background preloader

Cannabis

Facebook Twitter

Le cannabis au Liban. Liban Le Liban s’est taillé une réputation pour sa production de haschich de qualité supérieure qui est exporté dans le monde entier.

Le cannabis au Liban

Depuis les années 1990, l’État met tout en œuvre pour éradiquer cette industrie, avec toutefois un succès mitigé. Cette année, le conflit syrien monopolise toute l'attention de la police frontalière, laissant les producteurs libanais libres de leurs mouvements. Le Liban s’est taillé une réputation pour sa production de haschich de qualité supérieure qui est exporté dans le monde entier.

Depuis les années 1990, l’État met tout en œuvre pour éradiquer cette industrie, avec toutefois un succès mitigé. Cette année, le conflit syrien monopolise toute l’attention de la police frontalière, laissant les producteurs libanais libres de leurs mouvements. Droit et politique internationale Ces actions gouvernementales ont été lancées afin de répondre aux pressions de la communauté internationale, mais sont relativement sporadiques depuis des années.

Hizballah's Domestic Growing Pains. The term dahiya (suburb) is a staple of Lebanese political discourse, practically shorthand for Hizballah, the Shi‘i Islamist party seated in its infamous headquarters just south of Beirut.

Hizballah's Domestic Growing Pains

Before the civil war, the suburb, or more precisely suburbs, consisted of several small towns surrounded by orchards that began where the capital ended. Today, it is a heavily congested urban sprawl replete with higher-income neighborhoods, such as Jinah, where international chains such as Burger King, BHV, Monoprix, Spinneys and the Marriott have opened since the end of the civil war in 1990. Administratively, the dahiya lies in a half-dozen municipalities, and only one of these, Harat Hurayk, home to Hizballah’s party offices, is usually the “dahiya” that politicians and pundits have in mind.

The area’s portrayal as a mini-Islamic republic under absolute Hizballah domination is a caricature. Clans, Guns and Money ‘Izz al-Din “Madoff” vs. Hajj Hasan’s short tenure has spread cautious optimism. Woman arrested for cannabis possession. Au Liban, le trafic de haschich est dopé par la guerre en Syrie. Abou Sami, cultivateur de cannabis au Liban, se frotte les mains: Le conflit en Syrie voisine a non seulement paralysé l'Etat, l'empêchant de détruire ses cultures, mais a dopé le trafic, la frontière étant beaucoup moins contrôlée.

Au Liban, le trafic de haschich est dopé par la guerre en Syrie

"Cette année, la récolte a été abondante. Les autorités ne nous ont pas livré la guerre car elles étaient occupées ailleurs", se félicite-t-il, en référence aux violences liées à la Syrie qui secouent le Liban depuis des mois. L'armée éradiquait chaque année les quelques milliers d'hectares de cannabis dans la région est de la Békaa, si bien qu'en 2012, les cultivateurs ont attaqué ses bulldozers à la roquette, accusant le gouvernement de voler leur gagne-pain. La Békaa, terre de trafics où l'appartenance clanique prime sur le respect de l'Etat, partage une longue frontière poreuse avec la Syrie et est un bastion du Hezbollah chiite qui combat aux côtés du régime syrien. "C'est l'unique source de revenu" "Les cultures n'ont pas été détruites cette année.

Liban : paix et cannabis. Dans la vallée de la Bekaa, l'exploitation du haschich suit le rythme des conflits.

Liban : paix et cannabis

La paix fragile qui s'installe au Liban ne fait pas l'affaire des producteurs. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Patrice Claude - BAALBEK ENVOYÉ SPÉCIAL Aussi fragile semble-t-elle, la paix civile qui s'installe entre les différentes factions du Liban ne fait "pas du tout" l'affaire d'Ali Hassan. "Si l'armée n'est pas occupée à maintenir l'ordre dans les différentes régions du pays, se désole l'agriculteur, elle va revenir dans la vallée détruire nos récoltes.

" Mains puissantes et bonne bouille ronde de paysan craquelée par le soleil, Ali Hassan, propriétaire de plusieurs dizaines d'hectares de bonnes terres fertiles au pied du Mont-Liban, cultive des tomates, de l'orge et des pommes de terre. L'inquiétude d'Ali concerne le petit champ d'un hectare de cannabis qu'il a planté en mars et qui commence, sous nos yeux, à donner de jolies petites feuilles fines et dentelées. Destruction of cannabis fields halted in Hermel. Lebanon Hashish Eradication Hits New Obstacle. Last week, we reported on armed resistance against Lebanese government marijuana plant eradication teams in the Bekaa Valley, one of the world's leading hashish-producing regions.

Lebanon Hashish Eradication Hits New Obstacle

The country's Internal Security Forces (ISF) aren't having much easier going this week, though at least no one is shooting at them. A Lebanese marijuana plot before being burned by eradicators (wikimedia.org) But if no one is shooting, no one is cooperating, either, according to the Daily Star. The Beirut newspaper reported that the ISF had to postpone operations to destroy marijuana fields in Hermel Tuesday after it was unable to hire enough bulldozers to plow the plants under.

The bulldozer owners in the area are refusing to rent out their machinery for eradication operations out of fear they will be targeted by the marijuana growers.