background preloader

Daech

Facebook Twitter

Il réussit à dissuader un jeune américain de rejoindre Daech. La lutte contre l'État islamique passe aussi parfois par de simples échanges en ligne pour aider les personnes en cours de radicalisation.

Il réussit à dissuader un jeune américain de rejoindre Daech

«Oui, Daech n’était qu’un fantasme en 2004, regardez-le maintenant. Les États-Unis l’étaient aussi en 1776, regardez-les maintenant.» Le début de l’histoire racontée par Quartz n’est malheureusement plus si rare: c’est celle d’un jeune originaire de l’État de Virginie qui se radicalise au fur et à mesure qu’il regarde des vidéos publiées par l'État islamique. Ses pseudos Twitter changent à l’envi, mais tous font référence au Jihad. Ce soir-là, il parle de partir en Syrie et de créer une milice de l’organisation terroriste sur le sol américain avec Paul Dietrich, un développeur de l’Oregon, particulièrement intéressé par les utilisateurs de Twitter qui soutiennent les jihadistes. «Washington a vaincu un empire avec 3% de la population [des États-Unis], avance-t-il.

«Arrête. Son correspondant lui avait déjà conseillé de consulter un psychologue. Al-Qaïda et Daech se livrent une guerre fratricide. La rivalité entre les deux groupes islamistes débouche désormais sur des attaques frontales meurtrières.

Al-Qaïda et Daech se livrent une guerre fratricide

C’est une guerre qui est peu médiatisée mais qui fait pourtant des ravages au sein de l’État Islamique et d’Al-Qaïda. Les deux entités terroristes mènent une lutte territoriale mais surtout symbolique, en quête de la première place comme organisation terroriste. Les attentats de Charlie Hebdo en janvier dernier avaient mis en lumière cette rivalité. Les frères Kouachi avaient alors revendiqué leur action au nom Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA), quand Amedy Coulibaly avait lui fait allégeance à l’État islamique. L’événement avait donné lieu à un conflit par presse interposée (chaque groupe disposant de son propre journal) pour la revendication des attaques.

Le site de Fox News rapporte un événement qui s’est produit le 15 novembre dernier, dans le sud de la Syrie et qui illustre l’escalade de la violence entre les deux groupes. Partagez cet article. Daech nous attaque-t-il vraiment «pour ce que nous sommes»? «L'Etat islamique ne rêve que d'une chose c'est d'attaquer la France, et ils mettront les moyens nécessaires», expliquait l'ancien juge anti-terroriste Marc Trévidic sur France 2, au lendemain des attentats du vendredi 13 novembre qui ont coûté la vie à 129 personnes dans l’est parisien et à Saint-Denis.

Daech nous attaque-t-il vraiment «pour ce que nous sommes»?

Il ajoutait: «Si l’émir de l’Etat islamique demande à mains levées à ses recrues: "qui veut aller faire un attentat en France? ", vous allez avoir 200 bras levés en une demi-seconde». Pourquoi la France? Nombre de spécialistes qui se sont exprimés depuis les attaques assurent que c’est moins ce que la France aurait fait (notamment intervenir en Syrie) que ce qu’elle est qui la rend une cible prioritaire. Le 14 novembre, dans un entretien à Mediapart, Trévidic soulignait ainsi: «les terroristes détestent notre façon de vivre, notre mixité et notre rapport à la laïcité». Le discours anti-islam du rédacteur en chef de Valeur Actuelles totalement démonté chez Ardisson. Enquête. Ce que veut vraiment l’Etat islamique.

Cette grande enquête publiée dans The Atlantic offre un éclairage sans précédent sur les objectifs et les fondements idéologiques de Daech.

Enquête. Ce que veut vraiment l’Etat islamique

Soutenant la thèse selon laquelle l’organisation se définit essentiellement par sa lecture littérale du Coran, elle a suscité de nombreuses réactions. En voici, en exclusivité, l’essentiel. Qu’est-ce que l’Etat islamique [EI, Daech en arabe] ? D’où vient cette organisation et quelles sont ses intentions ? La simplicité de ces questions peut être trompeuse, et rares sont les dirigeants occidentaux qui connaissent les réponses. L’organisation s’est emparée de Mossoul, en Irak, en juin 2014 et règne déjà sur une zone plus vaste que le Royaume-Uni. Dominique de Villepin à propos de l'Etat islamique : 6 minutes d'intelligence et de lucidité - vidéo Dailymotion.

Daech. Le “Spiegel” a rencontré un planificateur d’attentats suicides. Un journaliste d’investigation de l’hebdomadaire allemand a pu interviewer longuement un cadre de l’organisation Etat islamique, détenu dans une prison de Bagdad.

Daech. Le “Spiegel” a rencontré un planificateur d’attentats suicides

Document rare, l’entretien révèle les rouages de la terreur. La lourde grille coulisse lentement après que les agents de sécurité ont appelé le centre de contrôle pour confirmer l’identité des membres de l’équipe du Spiegel ainsi que le rendez-vous, fixé à 10 heures du soir. Nous cheminons ensuite entre des murs de béton hauts de 4 mètres, gardés par deux Humvee, les mastodontes tout-terrain équipés de mitrailleuses, avant d’arriver devant la porte de la prison proprement dite. Cet établissement pénitentiaire de haute sécurité se trouve à Bagdad, mais nous n’avons pas été autorisés à en dévoiler le nom et l’adresse précise. Abou Abdullah a été maîtrisé si rapidement qu’il n’a pas eu le temps de se donner la mort. Des mois d’attente Au bord du cynisme.