background preloader

Féminisme(s)

Facebook Twitter

Nouvelles, actualités, politique, culture et chroniques. Son premier album est sorti en 1983, mais c’est celui de l’année suivante (Like a Virgin) qui l’a fait connaître mondialement.

Nouvelles, actualités, politique, culture et chroniques

Encore une décennie et elle lançait les sulfureux Erotica (1992) et Bedtime Stories (1994). Après une période léthargique, elle reprenait un peu l’avant-scène avec Confessions on a Dance Floor en 2005. Son dernier opus, le treizième, s’intitule Rebel Hearth (2015). What They Really Mean When They Say They're Not a Feminist. Title: What They Mean When They Say They’re Not a Feminist (Two columns, one labeled “what they say” and “what they mean”) Panel 1 Black Woman: I’m more of a womanist than a feminist.

What They Really Mean When They Say They're Not a Feminist

Panel 2 BW: I identify more with a movement of Black women asserting our right to be who we are in entirety than a movement with a history of putting Black women, literally, at the back of the marching line. Panel 3 Trans Woman: I guess I agree with feminism, but I don’t really participate much. Panel 4 TW: I have been routinely dismissed and harassed by feminists because I’m transgender. FCKH8 Exploits Little Girls In Order To Sell T-Shirts.

Trigger warning for rape Yesterday, FCKH8 released a video called F-Bombs for Feminism: Potty Mouthed Princesses Use Bad Words for Good Cause that quickly went viral, and has been shared hundreds of thousands of times on Facebook alone.

FCKH8 Exploits Little Girls In Order To Sell T-Shirts

This isn’t surprising – it’s a video designed to hit that marketing sweet spot where people are equal parts outraged, delighted and just plain not sure what to think. I’d be willing to bet that this video has had nearly as many hate-shares and “is this offensive?” Shares as it has people posting it because they think it’s great. FCKH8’s video is carefully calculated to appeal to a certain type of young, hip feminist (as well as being designed to cause offence and outrage among right-wing conservatives). The video then has the sweet, princessified little girls tackle a bunch of feminist issues, namely the pay gap, violence against women, and sexual assault – all while swearing up a storm, of course. This is not how we protect our children.

FCKH8’s “F-Bomb Princess” video isn’t offensive—it’s exploitative. Yesterday, for-profit T-shirt company FCKH8.com released a video called “F-Bombs for Feminism: Potty-Mouthed Princesses Use Bad Word for Good Cause.”

FCKH8’s “F-Bomb Princess” video isn’t offensive—it’s exploitative.

The video features five angry girls, ages 6 to 13, who express outrage at society’s sexist treatment of girls and women while decked out in princess attire. The video opens with the girls sweetly cooing, “Pretty!” While posing in their gowns and tiaras. But three seconds later, they switch gears and shout: “What the fuck? 'We should all be feminists' : regard sur le féminisme du 21e siècle. Pourquoi le mot humanisme ne peut remplacer le mot féminisme. Vous allez retrouver, ces prochaines semaines, d'anciens articles que je ré-écris, n'en soyez donc pas étonné-e-s.

Pourquoi le mot humanisme ne peut remplacer le mot féminisme

Vous vous demandez sans doute souvent pourquoi les féministes préfèrent se qualifier comme telles plutôt que d'humanistes comme si nous choisissions de privilégier les femmes aux hommes. “Vous êtes pô fines!” ou Comment dépolitiser le féminisme - La tomate noire. Depuis quelques jours nous voyons défiler devant nous, des fois avec malaise,une multiplicité de textes ayant des tons plus ou moins acérés au sein du pays de féministoblogfacebookqc.

“Vous êtes pô fines!” ou Comment dépolitiser le féminisme - La tomate noire

Eh ben j’en rajoute ^^ Tout d’abord j’aimerais dégager les 3 côtés de ce qui me semble être loin de la chicane de sacoche, de la gang de hyènes ou des filles mean et jalouses (oui oui, j’ai tout lu ça ces derniers jours), pour plutôt attirer votre attention sur le fait que toute cette histoire est en somme 3 manières différentes de s’adresser à la même problématique (très féministe merci!) , particularisée dans une personne mais, et ceci est un lieu commun de toutes dans tous les textes, profondément et systématiquement ancré dans notre société.

Théoriquement, émotivement, et par une lunette de lutte politique. Ellen Page: oui elle est féministe et ce n'est pas «un gros mot» Ellen Page n'a aucun problème à se dire féministe.

Ellen Page: oui elle est féministe et ce n'est pas «un gros mot»

Si ça ne vous paraît pas fou, un petit tour dans les déclarations de stars féminines de la chanson ou du cinéma suffira à vous convaincre que c'est plutôt exceptionnel d'entendre une jeune actrice s'affirmer féministe. Dernière en date, Susan Sarandon déclarait au Guardian: «Je me pense humaniste, parce que je pense que c'est moins aliénant pour les gens qui estiment que le féminisme est un tas de connasses stridentes, et parce qu'on veut que tout le monde ait les mêmes droits, des salaires égaux aux mêmes postes, un accès à l'éducation et à la sécurité sociale. C'est un mot un peut désuet, utilisé davantage pour vous minimiser.» publicité.

Sfonline.barnard.edu/polyphonic/print_ahmed.htm. The Scholar and Feminist Online Published by The Barnard Center for Research on Women www.barnard.edu/sfonline A note on this article.[1] It can be hard to remember becoming a feminist if only because it is hard to remember a time that you did not feel that way.

sfonline.barnard.edu/polyphonic/print_ahmed.htm

Is it possible to have always been that way?