background preloader

Savoir ce qu'on mange

Facebook Twitter

Le nouvel étiquetage nutritionnel en 5 questions - Les Echos. Nouvelle polémique autour de l’étiquetage nutritionnel. Bataille autour de la pertinence de l’étiquetage nutritionnel. Le rapport de l’Anses, critique sur le système des logos nutritionnels, est vivement contesté par de nombreux experts, dont la Société française de santé publique.

Bataille autour de la pertinence de l’étiquetage nutritionnel

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pascale Santi Nouvel épisode dans le feuilleton sur l’étiquetage nutritionnel : la Société française de santé publique (SFSP) « ne partage pas, mais alors pas du tout les conclusions de l’Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments [Anses] sur la non-“pertinence” des logos », a indiqué le professeur Pierre Lombrail, le président de cette organisation de médecins, dans une tribune publiée lundi 27 février par The Conversation. Le 14 février, l’Anses a rendu son avis sur les cinq systèmes d’information nutritionnelle à l’étude pour guider les consommateurs dans leurs achats.

Cet avis suscite de nombreuses réactions. Sous pression de l’industrie, l’expertise des futurs logos nutritionnels tourne à la farce. La difficile mise en place de l’étiquetage alimentaire. L’expérimentation grandeur nature d’un étiquetage nutritionnel sur les produits de la grande distribution est lancée depuis lundi 26 septembre.

La difficile mise en place de l’étiquetage alimentaire

Mais les observations réalisées en magasin suscitent déjà des questions, dans un contexte miné par la polémique. Durant dix semaines, quatre logos vont être testés dans quarante magasins des marques Casino, Carrefour Market et Simply Market (groupe Auchan) en Ile-de-France, en Normandie, dans les Hauts-de-France et en Auvergne-Rhône-Alpes, vingt magasins servant de témoins. Le but de la mesure, votée dans la loi santé de janvier : mettre en place un système de marqueurs colorés qui rendraient plus lisibles les informations nutritionnelles des aliments transformés. Feu vert pour le test de l'étiquetage nutritionnel. Neuf mois après son acte de naissance et presque autant de polémiques, elle démarre enfin.

Feu vert pour le test de l'étiquetage nutritionnel

Le feu vert pour l’évaluation grandeur nature de quatre systèmes d’étiquetage nutritionnel des aliments sera donné le 26 septembre. L’expérimentation, d’une durée de dix semaines, concernera 60 supermarchés. Les modalités de cette étude ont été présentées vendredi 16 septembre au ministère des affaires sociales et de la santé, lors d’une conférence de presse de plus de deux heures, signe de la complexité de la mise en œuvre de cette évaluation qui devrait intégrer plus de 1 200 produits, soit environ 2 millions d’étiquettes.

Rappel des faits. Etiquetage nutritionnel : Stéphane Le Foll au secours des industriels. Comment nous tuons les bêtes. Editorial.

Comment nous tuons les bêtes

Ce sont des images insoutenables qui ont jeté l’opprobre sur le milieu des abattoirs. Celle d’un veau, dans l’établissement du Mercantour (Alpes-Maritimes), accroché au rail par la patte arrière, qui tente de se relever pendant deux minutes, à moitié décapité, la tête dans un bac de sang. Celle, aussi, à Pézenas (Hérault), d’un mouton qui reçoit un coup de couteau dans l’œil avant d’être égorgé.

Celles, encore, au Vigan (Gard), d’employés qui rient en électrocutant des cochons. Celles d’agneaux jetés contre un enclos. Des chercheurs pris pour cible par le lobby agroalimentaire. « L’étiquetage alimentaire doit être une réponse à la demande d’une alimentation plus saine » LE MONDE IDEES | | Par Daniel Nairaud (directeur général du fonds français pour l'alimentation et la santé (FFAS)) Par Daniel Nairaud directeur général du fonds français pour l’alimentation et la santé (FFAS) L’alimentation est un déterminant essentiel de la santé mais chacun d’entre nous fait d’abord ses courses avec ses joies, ses soucis, et avec son budget.

« L’étiquetage alimentaire doit être une réponse à la demande d’une alimentation plus saine »

Autant dire qu’il est très difficile de faire évoluer les comportements alimentaires lorsqu’ils ne sont pas adéquats. Mais il y a une opportunité : chacun veut savoir ce qu’il mange. Critiques et démission autour de l’étude sur l’étiquetage alimentaire. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Horel et Pascale Santi.

Critiques et démission autour de l’étude sur l’étiquetage alimentaire

Explorez les conflits d’intérêts autour de l’étiquetage alimentaire. C’est la dernière bataille en date dans une intense lutte que mène depuis longtemps l’industrie agroalimentaire contre une législation très stratégique pour elle.

Explorez les conflits d’intérêts autour de l’étiquetage alimentaire

Etiquetage nutritionnel alimentaire: les consommateurs français veulent le code 5 couleurs. 1 an déjà que le principe d’un étiquetage nutritionnel graphique sur les emballages alimentaires a été adopté, afin d’avoir une meilleure lisibilité de la qualité des aliments/mets industriels que nous achetons et consommons.

Etiquetage nutritionnel alimentaire: les consommateurs français veulent le code 5 couleurs

C’était en décembre 2015, en vertu des votes de la Loi Santé à l’Assemblée et au Sénat. A la suite de quoi les pouvoirs publics ont souhaité soumettre à une évaluation en conditions réelles 4 logos concurrents, qui s’est finalement déroulée dans 60 magasins répartis sur quelques territoires choisis de France de fin septembre à début décembre. Les résultats sont en cours d’analyse, et la remise du rapport est prévue fin janvier 2017, d’abord à l’ANSES responsable de la finalisation, puis les politiques s’en saisiront pour prendre enfin leur décision, à savoir la recommandation de l’étiquetage simplifié à apposer sur les emballages alimentaires en face avant, en sus des indications chiffrées actuelles présentes au dos qui resteront. Une appli en réalité augmentée qui révèle ce que nous mangeons vraiment. En cinq ans, le nombre de Français souffrant d’allergies alimentaires a doublé.

Une appli en réalité augmentée qui révèle ce que nous mangeons vraiment

(Crédit : SciTechMuseum/Flickriver) En cinq ans, le nombre de Français souffrant d’allergies alimentaires a doublé : elles concernent à ce jour 6 à 9 millions de personnes en France. Afin d’aider le consommateur à traquer gluten et autres composants allergènes, les commerçants sont sommés, par un décret du 1er juillet 2015, d’apposer des étiquettes sur les produits alimentaires. Une injonction à ce jour non respectée par la plupart des grandes enseignes, comme l’a révélé une enquête de l’UFC-Que choisir début juin. Deux jeunes entrepreneurs français pourraient bientôt remédier à cette absence de transparence grâce à la réalité augmentée. Végétalien, allergique au lactose ou au gluten...

Au préalable, ce dernier est invité à indiquer s’il est végétalien, allergique au lactose, à l'arachide ou au gluten, par exemple. 2016, année charnière pour la consommation responsable. Consommer "autrement".

2016, année charnière pour la consommation responsable

C’est ainsi que les Français envisagent la consommation "responsable", si l’on en croit la nouvelle édition de l’étude Ethicity/Greenflex qui fait référence sur le sujet. Changer sa façon de consommer Concrètement, cela veut dire que consommer de façon responsable, ce n'est pas forcément consommer moins (16%). C’est surtout consommer mieux. Comment ? Au quotidien, le consommateur va donc s’orienter vers l’achat d’occasion, le partage, l’échange/troc, le "fait soi-même", ou l’achat local. Deux tendances fortes sont à noter pour 2016.

Autre sujet de préoccupation : le bien-être animal. 68% des Français participant à l’étude déclarent y faire attention au moment d’acheter un produit. La COP21, un outil pédagogique Selon Greenflex, la COP21, qui s’est déroulée en décembre dernier à Paris, a laissé une empreinte, notamment en termes de prise de conscience chez les jeunes et les femmes.