background preloader

Boues rouges / Alteo Gardanne

Facebook Twitter

Photographe Marseille Algérie Poison provençal. C’est un tuyau, un simple tuyau qui s’étend sur plus de 50 kilomètres entre la petite ville provençale de Gardanne et les flots bleus de la calanque de Port-Miou à Cassis.

Photographe Marseille Algérie Poison provençal

Il prend sa source à l’usine d’Alteo où l’on fabrique à partir de la bauxite, l’alumine, une poudre blanche utilisée dans les matériaux de l’industrie nucléaire ou de l’armement. Le tuyau parcourt ensuite la garrigue, longe une voie ferrée désaffectée, une autoroute, des villages et traverse des potagers. Et il disparaît.Pour réapparaître sous l’eau et se frayer un chemin entre les posidonies et les mérous. Mais, par un arrêté du 28 décembre 2015, le Préfet des Bouches-du-Rhône autorise l’usine à continuer à rejeter jusqu’à 270 m3 par heure d’effluents liquides. Les opposants multiplient les actions en justice et recueillent sur une pétition plus de 340 000 signatures demandant l’arrêt de ces rejets.

« Dépasser les polémiques sur Altéo et se rassembler autour d'un projet de territoire » Communique de Presse commun Roger MEI maire de Gardanne Claude JORDA conseiller départemental de Gardanne François-Michel LAMBERT député de Gardanne Gardanne, mardi 27 septembre 2016 Ce lundi 26 septembre 2016 s’est tenu la Commission de Suivi du Site (CSS) de l’usine de production d’alumines d’Alteo située à Gardanne (13).

« Dépasser les polémiques sur Altéo et se rassembler autour d'un projet de territoire »

C’était la 3ème réunion de la CSS, installée depuis seulement février 2016. Bien loin des polémiques agressives, des affirmations péremptoires, des contre-vérités, voire des tromperies, les services de l’État ont validé et encouragé dans une très grande partie les résultats mesurés. Contacts presse : François-Michel LAMBERT : via Marjorie HAGOBIAN 06 16 50 70 66 Claude JORDA : via Sophie Celton 04 13 31 08 52 Roger MEÏ : via Jérémy NOE 06 64 12 26 40. Boues Rouges, la mer empoisonnée (reportage complet) L’usine d’alumine de Gardanne continue de polluer le Parc marin des Calanques. Le site industriel Alteo ne déverse plus de boues rouges dans la Méditerranée, mais continue d’y envoyer trop d’effluents liquides.

L’usine d’alumine de Gardanne continue de polluer le Parc marin des Calanques

Six mois après avoir obtenu l’autorisation d’envoyer pendant six ans ses effluents dans la Méditerranée, le site industriel Alteo de Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône, est une fois de plus sur la sellette. Le 21 juin, le préfet de la région PACA lui a adressé un arrêté de mise en demeure lui donnant entre un et deux mois pour venir à bout de plusieurs anomalies dans ce qu’il rejette en mer – sous forme liquide désormais. Car les résidus solides – les fameuses boues rouges accumulées pendant des décennies au large de Cassis – lui sont interdits depuis le 1er janvier. En mars, les inspecteurs de l’environnement spécialistes des installations classées ont effectué une visite surprise à Gardanne. Leurs conclusions ont amené le préfet à réagir. Ségolène Royal et Manuel Valls s’affrontent à nouveau sur les « boues rouges » Un reportage de « Thalassa » sur ces rejets polluants au large de Cassis a relancé vendredi la polémique entre le premier ministre et la ministre de l’environnement.

Ségolène Royal et Manuel Valls s’affrontent à nouveau sur les « boues rouges »

Un reportage de « Thalassa » retraçant l’historique des rejets de boues rouges au large de Cassis, dans les Bouches-du-Rhône, a relancé vendredi 2 septembre la polémique entre le premier ministre Manuel Valls et la ministre de l’environnement Ségolène Royal, opposés sur l’opportunité de poursuivre ces rejets polluants. Boues rouges : la justice ordonne à Valls de s’expliquer sur les rejets d’Alteo. Des citoyens pourraient obtenir le compte rendu d’une réunion dans laquelle l’ex-premier ministre avait incité à réautoriser la pollution de la Méditerranée.

Boues rouges : la justice ordonne à Valls de s’expliquer sur les rejets d’Alteo

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Martine Valo. Au nom de la sauvegarde de l'emploi, la pollution aux « boues rouges » continue de sévir à Gardanne. C’est la plus ancienne usine du monde encore en activité.

Au nom de la sauvegarde de l'emploi, la pollution aux « boues rouges » continue de sévir à Gardanne

A Gardanne (Bouches-du-Rhône), à 30 kilomètres au nord de Marseille, on l’appelle respectueusement la « vieille dame ». C’est une usine de production d’alumine édifiée en 1894 par le groupe Pechiney, dans une ville minière où l’on exploite alors le charbon. A l’époque, ce combustible est nécessaire dans le processus de fabrication de l’alumine, de même que la bauxite produite dans le Var, et la soude, fabriquée à Marseille.

L’emplacement de l’usine est donc idéal. Dès ses débuts, l’employeur instaure une politique paternaliste afin d’intégrer ses salariés, le plus souvent immigrés. « Les Gardannais de plus de 80 ans vous diront qu’ils sont allés se faire soigner dans le dispensaire de l’usine, raconte François-Michel Lambert, député de l’Union des démocrates et des écologistes (UDE, créée par des élus ayant quitté Europe écologie - Les Verts) des Bouches-du-Rhône.