background preloader

M22 Internet : nouvelles cultures, nouvelles économies

Facebook Twitter

BTS M22. BTS M22. Economie et Internet. Internet, dédale de connaissances, ou grand bazar ? Qui dirige Internet ? Les explications de l'ICANN. Surnommé le "réseau des réseaux", Internet est né de la rencontre entre le réseau ARPANET (voulu par la DARPA) et plusieurs autres concepts identiques (réseau CYCLADES, projet RAND, NPL...). Aujourd'hui, la connexion à ce vaste système se fait pour le grand public via les fournisseurs d'accès. Il existe toutefois une multitude d'intervenants qui participent à la gestion du réseau des réseaux. Ensemble, ils s'occupent d'Internet : ils font du conseil, se chargent des opérations, produisent des normes, élaborent des politiques, éduquent ou effectuent des recherches. C'est parce que le net mobilise une pléthore d'acteurs que l'ICANN a mis en ligne une infographie expliquant "qui dirige Internet".

"Ils travaillent en coopération selon leurs fonctions respectives pour créer des politiques et des normes partagées entretenant l'interopérabilité mondiale d'Internet pour le bien public". Qui dirige Internet ? Les explications de l'ICANN. Serge Tisseron. Posté par Serge TISSERON le 7 juin 2012. La première révolution engagée par la culture numérique est culturelle La culture du livre est une culture de l’un, dominée par une conception verticale du savoir : celui qui sait écrit un livre pour ceux qui ignorent. Par le livre, ils accèdent à la connaissance du clerc, ou du savant. Elle est en cela inséparable du monothéisme. La seconde révolution engagée par la culture numérique est cognitive. Si la culture du livre était capable de relayer toutes nos possibilités psychiques, la culture numérique n’aurait jamais été inventée !

La troisième révolution engagée par la culture numérique est psychique. Les technologies numériques modifient enfin le fonctionnement psychique de plusieurs façons. 1. Ces trois révolutions ne font pas de la culture des écrans une « sous culture » inférieure celle du livre, mais une culture différente, chacune avec ses points forts et ses faiblesses, ses excès et ses impasses. Fracture numérique ? Quelles fractures ? Entretien avec Dominique Cardon et ses invités Sylvie KAUFFMANN, directrice éditoriale au MondeJean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de ParisMarc-Olivier PADIS, directeur de la rédaction de la revue Esprit Dans cette excellente émission, les intervenants abordent LES fractures numérique sous différents angles instructifs, dont voici un aperçu(avec quelques notes et commentaires personnels) Les exclusions sont désormais plus dans les usages du numérique que dans les techniques informatiques.

L’agilité des usages des outils du numérique est une forte valeur ajoutée. Mais ce n’est pas une condition suffisante pour avoir un avantage concurrentiel déterminant (NDLR efficaciTIC). Les jeunes générations sont très agiles avec le numérique. Mais suivant leurs origines sociales, les enfants ne consomment pas Internet de la même façon. Il est utopique de croire que nous sommes tous à égalité avec le numérique. [transcription de l’introduction de Philippe Meyer] Le Web 4.0 sera celui du génome, et y’a de quoi flipper. Une scientifique recueille de l’ADN, dans un laboratoire marseillais, le 3 février 2015 (Anne-Christine Poujoulat/AFP) 1998-2006.

Documents. Web 1.0 Il aura fallu huit ans à Google pour parvenir à indexer tous les documents disponibles. Oh je vous vois venir, oui, vous avez raison, Google n’indexe pas « tous » les documents disponibles. Alors disons qu’il lui aura fallu huit ans pour parvenir à indexer suffisamment de documents pour s’assurer d’éliminer la concurrence, de stabiliser des parts de marché le plaçant en situation de quasi-monopole, et, dans les usages autant que dans notre inconscient collectif, pour fonctionner comme une métonymie du web : la partie prise pour le tout. 2004-2014.

Il aura fallu dix ans à Facebook pour indexer tous les profils disponibles. Oui, je sais. 2014-2030. Making of Encore une fois, le blog d’Olivier Ertzscheid, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, est une mine de réflexion. Que sera alors vraiment le Web 3.0 ? Si vous voulez vous rappeler pourquoi Internet est une bonne chose. Pour le journaliste américain Clive Thompson, Internet a profondément changé notre façon de parler et de nous faire entendre. C’est cet impact social qui constitue le plus grand atout du réseau. Ceci est une réponse. Une réponse aux questions que nous nous posons à nous-mêmes et aux autres : peut-on encore aimer Internet ? Google nous rend-il bêtes ? Une réponse aussi à nos riverains, dont certains manifestent régulièrement leur mécontentement de nous voir nous focaliser sur un objet – la technologie et ses effets sur nos vies – qu’ils trouvent peu important, peu intéressant. Cette réponse, elle a surgi dans les réseaux.

D’infinies raisons Ce qui l’intéresse, ce sont les effets de la technologie sur la vie quotidienne, ça tombe bien. Le petit texte qui suit est très simple. . « Quand il n’y a pas d’argent à se faire... » Nous reproduisons donc ci-dessous ledit entretien, traduit en français, avec l’aimable autorisation des deux parties :

Dans les profondeurs du Web : ce réseau crypté sur lequel les trafiquants et les criminels sont quasi incontrôlables. Que reste-t-il de notre vie privée sur Internet ? Photos, données personnelles, géolocalisation… Au fil des ans, notre vie intime est devenue de moins en moins privée. Et on y est un peu pour quelque chose. Aurions-nous renoncé ? Quand Edward Snowden révèle, en juin 2013, que les citoyens du monde entier sont surveillés par les services de renseignement américains, l'opinion publique fronce à peine les sourcils. « On le savait déjà », lit-on dans les médias ; « Je m'en fiche, je n'ai rien à ­cacher », entend-on dans les couloirs.

Fatalisme ? Inconscience ? Ou adhésion tacite à ce qui serait devenu pour nous, au fil des ans, une évidence presque banale ? Au fil du temps, nous avons accep­té d'être regardés d'un peu plus près, par un nombre d'acteurs toujours plus grand, nous avons semé davantage de traces informatiques, comme autant de petits cailloux. “Un enfant né aujourd’hui grandira sans aucune conception de la vie privée.” Le numérique nous installe dans un petit bonheur confortable. Placer le curseur où on l’entend. Jean-Claude Guillebaud: «Internet modifie tous nos rapports avec la réalité» Le contrôle d’Internet par le secteur privé est un problème. Les révélations de Snowden au sujet des programmes de surveillance des Etats-Unis et du Royaume-Uni ont mis en évidence la participation des géants américains du Web.

Si depuis ces derniers s’efforcent de prendre leurs distances, la place que ceux-ci occupent sur Internet à l’échelon mondial continue malgré tout de poser problème. C’est du moins un des constats dressés par le commissaire européen aux droits de l’Homme, Nils Muižnieks, dans un rapport publié cette semaine. « L’infrastructure Internet est en grande partie sous le contrôle de sociétés privées, qui ne sont pas directement soumises à la législation internationale sur les droits de l’homme » souligne le commissaire. En revanche, ces entreprises restent soumises à la législation de leur pays d’origine. Or, juge Nils Muižnieks, les Etats accroissent la pression sur ces acteurs privés notamment afin qu’ils livrent des données de leurs utilisateurs ou pour qu’ils agissent en tant que police privée vis-à-vis des contenus Web. Une carte montre tous les appareils connectés à internet dans le monde. Internet : un bienfait ou un danger pour la démocratie ?  - Médias et démocratie Découverte des institutions.

<p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation. </p> Quelques dates clés 1969 : Création par le Département américain de la défense d’un réseau reliant plusieurs gros centres de calcul et des systèmes radio et satellites : Arpanet. Ce serait l’ancêtre d’Internet. Années 1980 : Arpanet voit son intérêt stratégique faiblir avec la fin de la Guerre froide. Les chercheurs et les universités se dotent de réseaux personnels qui s’interconnectent progressivement (protocole TCP/ IP). Il devient alors possible d’atteindre un ordinateur de n’importe quel réseau depuis un autre ordinateur, à partir du moment où chaque machine est connectée à un réseau. 1989 : Tim Berners Lee, chercheur du CERN (Centre européen pour la recherche nucléaire) à Genève met au point un nouveau mode de communication permettant de faire des liens hypertexte. 1994-1995 : Sortie de Netscape Navigator et Internet Explorer, les deux premiers navigateurs grand public.

Une contre-histoire de l'internet. Hackers, les nouveaux maîtres du monde [documentaire entier] Quand l'Internet fait des bulles [documentaire complet] Facebook - Ma vie à poil sur le net - documentaire. Reportage choc Francais Fr: Cybercriminalité, Hacker, Anonymous.

Reportage choc Francais Fr: Cybercriminalité, Hacker, Anonymous. Cliquez, vous êtes traqués + débat - Documentaire 2015.