background preloader

Violence conjugale

Facebook Twitter

M. Martineau, parlons de ces femmes-là. Monsieur Martineau, Dans une de vos récentes chroniques, vous demandiez aux femmes pourquoi elles étaient aussi nombreuses à se jeter dans les bras des mauvais hommes, comment ça se fait que dans une société féministe comme le Québec, il arrive encore que des femmes qui sont belles, intelligentes et talentueuses n’aient pas confiance en elles, tandis que les hommes, qui n’ont pas toujours ces qualités, y parviennent.

M. Martineau, parlons de ces femmes-là

Sincèrement, je me suis longtemps posé la même question, avec, à peu près, le même découragement frustré. Je me suis longtemps détachée de ce lot de femmes qui prenaient le parti d’être faibles et jetaient la honte sur mon sexe. Les couloirs de la violence amoureuse: un outil de sensibilisation intéressant! Un outil de sensibilisation fort intéressant vient d'être mis en place dans une école de la région du Saguenay/Lac St-Jean.

Les couloirs de la violence amoureuse: un outil de sensibilisation intéressant!

Cet outil ayant pour titre "Les couloirs de la violence amoureuse" vise à sensibiliser les jeunes aux violences dans les relations amoureuses. Un projet inspirant! La Sûreté du Québec, la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean et l’organisme communautaire La Passerelle ont créé un nouvel outil de prévention contre la violence amoureuse, qui s’adresse aux adolescents. C’est quoi ça, la sécurité amoureuse? Ma mère est directrice d’une école secondaire pour filles.

C’est quoi ça, la sécurité amoureuse?

Il y a quelques semaines, une des finissantes de son école, dont je ne nommerai pas le nom, a été assassinée. Oui, assassinée. Elle avait 17 ans. Son chum, avec qui elle était en couple depuis environ 2 ans, a décidé que sa vie se terminerait là, juste avant ses derniers examens de sa dernière année du secondaire. Bon, j’imagine que ce n’était pas une «décision» en soi, mais le résultat est là. Dans son école pour filles, ma mère et son équipe font beaucoup de prévention pour ce qu’ils appellent la sécurité amoureuse. Comme je ne suis pas spécialiste en la matière, j’ai collaboré avec Amélie Villeneuve, sexologue et chargée de projets au Centre des Femmes de Rosemont et Sonia Frenette, agente socio-communautaire pour cet article.

Dans un contexte de couple (sérieux ou non), il ne faut absolument pas banaliser les gestes qui font penser à de la violence. Ces pères qui tuent : une ressemblance troublante. La réaction des hommes en colère lorsqu'il est question de violence masculine! Ce texte est cosigné par Isabelle Côté, candidate au doctorat en service social de l'Université de Montréal, et Simon Lapierre, professeur à l'École de service social de l'Université d'Ottawa.

La réaction des hommes en colère lorsqu'il est question de violence masculine!

Il y a un peu plus d'une semaine, nous avons publié un billet dans lequel nous dénoncions un certain discours qui met l'accent sur la détresse des hommes lors de situations d'homicides conjugaux, occultant ainsi le problème de la violence masculine (voir le billet intitulé Invoquer la détresse des hommes pour éviter de parler de la violence masculine, publié le 7 février 2014). La violence a-t-elle un sexe? La théorie de la symétrie de la violence, ou : comment banaliser les violences patriarcales faites aux femmes.

La violence a-t-elle un sexe?

Depuis quelque temps, je me suis mise à parler d’inégalités sociales, notamment celles concernant la violence conjugale. Or, s’il est difficile d’en parler en tant qu’ancienne victime, il l’est encore plus d’en parler en tant que féministe. Pourquoi? Parce que pour faire gentil, pour pas être trop pas-fine, féministe enragée, tout ce que tu voudras, quand je parle de ce fléau qu’est la violence conjugale, je me vois toujours apposer à mes textes (et à mon corps défendant) des phrases telles que « Notez que j’utilise le masculin et le féminin pour désigner agresseur et victime pour alléger le texte ». Pis ça, ça me fait chier. Pas parce qu’il est impossible qu’un homme soit victime de violence conjugale aux mains de sa conjointe. Une négation des hiérarchies entre les sexes Des enfants, des personnes âgées et du chant des vautours Les gars… Références: (6) Ibid., p. 102. Invoquer la détresse des hommes pour éviter de parler de la violence masculine. Ce texte est cosigné par Isabelle Côté, candidate au doctorat en service social de l'Université de Montréal et Simon Lapierre, professeur à l'École de service social de l'Université d'Ottawa.

Invoquer la détresse des hommes pour éviter de parler de la violence masculine

Au cours des derniers jours, les médias ont fait état de deux incidents troublants, survenus en Beauce et dans Lotbinière, lors desquels un homme aurait tué son ex-conjointe et un homme avec lequel cette femme aurait eu une relation amoureuse, en plus de tuer une de ses deux filles et de blesser gravement la seconde qui repose toujours dans un état critique. L'homme aurait par la suite tenté de s'enlever la vie. Le couple aurait été en processus de séparation. Des situations comme celles-ci, aussi troublantes soient-elles, ne sont malheureusement pas si exceptionnelles. FRED ET MARIE, LE SPOT QUI DÉNONCE LES PERVERS NARCISSIQUES.

C’est l’histoire de Fred et Marie.

FRED ET MARIE, LE SPOT QUI DÉNONCE LES PERVERS NARCISSIQUES

Elle était belle, l’histoire. « Mon Fred », « Ma Marie », tout ça. Et puis un très sale truc les a rongés, tous les trois, Fred, Marie et l’histoire. Jusqu’à ce que tout vire au cauchemar.