background preloader

Sport

Facebook Twitter

Des poupées machines. Amy Poehler and Seth Meyers reunite to say “Really!?!” to sexist sports fans. Tim Hunt, English biochemist and Nobel Prize winner, recently explained to a convention of scientists and journalists why he supports single-sex labs. (Yes, you read that right.) “Let me tell you about my trouble with girls. Three things happen when they are in the lab. You fall in love with them, they fall in love with you and when you criticise them, they cry.” Not that he would dream of doing anything to “stand in the way of women,” of course. On the bright side, as one postdoctoral researcher tweeted, “For every Tim Hunt remark, there’s an extra woman in science that takes an interest in feminism. “Let me tell you about my trouble with girls. Course Guide for Sociology of Sports. The Gender Gap: Where are the Women in Major Sports Media? By Aleks V | @aleksvee It's no secret that more and more women continue to break through to top positions in the sports industry, but how many actually influence content on major sports websites?

There are a handful of notable female sports bloggers, but their audience is usually limited to fellow bloggers and fans of women's sports. A readership of thousands is only guaranteed for writers at the top companies. Female sports writers and reporters do have a voice outside of the blogosphere, but not one that is loud enough. Click here to view full size interactive infographic via Piktochart. Yahoo! ESPN ESPN has the highest percentage of female writers among the leading sports sites. 6 of 38 writers are women, with 3 holding senior writing positions. BleacherReport The 3rd most visited sports site, BleacherReport has the smallest percentage of female writers. Women may have a limited sphere of influence in sports media, but the tides are turned when it comes to viewership.

Mo’ne Davis isn’t the only woman to redefine “play... Profeminist — #LikeAGirl Source. Huffingtonpost.tumblr. Gender and Women in Sports - Gender Socialization Imprinted on Women’s Sports and Regulations. Gender and Women in Sports - It’s Just Not Fair! 20 Badass Women Who Destroyed Stereotypes and Inspired Future Generations    | GOOD. Margaret Hamilton, standing next to the code she wrote by hand as lead engineer of the Apollo Project that helped take humanity to the moon. (1969) Share this on Facebook? Jeanne Manford and her gay son marching at a pride parade. She founded the rights group “Parents, Families and Friends of Gays and Lesbians.” (1972) Source: wikipedia.org Kathrine Switzer was the first woman to run the Boston Marathon.

Source: reddit.com Throughout history, women have stood up and fought to break down barriers imposed on them from stereotypes and societal expectations. Les filles, grandes oubliées des loisirs publics. L’offre de loisirs publics proposée aux jeunes s’adresse en priorité aux garçons. Voilà l’étonnant résultat d’une enquête menée par des chercheurs du CNRS.

Deux fois plus de garçons que de filles profitent des gymnases, skate-parcs et autres équipements publics culturels ou de loisirs pour les jeunes dans l’agglomé­ration de Bordeaux. Avec l’avancée en âge, la mixité se réduit progressivement, jusqu’à un décrochage massif des filles, qui désertent les lieux à partir de la classe de 6e. Ce sont les résultats d’une enquête1 de juin 2011, menée sur trois communes et dirigée par le géographe Yves Raibaud, du laboratoire Aménagement, développement, environnement, santé et sociétés2, à Pessac. « Par simple observation, je trouvais frappante la prédominance masculine dans ce type d’équipements, mais les communes ne ­disposaient pas de chiffres sur le genre », explique ce dernier.

Le sport masculin valorisé Les vertus de la mixité Sur le même sujet : « Une ville faite pour les garçons » Veille action pour de saines habitudes de vie - Go les filles! L’image corporelle et la pratique d’activités physiques chez les filles. Fannie DagenaisDirectrice ÉquiLibre21 février 2014 Notre société a trop souvent tendance à valoriser les femmes – ou les filles! - sur des critères associés à l’apparence plutôt qu’à la performance. « Ben voyons, nous sommes en 2014, pas en 1950! », me direz-vous. Et pourtant... Il y a quelques semaines, les résultats d’une recherche(1), publiés dans le New York Times, ont suscité beaucoup de réactions sur le web. Le sujet a été repris par le Slate Magazine dans un titre assez révélateur(2) : Parents ask Google if their sons are geniuses and if their daughters are fat.

Que cela nous plaise ou non, la survalorisation de l’apparence est belle et bien omniprésente dans notre société, et profondément ancrée dans nos valeurs. En effet, les filles seraient 2 fois plus nombreuses que les garçons à délaisser la pratique de l’activité physique avant l’âge de 14 ans(3). Keep Her in the Game de la Womens Sports Foundation. 1. 2. 3. 4. 5.

Veille action pour de saines habitudes de vie - Adolescentes et activité physique : il faut agir. Adolescentes et activité physique: il faut agir Résumé Les faits Au Québec, seulement 38 % des adolescentes sont suffisamment actives, contre 55 % des adolescents.L’activité physique des jeunes, particulièrement des filles, chute de façon marquée au tout début de l’adolescence, puis de façon régulière par la suite.Le manque d’intérêt, le regard des autres, l’image corporelle et les doutes quant à leurs capacités physiques personnelles sont des obstacles majeurs pour les adolescentes. Pistes d’actions Offrir des activités physiques qui tiennent compte des goûts des adolescentes.Organiser des occasions sportives entre filles.Créer un environnement accueillant, respectueux de la capacité physique des participantes. Des statistiques Selon les données de l’enquête Health Behaviour in School-aged Children 2009-10 de l’Organisation mondiale de la Santé, les filles, quel que soit leur âge, sont systématiquement moins actives que les garçons dans les 41 pays sondés.

Le manque de confiance en soi. Sois sexy ou meurs ! Les Jeux olympiques de Sotchi donnent lieu à une avalanche de reportages photo d’athlètes, surtout des filles, dans des poses sexy. Pourquoi ? La photo montre la joueuse de curling Anna Sidorova vêtue de lingerie fine, talons aiguilles aux pieds, accroupie à quatre pattes devant sa pierre de curling. La skieuse américaine Julia Mancuso, elle, pose en bikini (!). Le reportage publié dans la il y a quelques jours est affublé du sous-titre « sex-appeal ». Et le titre : « Elles font monter la température à Sotchi ». Dans , on demande plutôt aux lecteurs d’élire la plus belle athlète de Sotchi. Par le passé, le magazine a déjà publié une galerie photo de sportives accompagnée de cette mention : « Elles sont belles, athlétiques et charismatiques.

Les Jeux olympiques devraient célébrer la force et la puissance des athlètes féminines en s’attardant sur leur performance sportive. On répondra qu’il existe plusieurs reportages consacrés à la beauté et à la séduction des athlètes masculins. Men Throwing “Like a Girl”: Separating Nature from Nurture. By Lisa Wade, PhD, Feb 20, 2013, at 12:00 pm One of the few genuinely large observed differences between men and women involves throwing ability. Men, on average, are much stronger throwers than women. Hence the phrase “throws like a girl.” That we observe a difference, however, tells us nothing about where that difference comes from. Figuring that out is much more difficult than simply measuring difference and sameness. We know that the difference emerges at puberty, suggesting that sheer size might have something to do with it.

Well, here’s one way: compare men and women throwing with their non-dominant hand. I don’t know that that study has been done, but an enterprising videographer has captured video of a set of men throwing with the “wrong” hand. A big thanks to Reynaldo C. for sending in the video! Thumbs Up, Thumbs Down: A Feminist Look at the Olympics, Part 2. Kathrine Switzer | Watch Makers: Women Who Make America Online. Aired: 02/27/201203:19Rating: NR Kathrine Switzer on the prejudices women athletes faced, her historic Boston Marathon run, and the doors it opened for other women athletes.

Switzer’s ongoing campaign to help women around the globe empower themselves through the simple act of running made her a 2011... More Kathrine Switzer Kathrine Switzer on her historic Boston Marathon run MAKERS is sponsored by Simple, a new line of facial skincare products. Le test de féminité dans les compétitions sportives, une histoire classée X? « Instauré dans les années 1960 par les autorités sportives internationales, le test de féminité vise à distinguer les « vraies femmes » des autres.

Quels « autres »? Des hommes qui s'immisceraient en catégorie « Dame » pour y remporter des victoires faciles? Les annales du sport ne gardent pas trace d’un tel cas. En revanche, bien des sportives ont été interdites de compétition car elles ne remplissaient pas les critères censés définir la « féminité ». Ces derniers ont varié au cours du temps : la féminité fut d'abord certifiée sur la base d'un examen gynécologique, puis chromosomique, puis hormonal.

Le travail d’Anaïs Bohuon cerne une évidence qui embarrasse les autorités sportives : les caractéristiques sexuées s’expriment selon des modalités diverses et la partition des individus en deux catégories de sexe seulement est une fiction idéologique. Sources : editions-ixe.fr et sciencesetavenir.nouvelobs.com. The Manly Origins of Cheerleading.

For the last week of December, we’re re-posting some of our favorite posts from 2012. Cross-posted at Jezebel, the Huffington Post, and Pacific Standard. You might be surprised to learn that at its inception in the mid-1800s cheerleading was an all-male sport. Characterized by gymnastics, stunts, and crowd leadership, cheerleading was considered equivalent in prestige to an American flagship of masculinity, football. As the editors of Nation saw it in 1911: …the reputation of having been a valiant “cheer-leader” is one of the most valuable things a boy can take away from college. Indeed, cheerleading helped launch the political careers of three U.S. Women were mostly excluded from cheerleading until the 1930s. When the men returned from war there was an effort to push women back out of cheerleading (some schools even banned female cheerleaders).

Cheerleading was too masculine for women! The presence of women changed how people thought about cheering. Cheerleading was transformed. For Women at the Olympics, the Spotlight Can Be Harsh. Jed Jacobsohn for The New York TimesLolo Jones qualified for the finals in 110 meter hurdles on Tuesday. The next day, she spoke of the media criticism she had faced leading up to the race. The American sprinter Lolo Jones may have been speaking for a number of female Olympic athletes on the “Today” show Wednesday morning when she tearfully deplored criticism she had received in American media related to her physical appearance.

Ms. Jones, who finished a close fourth in the 100-meter hurdle final on Tuesday, has been the subject of enormous media focus during her career. On “Today” she took particular exception to a column in The New York Times that criticized her for marketing her sex appeal and quoted an academic Olympics expert who compared her to the former tennis player and frequent magazine model Anna Kournikova. Chang W. Ms. Twitter posts included: “Gabby Douglas’s hair is ratch” and “Could Destinee Hooker [a star black volleyball player] please help Gabby Douglas with her hair?” Toutalego.blogspot.ca/2012/07/les-jeux-olympiques-du-sexisme.html. Les jeux olympiques et moi ça fait 3. Comme le foot, le tennis, le rugby, je n’y arrive pas à m’y intéresser, en dépit de la ferveur qui peut régner certains jours dans le pays.

Et ce n’est pas ce que je lis de loin en loin sur le sujet qui me donne envie d’y prêter davantage d’attention. Tout d’abord il y a eu cette histoire de joueuses de volley anglaises qui ont utilisé leurs fesses comme panneau publicitaire lors des tournois qualifiants pour les JO. On le sait, le sport féminin intéresse moins le grand public, certains ont donc eu l’idée d’utiliser la combinaison « bikini »+ « fessiers » pour susciter l’attention. Le concept : faire payer des annonceurs pour afficher leurs QR codes sur l’arrière des shorts des joueuses. Les spectateurs sont donc invités à photographier les fessiers des athlètes en pleine action afin d’être renvoyés sur le site du sponsor et espérer bénéficier d’une promotion. Cerise sur le gâteau, l’annonceur en question n’est autre qu’un site de pari en ligne !