background preloader

Web travers

Facebook Twitter

Real Life Tinder. Tinder: un petit coup de pouce qui en dit long sur notre société. Un autre facteur joue un rôle considérable dans cette mutation ; c’est celui de l’évolution des femmes.

Tinder: un petit coup de pouce qui en dit long sur notre société

La sociologue précise : « Certaines font de leur indépendance le maître mot de leur existence aussi bien sur le plan affectif que professionnel, de sorte qu’elles recherchent des relations agréables sans que ces dernières s’inscrivent dans une dynamique de cohabitation contraignante. Le recours aux sites de rencontres leur semble rationnel puisqu’on peut présélectionner les profils et indiquer clairement ce que soi-même on attend d’une relation. » Un troisième facteur est à prendre selon elle en considération : l’allongement de la durée des études. « Si on compare à ce qui avait cours avant les années 60, la majeure partie de la population masculine et féminine fait des études plus longues. Le web social nous enferme-t-il dans nos bulles ? - BABEL OUEB. © CC BY-SA 2.0 / Gisela Giardino Le web conçu sans centre, mais comme une toile, un rhizome a réactivé la figure romantique du flâneur du XIXe siècle.

Le web social nous enferme-t-il dans nos bulles ? - BABEL OUEB

Cette vision partagée par les pionniers des technologies de l'information est tout de même à relativiser. Ce que l'on appelle le web social et personnalisable reconfigure la façon de naviguer dans la masse d'informations disponibles. La prise de conscience des effets de la personnalisation du web est peut être un premier pas pour aiguiser notre regard critique concernant nos usages de ces technologies... Pour certains politiques, le djihadisme, c’est la faute d'internet. Au lendemain des attentats et d’un renforcement de l’état d’urgence, les politiques ont tenu à réaffirmer leur position vis-à-vis d'internet, qu'ils considèrent comme le premier outil de radicalisation.

Pour certains politiques, le djihadisme, c’est la faute d'internet

Connaissez-vous l’imam Google? Xavier Bertrand, du parti Les Républicains, oui. Interrogé sur Europe 1 vendredi 20 novembre à propos de la lutte antiterroriste sur internet, il a déclaré qu’il existait un «imam Google». «Un certain nombre de jeunes aujourd’hui, avant même d’aller dans les mosquées, affirme-t-il, c’est sur internet qu’ils trouvent le moyen de se radicaliser.» Après en avoir fait appel aux géants d’internet, il a carrément demandé à la Hadopi, dont le but est à la base de défendre les droits d’auteur sur internet, «d’arrêter ses fonctions traditionnelles sur le téléchargement illégal, et que l’on mette tous [ses] moyens aujourd’hui pour traquer les sites et mettre hors d’état de nuire tous ceux qui se servent de Google, des réseaux sociaux, pour véhiculer le terrorisme».

Player. Google est devenu raciste parce que ses utilisateurs le sont. Apprendre à apprendre (4/4) : y’a-t-il des technologies pour apprendre à apprendre. Il n’y a pas de questions plus récurrentes (et plus lassante, il faut bien le dire) que celle de l’introduction des nouvelles technologies au sein de l’école.

Apprendre à apprendre (4/4) : y’a-t-il des technologies pour apprendre à apprendre

Quel peut être leur apport, et surtout, leur valeur pédagogique ? Nous permettront-elles d’apprendre différemment ? Dans les lignes qui vont suivre, on s’éloignera toutefois des débats – souvent rageurs – qui agitent les pédagogues ces temps-ci : on n’évoquera pas l’introduction des tablettes, de l’internet, des smartphones. On n’abordera même pas la question de l’apprentissage du code, du moins sous sa forme classique. Ni le bilan de l’apport des nouvelles technologies sur l’éducation (si ce n’est pour rappeler, qu’il n’est pas très brillant, comme nous le soulignons déjà ou comme le soulignait récemment un rapport Pisa et dans les classement de John Hattie sur les facteurs qui favorisent la réussite scolaire, aucun n’évoque des questions technologiques). La réalité virtuelle pour comprendre les systèmes complexes Rémi Sussan. L'acopie. Rien de grand dans le monde ne s'est fait sans copie.

L'acopie

Le numérique est l'apogée de la copie. Copie partout. Copy-party. Mais aujourd'hui il faudrait inventer l'antonyme de copier. Il n'en existe pas. Le numérique donc. Chercher un antonyme à "copier". Décopier ? Apocryphes copies. Alors quoi ? Film Le Meilleur des mondes en streaming. Épisodes - Do Not Track. Pour tout résoudre, cliquez ici : rencontre avec Evgeny Morozov. Cruauté des algorithmes: quand Facebook propose la photo d'une enfant décédée dans sa rétrospective annuelle. Si vous êtes sur Facebook, sans doute avez-vous aperçu ces derniers jours des «rétrospectives de l'année» sur les murs de vos amis.

Cruauté des algorithmes: quand Facebook propose la photo d'une enfant décédée dans sa rétrospective annuelle

Peut-être vous êtes vus proposer par le réseau social de mettre en ligne la vôtre. Un post de blog d'un utilisateur américain, Eric Meyer, vient nous rappeler que, derrière cette rétrospective, il y un algorithme, pas quelqu'un qui connaît vraiment ce qu'a été votre année. Meyer, connu pour son travail sur le design web et notamment le CSS, explique qu'il en a vu passer beaucoup dans les flux d'informations de ses amis: «Mais bon, il m'était facile de les ignorer, et je l'ai fait. Jusqu'à aujourd'hui, quand j'ai vu ceci dans mon flux, m'incitant à créer la mienne.