background preloader

Veille documentaire

Facebook Twitter

Le dossier documentaire numérique : Pourquoi ? Quoi ? Comment ? Voici le contenu augmenté et mis à jour de mon article consacré aux « dossiers documentaires numériques de la Médiathèque intercommunale Ouest Provence », publié en décembre 2014 dans la collection La Boîte à outils (« Produire des contenus documentaires en ligne : Quelles stratégies pour les bibliothèques ?)

Le dossier documentaire numérique : Pourquoi ? Quoi ? Comment ?

, et dont Bambou s’était fait l’écho au moment de sa sortie éditoriale. Les dossiers documentaires, sous leur forme imprimée puis électronique, sont longtemps restés l’affaire des documentalistes, si peu des bibliothécaires. Chez ces derniers, les bibliographies ont été privilégiées, accompagnant généralement les actions d’animation de la bibliothèque ou les évènements culturels récurrents de l’année. Plus ou moins élaborées dans leur matière éditoriale, elles ont eu pour fonction essentielle de valoriser les collections existantes et de promouvoir les nouveautés du catalogue.

Pourquoi produire des dossiers documentaires ? Quelles sont les caractéristiques du dossier documentaire ? Politique documentaire BM, BU, BDP. Formation : constituer et faire vivre un fonds de musique en médiathèque, plan, liens et sources. Bonjour, Les 25, 26 et 27 septembre 2013, j’ai donné, pour le compte du CNFPT Languedoc Roussillon une formation intitulée « Constituer et faire vivre un fonds de musique en médiathèque ».

Formation : constituer et faire vivre un fonds de musique en médiathèque, plan, liens et sources

Comment intégrer les ressources numériques dans une politique documentaire. Récemment animateur d’un stage de formation continue sur la conduite d’un projet de développement de collection, j’ai entendu plusieurs stagiaires regretter la faible part accordée aux ressources numériques, en regard des procédures nombreuses existant pour les collections "matérielles".

Comment intégrer les ressources numériques dans une politique documentaire

Cela n’est guère étonnant, la question étant relativement récente et surtout éminemment mouvante. Mais soit, osons quelques pistes encore mal balisées, en posant juste quelques points de repère qui pourraient aider à architecturer une politique documentaire des ressources numériques. Je ne me suis pas lancé dans les arcanes des outils et contraintes techniques, ni des indicateurs spécifiques (sur ce point, voyez l’excellente présentation de Renaud Aioutz et Lionel Maurel), mais me suis limité aux axes stratégiques majeurs. 1 – Ne pas se tromper de poldoc La politique documentaire s’exprime dans des processus réglés, elle n’y est pas toute entière contenue. (c) Frieda-raye Green. Au delà de la recheche documentaire : des bouquets personnalisés pour la veille. Ce que j’avais proposé avec la carte Médiabitus était de réunir quelques conseils et outils pour construire une veille thématique, faciliter l’entrée dans une communauté d’intérêt.

Au delà de la recheche documentaire : des bouquets personnalisés pour la veille

Voilà plusieurs mois que je teste et j’affine cette méthode lors de TD dans les formations que j’anime et le constat est le suivant : il est loin d’être simple, même pour un bibliothécaire, d’identifier efficacement des sources fiables et incontournables et populaires sur une thématique qu’il ne connait pas (alors qu’il est formé pour le faire dans le champ éditorial!). Par contre les bibliothécaires sont à chaque fois très intéressés par ce genre de TD au point que je songe même à le développer d’une manière bien plus approfondie en formation initiale.

Et même en tant qu’internaute : avez vous déjà essayé de cerner une communauté thématique ? Pas si simple ! Le web d’aujourd’hui est à la foi un web de la requête et un web du flux, qui ne facilite pas spontanément des logiques d’agrégation thématiques. Chambardons nos tables de sélections. Juste une question toute simple, venue en travaillant sur un futur billet au sujet des "fouillothèques" : comment renouveler nos tables de sélections, en évitant nos habituelles: NouveautésCoups de cœurThématiquesActualité (événements culturels locaux ou nationaux, mort de Claude Levi-Strauss, etc.)

Chambardons nos tables de sélections

Voici donc quelques propositions naïves pour des tables de suggestions innovantes, en appliquant la méthode créative du "concassage". Renversement : « Les oubliés », sur le mode "nous sommes sur le point de les désherber, adoptez-les! " La Médiathèque de Lomme, par exemple, utilise une table pour valoriser les livres non empruntés depuis 2 ou 3 ans.« Nous avons détesté » (en hommage au célèbre contempteur des coups de cœur en bibliothèques), sur le mode de l’anti-recommandeur de LibraryThing.com.

Substitution (le lecteur à la place du bibliothécaire) : « Vous avez beaucoup emprunté ». Construire sa veille en musique classique. Etre chargé des acquisitions en CD et DVD de musique classique peut avoir de quoi intimider.

Construire sa veille en musique classique

Choix des œuvres, des interprétations, variété des styles, des époques, des effectifs : le domaine est particulièrement complexe pour qui en est peu familier. Sans prétendre à l’exhaustivité, je profite ici de la demande d’une collègue pour partager quelques outils pouvant aider les discothécaires responsables du rayon classique.

Avec l’espoir que, au-delà de la problématique du classique, les outils et les méthodes évoqués pourront être transposés à d’autres genres musicaux. Afin que ces pistes soient aussi universelles que possible, je n’évoquerai pas les fonctionnalités de veille proposées sur les sites des fournisseurs de bibliothèques (GAM Annecy, CVS, CD-Mail…). 1 – Suivre l’actualité discographique Pour cela, l’agrégateur de flux rss est le meilleur ami de l’acquéreur : les sites de vente en ligne sont les premières ressources à utiliser (voir les fils rss de Qobuz, ou de la fnac).