeuse.

Philips adapte ses rasoirs aux Français

Une innovation dédiée au marché français Plutôt barbe de trois jours ou moustache? Avec les nouveaux rasoirs électriques de Philips, les hommes français ont l'embarras du choix: grâce à leurs accessoires de «grooming» (ou toilettage) , les appareils se transforment en tondeuses. Ce produit multi-usage sorti au printemps fait un carton. Au point que la direction de Philips a cité mardi cette innovation spécifique au marché français dans la présentation de ses résultats annuels: «Cette innovation a un vrai sens localement comme le prouve la progression de notre part de marché de 2% et le fait que nous ayons désormais un nombre record de produits présents chez Carrefour», a souligné le groupe, qui a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 21,4 milliards d'euros. L'application «grooming» sur téléphone mobile est elle aussi disponible en français. Rasoirs : BiC encaisse la mode des barbes en élargissant sa gamme - Les Echos. Budget fiscalité Investissements, social... : ce que Manuel Valls a annoncé + DOCUMENT - Manuel Valls a annoncé ce mercredi une série de mesures pour soutenir l’investissement et l’emploi, dont le coût est estimé par Matignon à...

Rasoirs : BiC encaisse la mode des barbes en élargissant sa gamme - Les Echos

Valls annonce un geste fiscal de 2,5 milliards + DOCUMENT - Manuel Valls a annoncé ce mercredi un geste fiscal de 2,5 milliards d'euros sur cinq ans pour les entreprises qui investissent dans des équipements... Social Allocations familiales : qui sont les perdants de la réforme? BIC : les idées durables du roi du jetable. Stylos, briquets, rasoirs...

BIC : les idées durables du roi du jetable

C'est en démocratisant ces objets que le baron Bich a bâti un empire qui, après l'Europe, a conquis l'Amérique. A 70 ans, le groupe français continue d'enchaîner les succès avec son téléphone mobile et son surf à pagaie. "Ouf, vous avez un Bic! " le visiteur qui se rend au siège de Bic à Clichy, en banlieue parisienne, est prévenu: pour s'attirer la sympathie de ses hôtes, mieux vaut éviter de sortir un stylo d'une marque concurrente. Et s'il s'agit de Bruno Bich en personne, celui-ci ne fait pas de quartier: il vous arrache des mains ce «sous-stylo» pour vous coller un Bic entre les doigts, en vantant les mérites du Cristal, capable d'assurer près de 3 kilomètres d'écriture.

La réinvention de la roue. Un empire du jetable auquel son fondateur, Marcel Bich, ne croyait pas. Une brouette. Le coup de génie de Bich est alors de faire de son stylo un produit jetable, bon marché. A voile et en Bentley. Malgré tout, au début des années 1970, le baron Bich s'ennuie. Consommer, c'est plus cher au rayon "femmes"? Les prix ont un genre.

Consommer, c'est plus cher au rayon "femmes"?

Du moins, c'est ce qu'affirme le collectif Georgette Sand, réseau féministe qui s'est donné pour mission d'importer en France une idée ayant émergé dans les pays anglo-saxons et résumée sous le vocable "woman tax". Une prime dont la moitié des consommateurs s'acquitterait au seul prétexte qu'il s'agit... de femmes. En clair, le marketing "genré" aboutirait à une discrimination qui se répercute dans les prix.

Dans leur pétition sur le site change.org lancée fin octobre, les membres du collectif français s'offusquent par exemple: Les femmes payent 1€80 pour 5 rasoirs jetables Monoprix. Ce 31 octobre en fin d'après-midi, 18.303 personnes ont signé cette lettre. La loi du marché? Bien sûr, l'enseigne se défend de pratiquer tout discrimination. En outre, "il existe, à l'inverse, des produits moins chers dans les rayons femmes", réplique un porte-parole de Monoprix, interrogé par La Tribune. Tendances : Vers des corps sans poils ? Pour les hommes d’aujourd’hui, la question des poils va bien au-delà du simple rasage du visage.

Tendances : Vers des corps sans poils ?

Selon une nouvelle étude de Mintel [1], 50% des Britanniques admettent qu’il y a aujourd’hui davantage de pression sur les hommes pour qu’ils éliminent les poils de leur corps ou pour qu’ils les entretiennent. Environ 55% des hommes disent avoir ôté des poils de leur tête au cours des 12 derniers mois, un chiffre immédiatement suivi par la région pubienne (29%). Viennent ensuite la poitrine (13%), les aisselles (12%), le dos (9%), les fesses (6%), les bras (5%), les jambes (4%) et les pieds (2%). Seuls 30% des hommes affirment ne pas avoir éliminé le moindre poil de leur corps au cours de la dernière année. L’épilation et le rasage féminins bravent... - DPH (Droguerie, parfumerie, hygiène) Au printemps 2014, Madonna a eu beau exhiber des aisselles poilues pour dénoncer le diktat de la peau imberbe, les Françaises n’ont pas suivi cette mode.

L’épilation et le rasage féminins bravent... - DPH (Droguerie, parfumerie, hygiène)

La guerre des poils s’est même légèrement intensifiée en 2014 : le marché global de l’épilation et du rasage féminin a réalisé un chiffre d’affaires de 163 millions d’euros, selon Nielsen. Il a crû de 1% en volume et de 0,2% en valeur. « Le rayon connaît une tendance positive depuis deux ans. L’évolution en volume est positive, aussi bien pour les rasoirs (+ 1,6%) que pour les produits dépilatoires (+ 0,5%) », explique Matthieu Cheyrou, directeur marketing Veet Europe et Amérique du Nord.

Et ce, malgré des conditions climatiques peu favorables. « La catégorie est fortement saisonnière. BIC : Rapport de développement durable 2014. (Dont vidéo) Comment Bic taille des croupières à Gillette et Wilkinson. Animation in-store BIC Rasoirs - BIC Group pour iPhone, iPod touch et iPad dans l’App Store sur iTunes.