background preloader

Carole_75

Facebook Twitter

L’alimentation chez les sans domicile fixe. 1À première vue le problème, s’il y en a un, est simple et peut être résumé dans la question : que mangent les SDF ?

L’alimentation chez les sans domicile fixe

En fait, il est beaucoup plus complexe dans la mesure où l’on peut se demander : les SDF peuvent-ils choisir ce qu’ils mangent ? Mangent-ils tous de la même manière et les mêmes aliments ? Quelle place l’alimentation occupe-t-elle dans leur vie ? 2La brève analyse que nous proposons ici s’appuie sur un ouvrage que nous avons publié avec Jacques Guillou et qui traitait notamment de cette question de l’alimentation chez les SDF (Moreau de Bellaing & Guillou, 1995). L’alimentation des sans-abri. 1L’alimentation, dans toutes les sociétés, est un acte culturel (Douglas, 1979 ; 1981) : s’y nouent, avec la satisfaction du physiologique et du biologique, de nombreux traits culturels comme de l’économique, du technique (techniques d’appropriation, de conservation, de préparation, de consommation), du social (rites de commensalité, manières de table), du religieux (prescriptions et proscriptions, partage avec la divinité) et du symbolique (syntaxe alimentaire, temporalité quotidien/festif, hiérarchie des aliments et du service, offrandes, échanges des mets et des mots).

L’alimentation des sans-abri

Ces multiples interactions impliquent que peu de travaux anthropologiques traitent spécifiquement de l’alimentation, cette dernière étant analysée dans le cadre de l’ensemble des traits culturels du groupe étudié. 2L’intérêt d’une recherche ethnologique sur les personnes sans-abri est de cerner, par l’étude minutieuse à partir du terrain, l’alimentation protéiforme qui est la leur. 2 A. SDF : le refuge de la dernière chance ☑️ Les Banques Alimentaires poursuivent leur engagement au sein du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire. Dans le cadre de la nouvelle version du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire, les Banques Alimentaires ont pris une série d'engagements, dans la lignée de leur action contre le gaspillage depuis plus de 30 ans.

Les Banques Alimentaires poursuivent leur engagement au sein du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire

Fort de ce combat mené depuis plus de 30 ans au service des personnes démunies, le réseau des Banques Alimentaires poursuit son engagement en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Les épiceries sociales et solidaires. Avec plus de 700 épiceries sociales et solidaires servies, les Banques Alimentaires sont le 1er fournisseur de ces structures associatives.

Les épiceries sociales et solidaires

Les Banques Alimentaires, soutien des épiceries sociales et solidaires Depuis quelques années, les Banques Alimentaires développent, en collaboration avec leurs partenaires associatifs, des modes de distribution d’accompagnement alimentaire innovants, comme les épiceries sociales qui prennent en compte les besoins d’accompagnement et d’écoute. L’accompagnement alimentaire est plus que jamais une porte d’entrée à l’écoute et au dialogue. Les Banques Alimentaires fournissent plus de 700 épiceries sociales et solidaires dans la France entière et les soutiennent nombre dans leurs aménagements et équipements. Comment fonctionne une épicerie sociale / solidaire ? Le plus souvent elles sont parrainées, voire créées sous l’égide des CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) dans les villes.

Les associations et CCAS. Pique-nique solidaire du Carillon ! Un garde-manger solidaire dans les rues de Paris. La solidarité entre les habitants ne demande qu’à être soutenue.

Un garde-manger solidaire dans les rues de Paris

L’association Cap ou pas cap ? , qui se veut être un point de rencontre entre les énergies citoyennes, a initié il y a quelques mois la mise en place d’un garde-manger-solidaire en libre service dans le 12ème arrondissement de Paris. Découverte de ce projet porteur de sens pour la collectivité. C’est un constat positif qui est à l’origine de Cap ou pas Cap ? : celui de la multiplication des initiatives locales qui favorisent les liens, tout en mettant les solidarités et l’environnement à l’honneur. Accompagner le développement des solidarités locales Cap ou pas cap ? L’idée du garde-manger-solidaire remonte à l’automne 2016. SDF à Paris : on ne doit pas s'habituer - Le Parisien. Nos journalistes sont allés au hasard, dans la nuit de lundi à mardi, à la rencontre de femmes et d'hommes qui vivent dans la rue.

SDF à Paris : on ne doit pas s'habituer - Le Parisien

Ils sont de plus en plus nombreux dans la capitale. On ne s'y habituera jamais. Il s'est allongé sur un banc public, face au pont d'Austerlitz (Paris), mais ne trouve pas le sommeil. Il est 1 h 30 du matin dans cette rue déserte. Mains dans les poches, Jérôme, 37 ans, n'a ni besace ni argent. « C'est ma première nuit dehors depuis quatre ans, je suis parti sans rien dire », décoche-t-il, mâchoire serrée. Sous les feux des projecteurs, il y a une décennie presque jour pour jour, grâce au coup de poing médiatique des Enfants de Don Quichotte et leurs tentes du canal Saint-Martin, le sort du peuple de la rue ne s'est depuis guère amélioré. Des hommes-fantômes à la recherche du moindre abri Lors de nos « maraudes », la plupart de nos témoins n'ont pas refusé le dialogue, au contraire. 28 800.

Le mot : sans-domicile-fixe.