background preloader

Luna

Facebook Twitter

/!\ Nanotechnologie à l'étude (VEILLE) Champignons. Huiles essentielles. Dilatation des durées, Contraction des longueurs, Paradoxes. Relativité de la simultanéité Soit deux évènements simultanés dans R (x1,t) (x2,t), ces évènements correspondent aux évènements (x'1,t'1) (x'2,t'2) dans le référentiel R' . D'après les transformations de Lorentz l'on a: Donc deux évènements simultanés dans R ne sont pas simultanés dans R'.

Dans un train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de plusieurs wagons...), deux évènements peuvent être vus simultanés, alors qu'ils ne le sont pas vu du quai ! Imaginons qu'un train circule sur une voie, au milieu de ce train, il y a une lampe, à l'avant de la rame l'observateur Paul, et à l'arrière Pierre. Les deux conviennent d'actionner le bouton de la radio dès qu'ils voient le signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Que voit-on sur le quai (Le Quai est un espace culturel de la ville d'Angers dans le département du Maine-et-Loire en France.

Paradoxes. Effet Aharonov-Bohm : une clé de la physique des nanotubes. Le physicien Yakir Aharonov avec son éternel cigare. Crédit : Hayadan.org Effet Aharonov-Bohm : une clé de la physique des nanotubes - 2 Photos Le champ magnétique généré par une boucle de courant est décrit par les équations de Maxwell, où il est désigné par B. Ces équations montrent qu’il est possible de dériver l’existence de ce champ ainsi que du champ électrique E à partir d’un vecteur A. On peut montrer que, pour un très long solénoïde constitué de boucles de courants empilés, alors que les champs B et A ne sont pas nuls à l’intérieur du solénoïde, le champ B l’est presque juste à l’extérieur de la surface du solénoïde (mais loin de ses extrémités) alors que le champ A ne l’est pas. Classiquement, un faisceau d’électrons passant à proximité et vers le milieu de ce solénoïde en forme de long tube ne serait donc pas dévié par un champ magnétique. L’expérience montra que Ehrenberg, Siday, Bohm et Aharonov avaient raison.

A voir aussi sur Internet Sur le même sujet. Introduction Mécanique Quantique Cours - fabien.besnard. Les trois axiomes de la mécanique quantique. Page(s) en rapport avec ce sujet : ... de création basées sur une remise en question des dogmes dominants tant sur le plan.... en trois axiomes. Enfin, ces trois nouveaux axiomes sont énormément plus... Définition de l'état quantique (En mécanique quantique, l'état d'un... mesure parfaite de cette propriété, les vecteurs propres étant l'état quantique du ...

(source : techno-science)Le fait que la mécanique quantique tolère l'existence d'états... de la physique qui étudie les propriétés macroscopiques de la matière que... Introduction Fréquemment, la mécanique quantique est présentée comme si elle était une théorie étrange, dépassant même l'entendement humain. Les 3 axiomes Pour posséder le vocabulaire des trois axiomes, il est indispensable d'introduire quelques notions principales. Questions, Propriétés et Espace des états La notion de question découle de l'idée de mesure. Est une mesure sur un dispositif physique dont la réponse est vraie ou fausse. A partir de toute question . Notation : Chaos quantique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme « chaos quantique » désigne un champ de recherches ouvert dans les années 1970 qui est issu des succès de la théorie du chaos en dynamique hamiltonienne classique ; il tente essentiellement de répondre à la question : Résultats principaux[modifier | modifier le code] Les recherches ont montré que : il n'existe pas de « chaos quantique » au sens strict du terme, c'est-à-dire qu'il n'existe pas de divergence exponentielle des états quantiques au cours du temps dans l'espace de Hilbert qui serait l'analogue de la divergence exponentielle des orbites dans l'espace des phases classique.

Signatures quantiques du chaos classique[modifier | modifier le code] Orbites périodiques et spectre d'énergie[modifier | modifier le code] Propriétés statistiques du spectre d'énergie[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ Chercheur chez IBM en Suisse, à New York et à Yorktown Heights↑ (en) Martin C. (en) Martin C. Hypothèses de la mécanique quantique » Voyage vers la connaissan. Chapitre 1/4 : Cette étude comparative a pour but de souligner les points de concordance d’une science millénaire méconnue du monde occidental, science qui décrit l’univers et ses lois fondamentales, et d’une science très récente puisqu’il s’agit de la mécanique quantique. Les fondamentaux de la relativité générale et de la mécanique quantique sont parfaitement vulgarisés dans ce documentaire.

Les hypothèses sur lesquelles repose cette nouvelle science Différence essentielle entre microcosme (monde des particules subatomiques) et macrocosme (forces qui régissent l’univers) : L’INFINIMENT GRAND : Einstein est le premier à imaginer que les trois dimensions de l’espace plus celle du temps sont liées dans une même structure : le tissu quadridimensionnel de l’espace-temps. Tous les corps évoluant dans cette structure sont soumis à la déformation de ce « tissu » et se retrouvent ainsi liés par la gravitation : les planètes suivent les courbes du tissu spatial qu’elles déforment. Définitions. Trou de ver. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Trou. Schéma du principe. Un exemple de trou de ver dans une métrique de Schwarzschild tel qu'il serait vu par un observateur ayant franchi l'horizon du trou noir. La région d'où vient l'observateur est située à droite de l'image. Mise à part la région située proche de l'ombre du trou noir, les effets de décalage vers le rouge gravitationnel rendent le fond du ciel très sombre.

Celui-ci est en revanche très lumineux dans la seconde région visible une fois l'horizon passé. Un trou de ver, en physique, est un objet hypothétique issu des propriétés de l'espace-temps. L'utilisation du raccourci "trou de ver" permettrait un voyage du point A directement au point B en un temps considérablement réduit par rapport au temps qu'il faudrait pour parcourir la distance séparant ces deux points de manière linéaire, à la surface de la feuille.

Présentation générale[modifier | modifier le code] Physique - Théories. Einstein avait encore raison : la NASA confirme la présence d’un vortex d’espace-temps autour de la Terre. Deux prédictions clés de la théorie générale d’Albert Einstein, sur la relativité ont été confirmées par la mission de la NASA, Gravity Probe B, selon une annonce des scientifiques, cette semaine (mercredi 4 mai).

Lancé en 2004, le satellite en orbite à 644 km de la Terre, le Gravity Probe B a utilisé quatre gyroscopes ultra-précis, des dispositifs utilisés pour mesurer l’orientation, abrités dans un satellite pour mesurer les deux aspects de la théorie sur la gravité d’Einstein (Relativité générale). Sphères parfaites : les sphères à l’intérieur des gyroscopes GP-B sont considérées comme les sphères les plus parfaites du monde, mais de minuscules aberrations ont forcé les scientifiques à effectuer des calculs pour s’assurer que leurs observations étaient correctes. Le premier est l’effet géodésique, qui est la déformation de l’espace et du temps, ou espace-temps, autour d’un corps, comme une planète. Source et source.

Voyage au centre d'un trou de ver. Voyage au centre d'un trou de ver Des géométries singulières (I) A partir des équations de la relativité générale, en 1916 Einstein avait prédit que l'univers pouvait contenir des "puits gravitationnels" de densité et de courbure d'espace-temps infinis, des solutions mathématiques que l'on appelera par la suite des trous noirs. En 1935, Einstein et Rosen[1] découvraient qu'en excluant les singularités du champ et en modifiant légèrement les équations de la gravitation, ils obtenaient des solutions non complexes dans le cas d'une symétrie sphérique chargée et statique. C'était certes des représentations mathématiques, mais elles représentaient un espace physique constitué de deux feuilles identiques reliées entre elles par une particule représentée par un pont... Pour se maintenir, ces "ponts" ne pouvaient pas contenir de particules neutres de masse négative.

La particule chargée à laquelle ils pensaient devait avoir une masse nulle. L'expérience de la gravité quantique Deuxième partie. Lascaux - Vidéo Dailymotion#rel-page-under-7#