background preloader

Crime organisé

Facebook Twitter

Francis le Belge. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Francis le Belge

Francis Vanverberghe Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse[modifier | modifier le code] Francis Vanverberghe avait les qualités pour être footballeur professionnel. Cependant, à l'âge de 16 ans, il se blesse et voit ses rêves d'évoluer à l'Olympique de Marseille s'envoler. Après sa sortie de prison, Le Belge prend la tête d'une bande de la « Belle de Mai ». Le , Le Belge est de nouveau condamné à un an de prison ferme pour coups et blessures pour s'être battu dans un bar du Vieux-Port contre des policiers venus arrêter Antoine Cossu dit « Tony l'Anguille », son beau-frère.

La même année, Antoine Guérini, parrain incontesté de Marseille, est assassiné au volant de sa Mercedes. En 1968, à l'âge de 22 ans, Francis le Belge est classé au Fichier du grand banditisme. « French Connection » et trafic de drogue[modifier | modifier le code] Sorti de prison, c'est un homme changé qui retrouve la liberté. Jacky Imbert. Jacky Imbert. Paul Carbone. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paul Carbone

Paul Carbone (Paul Bonnaventure Carbone), né le 1er Février 1894 à Propriano, en Corse, est une figure du milieu marseillais des années 1920, 1930 et 1940 avec son associé François Spirito. Biographie[modifier | modifier le code] Paul Carbone et François Spirito se sont rencontrés en Égypte et y ont monté un mini-empire basé sur la prostitution.

À Marseille, Paul Carbone a été l'homme fort de la ville pendant 20 ans, étant lié à des politiques, possédant de nombreuses maisons closes, rackettant à tour de bras sur toute la côte, et faisant de la contrebande entre l'Italie et la France, à l'époque où la France a décidé d'un embargo sur les produits italiens, pour sanctionner l'État fasciste après l'invasion de l'Éthiopie. À Paris, le caïd marseillais est tout aussi connu, possédant de nombreux intérêts dans plusieurs établissements. Pendant la guerre, les deux hommes se rangent du côté de l'occupant, par intérêt. François Spirito. Barthélemy Guérini. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Barthélemy Guérini

Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Guérini. Un jeune Corse au sang chaud[modifier | modifier le code] Deux ans plus tard il rejoint son frère Antoine à Nice avant de partir avec lui pour Marseille. Léonie commence à se prostituer tandis qu'Antoine se met lui aussi à jouer les proxénètes. Si Mémé est moins remarqué que son aîné, il reste néanmoins encore plus déterminé que lui, voulant s'éloigner le plus possible de la misère dans laquelle il a grandi. Au début des années 1930 Antoine s'est fait un véritable nom dans le Milieu marseillais et propose alors à son frère de s'associer avec lui. Un voyou résistant ? Mémé Guérini est un contact du commissaire Blémant. Retour aux affaires[modifier | modifier le code] Après la guerre, les Guérini ont le champ libre, leurs deux principaux ennemis étant sur la touche : Paul Carbone est mort dans un accident de train tandis que François Spirito est en fuite.

Antoine Guérini. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Antoine Guérini

Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Guérini. Antoine Guérini (né en 1902 à Calenzana, en Corse et mort en 1967 à Marseille) était un gangster français actif des années 1940 au milieu des années 1960, associé principalement à son frère Barthélemy Guérini dit « Mémé ». Spécialisé dans la prostitution, le clan Guérini cultiva longtemps des liens étroits avec Gaston Defferre et certaines personnalités du show-biz, avant d'entamer son déclin dans les années 1960 à cause de la volonté d'Antoine d'investir dans le monde des jeux et surtout de l'assassinat de Robert Blémant.

Tany Zampa. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tany Zampa

Tany Zampa Tany Zampa (, Marseille, , prison des Baumettes, Marseille) de son vrai nom Gaëtan Zampa (ou Gaëtano) dit « Tany », mais aussi « Gaï » », était un des derniers parrains du milieu marseillais des années 1970. Il était par ailleurs bègue. [réf. nécessaire]