background preloader

RH

Facebook Twitter

FoxRH cabinet de recrutement spécialisé RH et Paie. "Merde la DRH". Si vous faites partie des 20 millions de spectateurs ayant vu le film Bienvenu chez les Ch’tis, cette réplique ne devrait pas vous être étrangère. Bon, la sortie du film remontant maintenant à quelques années, vous l’aviez possiblement un peu oublié, et l’on vous en excusera. Mais là où vous ne pouvez vous tromper, c’est que ce « merde la DRH », même s’il est rarement formulé aussi clairement, revient bien (trop ?) Souvent dans le cinéma. C’est à partir d’une vidéo réalisée par des étudiants de l’IGS (Institut de Gestion Sociale), que j’ai voulu me pencher plus sérieusement sur la place des RH dans le cinéma. Il n’y a pas que Jean (Stéphane Freiss), DRH de La Poste dans Bienvenu chez les Ch’tis qui a le mauvais rôle.

Dans la comédie de Wendy Finerman, Le Diable s’habille en prada, le rôle des ressources humaines n’est pas non plus à son avantage. Dans Tu peux garder un secret? Cet extrait de la fin du film (spoiler, attention !) Pourquoi une vision si réductrice ? Le portail des Ressources Humaines. Les accords d’entreprise en marche Le Code du travail, qui définit un socle de droits et de règles (durée légale du travail, salaire minimum, égalité professionnelle, etc) continuerait de s’imposer aux entreprises, mais au delà, « la primauté serait donnée aux accords d’entreprise sur les accords de branche ». « Tout accord d’entreprise résultera soit d’un accord majoritaire avec les syndicats, soit d’un référendum à l’initiative de l’employeur ou des syndicats sur la base d’un accord minoritaire.

C’est seulement à défaut d’accord d’entreprise que la branche interviendra. Ainsi, les conditions de travail et les salaires notamment seront négociés au plus près du terrain », insiste Emmanuel Macron. Une instance unique de représentants des salariés Comme François Fillon, Macron milite pour un regroupement des attributions des comités d’entreprise, délégués du personnel et du CHSCT au sein d’une instance unique. Des représentants des salariés mieux formés Un code du travail digital. Top 10 des patrons les plus réglos de tous les temps, ceux qui sont beaucoup trop sympas. Vous voyez le patron à cigare qui nage dans une piscine de billets ? Vous voyez le patron faussement proche de ses salariés qui les exploite jusqu’au dernier centime ?

Vous voyez le patron qui paie tout le monde au SMIC pendant qu’il passe ses vacances à Saint-Barth ? Et bah, là, on ne parle pas d’eux. 1. Gunnar Engellau, président de Volvo à la fin des années 50, avait perdu un pote dans un accident de bagnole. Or, cette découverte, Volvo a décidé de la laisser en accès libre pour toutes les autres entreprises de bagnoles. 2. En 1800, Marguerite Boucicaut, veuve du fondateur du Bon Marché, se rend compte qu’elle n’a pas de descendance parce que son fils est mort. 3.

A la suite du 11 septembre, les ventes de couteaux-suisses descendirent en flèche, notamment après leur interdiction de vente dans les aéroports. Mais Victorinox ne se résolut pas à virer un seul employé. 4. En 1964, Martin Luther King fut honoré du Prix Nobel. 5. 6. Plus réglo, tu meurs. 7. 8. 9. 10. "The startup way" : la série qui raconte la vraie vie en entreprise. Je démissionne : ai-je droit au chômage. À quoi ressembleront les bureaux du futur ? Qu'est-ce que le flex office ? On le retrouve autant sur sa chaise de bureau, qu’à la terrasse d’un café ou sur son canapé… qui est-ce ?

Le salarié moderne. Accompagné de son fidèle ordinateur et de son smartphone, c’est un nomade qui change d’espace de travail comme la reine d’Angleterre de chapeau. Le flex office – ou bureau flexible en français – est déjà très populaire chez nos voisins anglais et se développe petit à petit au-delà de la Manche. Une tendance de fond qui bouscule la vision traditionnelle du bureau individuel pour un environnement collaboratif et dynamique. Keskecé ? Le flex office est l’absence d’attribution d’un poste de travail précis à un salarié. Celui-ci peut ainsi travailler depuis l’espace le plus adapté à sa mission : un bureau libre dans sa propre entreprise, un espace de réunion, une salle de coworking, un café, de chez lui, etc.

Fini l’open-space « poulailler » et le grand bureau du chef au fond du couloir. Le taux d'occupation d'un bureau attitré est de 60% . 👍 Casser la routine. Emploi, auto-entrepreneurs et salaire à vie | Vidéo | Réseau Salariat. Une RH qui vous veut du bien ! L’évaluation annuelle : un outil RH de plus en plus discuté.

Chaque début d’année se ressemble, entre bons vœux et pieuses résolutions, souvent vite oubliées. Et dans la sphère professionnelle, c’est l’heure joyeuse des évaluations annuelles. Un moment qui tend à ressembler à un rendez-vous chez le dentiste : on appréhende avant, ce n’est pas si terrible pendant et on est content après… Mais au regard du temps passé à préparer, compléter, échanger et restituer, cet échange est-il réellement productif ? Je m’interrogeais récemment sur ce point, comme d’autres managers ou acteurs des RH. D’expérience, j’ai en effet pu noter qu’à l’instar des promesses faites le 1er janvier, les plans d’actions et objectifs fixés dans ce cadre ressemblent souvent à de bonnes intentions, rapidement happées par la réalité du quotidien et qu’on ne cessera de réajuster au cours de l’année.

Alors certes, tout employé a besoin de visibilité, d’un chemin parsemé de jalons vers des objectifs qui lui permettront de réaliser sa contribution à la performance de l’entreprise. La France est-elle trop généreuse avec les chômeurs ? Ce début 2019 marque la dernière ligne droite pour la réforme de l'assurance-chômage. Sans accord entre les partenaires sociaux, c'est l'État qui va reprendre la main sur les négociations en se posant cette sempiternelle question : que faire pour réduire le taux de chômage ? Changer le système d'assurance chômage pour un système d'indemnisation dégressive ou de contreparties comme le suggérait le Premier Ministre il y a quelques jours, peut-il résoudre le problème ? N'est-il pas plus confortable de vivre au chômage, profitant de "deux ans de vacances payées par l'État" comme l'expliquait Christophe Castaner ?

Ne faudrait-il pas surveiller davantage les bénéficiaires des allocations chômage pour éviter les abus ? Claire Vives, sociologue rattachée à l'IDHES, chercheuse au Centre d'études de l'emploi et du travail, répond aux questions des Idées Claires. La France est-elle trop généreuse avec les chômeurs ? Le chômage, c’est deux ans de vacances payées par l’État ? " Non, ce n’est pas vrai. Tous les livres et eBooks spécialisés RH - la librairie RH by GERESO. Les 10 principaux problèmes rencontrés par les directeurs RH | Simplement Entrepreneurs. 27 octobre 09:01 2016 Imprimer Cet Article Parmi les différents départements et directions dans une entreprise, la direction des Ressources Humaines figure sans nul doute parmi les plus complexes. Pour cause, gérer la dimension humaine s’avère une tâche ardue dans la mesure où, malgré l’existence des règlements et des systèmes de gestion de base, chaque personne avec qui on traite est différente.

A la fois gérant, négociateur et médiateur, les RH rencontrent un tas de problèmes qui peuvent être groupés en 10 points essentiels. La compréhension du personnel A la croisée des enjeux humains et économiques, la gestion des ressources humaines repose sur la conjugaison de l’intérêt des employés et de celui de l’entreprise. Cependant, dans bien des cas, il s’avère difficile de trouver le juste milieu entre ces deux points. Faire face au changement Du recrutement au licenciement des employés en passant par les diverses promotions et réaffectation, la direction RH joue un rôle majeur.

Fonction RH - Les hommes trustent encore les postes de DRH. La première étude de Deloitte sur les rémunérations dans la fonction RH confirme que les femmes sont largement majoritaires dans la profession. Mais que les hommes trustent encore les places de DRH. Dans la famille Ressources humaines, les femmes prennent beaucoup plus de place que les hommes. Huit salariés sur dix (81%) de la filière sont ainsi de sexe féminin, selon l'étude réalisée par Deloitte et l'ANDRH et présentée ce jeudi 12 février. C'est plus que dans la communication (75%) ou les services généraux (78%) Pour autant, les hommes ont la part belle.

Même résultat, ou presque (81%/19%), sur les fonctions nécessitant quelques années d'expérience et offrant une certaine autonomie professionnelle. Les hommes encore aux commandes L'écart se réduit au niveau supérieur, sur les postes de cadres confirmés avec au moins cinq années d'expérience, pour lesquels le titulaire peut assurer l'encadrement d'une équipe. À l'étage du dessus, la tendance s'accentue. Des écarts salariaux en régression. Les ressources humaines, une activité très féminine où les hommes sont mieux payés. Julia de Funès : « l’entreprise ne doit pas devenir un parc d’attraction » : Business O Féminin. Process ubuesques, manque de leaders charismatiques, solutions sparadrap… Dans « La comédie(in)humaine », un ouvrage décapant co-écrit avec Nicolas Bouzou, Julia de Funès analyse les manquements et dérives du management moderne. Dans votre livre, vous écorchez la notion de bonheur au travail.

Pour vous, ce dernier ne peut être qu’une conséquence mais jamais un objectif ? Julia de Funès : J’entends souvent que si les gens sont plus heureux ils seront plus performants au travail. J’attaque ce raisonnement à la racine qui fait du bonheur une condition de performance. Pour moi, le bonheur est la conséquence de davantage d’autonomie, de sens et de courage. De plus, le bonheur et le bien-être sont des notions indéfinissables. Cela fait 2500 ans que les philosophes n’y parviennent pas. De manière générale, vous éborgnez le monde de l’entreprise. Julia de Funès : Pour être compétitifs à l’échelle internationale, nous avons besoin de ces organisations.

Julia de Funès : Complètement. @Paojdo. Le paradoxe des entreprises libérées : libération ou asservissement ? En France, les entreprises dites « libérées » partagent en commun une volonté de « rajeunissement » des modes de coordination du travail et une volonté affichée de rompre avec le passé, en particulier des contraintes héritées du taylorisme, concernant les organisations bureaucratiques. Elles ont également souvent en commun la volonté de « tout remettre à plat », en particulier de « repenser » les organisations ainsi que le management des salariés.

Cet article a pour objet de chercher en quoi ces organisations désormais sous le feu des médias présentent vraiment une innovation managériale majeure. Aller au-delà des discours Au fond, au-delà des discours déjà établis concernant ces types d’organisations, est-on en face d’une véritable « libération » de l’homme au travail ou est-on au contraire confronté à une nouvelle forme d’asservissement ? Certains sociologues en effet n’hésitent pas à qualifier ainsi la nature du travail dans ces organisations. Quelle culture organisationnelle ? Charge mentale au travail : comment la détecter et la combattre. Manon est ouvrière sur les chaînes de montage chez un grand constructeur automobile. Chaque jour, sept heures durant, elle intervient sur 400 véhicules en moyenne. Elle utilise six outils, réalise environ 30 opérations par minute et monte cinq pièces, dont la plupart diffèrent en fonction du modèle de voiture.

Jacques est manager d’une équipe de cadres répartis sur tout le territoire français. Chaque semaine, il participe à une vingtaine de réunions dont la plupart sont à distance, il reçoit des milliers de courriels et des dizaines d’appels téléphoniques. Martine est aide-soignante dans une maison de retraite, où elle s’occupe quotidiennement de 15 personnes âgées. Simon est caissier dans un magasin. Le point commun de toutes ces personnes ?

Première étape : identifier le phénomène Ici, on parlera de charge mentale au travail. Imaginons que vous deviez apprendre une nouvelle langue. Deuxième étape : repérer les signaux Troisième étape : le temps de l’action Le pari des entreprises libérées. Le management bienveillant : c’est ceux qui en parlent le plus qui en font le moins. Tout le monde se souvient de la publicité de McCain Foods au sujet de ses frites surgelées : « C’est ceux qui en parlent le moins qui en mangent le plus ». En matière de management bienveillant, nous proposons de renverser le slogan en affirmant que « c’est ceux qui en parlent le plus qui en font le moins ». La dernière mode en matière de management est, en effet, au bien-être au travail, au « slow management » et au « care » ; un mouvement parti du monde anglo-saxon et qui vise à lutter contre le stress et la souffrance au travail.

L’intention est louable et qui ne pourrait y souscrire ? Elle alimente également de nombreux débats chez les chercheurs (déjà au congrès de l’Academy of management en 2010 et au congrès de l’Association de gestion des ressources humaines en 2011) et de nombreuses missions de conseil lucratives pour les consultants en management. Le management bienveillant, tel Janus, ne serait-il alors qu’un double discours ? Une réalité trop souvent occultée. Le chief happiness officer n'est pas celui que vous croyez. Chroniques d’experts Organisation Le 25/04/2019 Souvent caricaturé en « gentil organisateur » de l’entreprise, le chief happiness officer (CHO) dispose en réalité d’un véritable rôle stratégique dans l’entreprise.

Il y a cependant aujourd’hui une forte incompréhension du métier de chief happiness officer (CHO), car beaucoup d’entreprises minimisent son rôle, et réduisent sa fonction à un simple « amuseur de l’open space », afin de surfer sur la vague du bonheur en entreprise. En l’instrumentalisant comme un objectif de vie, un objectif de posture en entreprise, on commet l’erreur d’imposer une vision qui nous est propre. En effet, peut-on effectuer une corrélation simple entre le bonheur et les différents attributs cités qui pourraient le caractériser ? Adapter le management aux besoins de chacun On entend aujourd’hui de plus en plus parler de l’ « expérience collaborateur ». Trouver des gisements de valeurs communes Comprendre les besoins des collaborateurs. L'heure du désamour des cadres pour leur employeur a sonné. S'agit-il du syndrome de l'enfant gâté? Alors que les entreprises n'ont jamais autant investi d'énergie -et d'argent- dans la fidélisation et le recrutement des cadres ces dernières années (+73.400 créations nettes de postes en 2018), ces salariés n'ont jamais été aussi peu attachés à leurs employeurs.

Voici l'un des constats frappants du dernier baromètre Cadremploi/Ifop* sur "Les cadres et leur avenir", publié ce jeudi 21 mars. Lorsqu'on leur demande quel est le meilleur qualificatif pour exprimer leur rapport à leur entreprise, "l'indifférence" arrive en pole position des réponses, plébiscitée par près du quart des sondés (23%). Il y a dix ans, c'était "l'attachement" qui primait pour 28% des répondants (contre seulement 20% aujourd'hui). "Cette baisse significative de huit points traduit un basculement historique", insiste Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop, lors de la présentation presse du baromètre.

Quête de sens Des cadres plus enclins à démissionner. Pourquoi la question du salaire est-elle taboue en France ? Le freelancing, nouveau hobby des salariés ? - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises. Grille d’évaluation : le principe des ancres – WorkMeTender – Conseil, Audit, Accompagnement, Formation Recrutement & Marque Employeur. Pourquoi changer d’entreprise ne règle généralement pas le sentiment de frustration des salariés ? Pour de trop nombreux salariés, le sentiment d’une vraie frustration au travail est intensifié par l’impression de vivre toujours la même journée, comme une sorte d’hybernation, huit heures par jour, du lundi au vendredi. Et cette frustration crée du mécontentement, avec à la clé, l’envie de changer d’entreprise.

Aujourd’hui, plus d’un salarié sur cinq en France travaille moins de six mois dans une entreprise avant que cette frustration ne se réinstalle. Et ils sont 81% à penser changer de travail. Au cours de la dernière décennie, il est devenu de plus en plus difficile d’équilibrer sa vie professionnelle et sa vie privée, notamment en raison de l’évolution de la journée de travail traditionnelle, de 9h à 17h, vers une vie active toujours plus intense. Ainsi, n’y aurait-il pas un lien entre le taux de rétention des salariés et l’aménagement des espaces de travail pour qu’ils soient davantage adaptés à de plus larges périodes de travail, assis derrière le même bureau ?

Pascal Grémiaux (Eurécia) : « Concilier les intérêts de l’entreprise avec le bien-être des salariés » | Neufdixsept. Revenons aux fondamentaux avant de faire des RH un paravent artificiel du bonheur en entreprise ! – JOBSFERIC leader d'info sur les métiers et entreprises du futur. Futur du travail : les jeunes sont enthousiastes mais plutôt mal préparés. « L’assertivité crée une relation de confiance et libère la parole »

« Le présentéisme, un problème de maturité managériale » Réparer l'entreprise par l'échange. Hauts Potentiels Intellectuels : ces zèbres qui vous veulent du bien. "Je travaille dans la même entreprise depuis 20 ans" Célisiane : Slasheuse après avoir été chef de projet digital RH dans un grand groupe - Pose ta Dem' Espace Créateur, toutes les informations pour créer son entreprise. (2) Open stratégie : cas d'un projet d'entreprise bâti à 150 000 salariés. La fonction RH est-elle devenue véritablement has been ? Pôle emploi : cette formation qui permet de reprendre confiance en soi.

RH : les tendances à surveiller en 2019 - Le blog ! Une RH qui vous veut du bien !: Vous avez trouvé un emploi et des clients grâce à LinkedIn, vous ? Dessine moi le job idéal. Classement : les secrets des entreprises reines du bonheur au travail. Entrepreneurs VS salariés : qui sont les plus heureux. Le coworking au quotidien : 3 start-up racontent. Les DRH enclins à faire de l’ingénierie de l’innovation pour agréger les compétences – JOBSFERIC leader d'info sur les métiers et entreprises du futur. Les signes qu'une entreprise n'est pas faite pour vous.

Se taire, l'ouvrir ou partir ? Une RH qui vous veut du bien !: Vous avez trouvé un emploi et des clients grâce à LinkedIn, vous ? Les conditions de travail des "travailleurs du clic" Peut-on être soi-même au travail ? "En sweat et en baskets, j'étais ridicule" Les 15 métiers les plus agréables. L'engagement et la motivation au travail : comment les cultiver.

L'aspect "demandeur d'emploi"... Métro, boulot, dodo et ... temps pour soi : à la recherche de l'équilibre. Vers une optimisation du contrat de travail ? | Cabinet recrutement Rennes 35. Namechk | Username & Domain Search.