background preloader

PALTHEY Melvin / Bonheur et sciences

Facebook Twitter

Le bonheur est un choix, en voici la preuve scientifique. BIEN-ETRE - Une des hypothèses courantes des recherches en psychologie est que nous aurions un seuil de bonheur qui prédétermine en grande partie notre bien-être général.

Le bonheur est un choix, en voici la preuve scientifique

Nous orbitons autour de ce seuil, nous sentant plus heureux lorsque quelque chose de positif survient dans notre vie, et l'inverse, pour retrouver notre équilibre par la suite. Or, il se trouve que ce seuil peut, dans une certaine mesure, être recalibré. Bien que notre humeur et notre bien-être soient en partie déterminés par des facteurs génétiques et culturels, les experts s'entendent pour dire qu'environ 40% de notre bonheur dépend entièrement de nous-mêmes. Cerveau : le précunéus serait-il la zone du bonheur ? En utilisant l'IRM (Imagerie par résonance magnétique), une équipe de scientifiques japonais a localisé chez des volontaires une zone cérébrale du cerveau appelée précunéus et impliquée dans le ressenti du bonheur.

Cerveau : le précunéus serait-il la zone du bonheur ?

Savons-nous ce qu'est réellement le bonheur et surtout, où il se situe ? C'est pour répondre à cette question universelle que Waturu Sato, chercheur à l'université de Kyoto et son équipe, ont travaillé sur le sujet. Ils ont découvert que la combinaison des émotions positives et de la satisfaction tirée des évènements de la vie devenait active au sein du précunéus, une zone du lobe pariétal. L'invasion des «pilules du bonheur» Nous sommes à l'aube d'une nouvelle ère où la chimie nous offre les moyens de mieux vivre et de mieux penser!»

L'invasion des «pilules du bonheur»

Clame un vieux monsieur aux cheveux blancs, devant un parterre d'amateurs d'hallucinogènes. Nous ne sommes pas dans les années 70, mais le 1er octobre 1998, à Amsterdam. Le temps des Flower People semble revenu: on se passionne pour les rituels des Indiens Huichol (Mexique) adeptes de la mescaline, pour les psychothérapies par le LSD ou l'ecstasy, pour «l'influence des drogues psychoactives sur les processus émotionnels». Pourtant, il ne s'agit pas d'une réunion d'anciens hippies, mais d'un colloque organisé à l'honorable institut botanique. Et ce sont des ethnologues, des chimistes, des psychiatres et des botanistes réputés qui dissertent sur la pharmacopée en pleine expansion des stupéfiants. Comment construire un bonheur durable. Il n'est pas nécessaire d'être un observateur très perspicace de la nature humaine pour se rendre compte que certaines personnes sont plus heureuses que d'autres.

Comment construire un bonheur durable

Nous connaissons tous des individus qui semblent malheureux, souvent moroses, irritables et parfois désespérés. Inversement, nous connaissons aussi des personnes qui ont toujours l'air de bonne humeur. Comme tout le monde, elles traversent des périodes difficiles, mais, malgré cela, elles parviennent à trouver de la joie dans leur quotidien et restent satisfaites de leur sort. Qu'est-ce qui différencie ces deux types de personnes ? La science du bonheur. INFOGRAPHIE - Le bonheur n'est pas seulement dans le pré, il est surtout dans la tête.

La science du bonheur

Les neurosciences dévoilent la chimie de cet état de grâce et s'invitent dans un débat jusqu'alors réservé aux philosophes et aux poètes. Paradoxalement, c'est en étudiant les mécanismes impliqués dans la douleur, la dépression ou les troubles bipolaires que les chercheurs ont découvert certaines sources du bonheur. L'amour, le plaisir, le bien-être, la plénitude, facteurs que l'on considère comme des composants du bonheur, ont des constituants biologiques. Les neurobiologistes ont pénétré les structures cérébrales qui interviennent lorsque les émotions nous envahissent, ils ont observé les rouages mis en jeu dans la régulation des humeurs et décrypté les processus qui s'enchaînent pour nous remplir d'un sentiment de bonheur... ou nous plonger dans celui du malheur.Ces travaux se succèdent depuis les années 1970, grâce aux progrès des techniques d'investigation biologique et de l'imagerie cérébrale. L'étonnante science du bonheur.

Une fois n’est pas coutume, cet article ne va pas traiter de web marketing ni d’Internet en général.

L'étonnante science du bonheur

Il est pourtant susceptible d’intéresser les lecteurs de ce blog puisqu’il aborde une question qui concerne tout le monde, après tout : le cerveau humain peut-il fabriquer du bonheur ? La réponse est oui. Le cerveau humain est un « simulateur d’expérience » Dan Gilbert veut démontrer scientifiquement que le cerveau humain est une machine capable de fabriquer du bonheur en toutes circonstances. Pourra-t-on bientôt mesurer le bonheur ? Un Nordiste invente un détecteur d'émotions.

Antoine Deswartes a mis au point un dispositif qui mesure les émotions humaines grâce à de simples électrodes et une plateforme informatique.

Pourra-t-on bientôt mesurer le bonheur ? Un Nordiste invente un détecteur d'émotions

L'invention pourrait intéresser les producteurs audiovisuels et publicitaires pour leurs études marketing. C'est dans un bloc opératoire qu'est née l'idée d'Antoine Deswarte. On a trouvé le bonheur dans le cerveau. On a trouvé la zone du bonheur dans le cerveau.

On a trouvé le bonheur dans le cerveau

C'est ce qu'affirment des chercheurs japonais dans une étude publiée dans la revue Nature Scientific Report. Mathieu Vidard et Axel Villard-Faure ont cherché à en savoir en peu plus et ont interrogé dans la Une de la science Hervé Platel, professeur de neurophysiologie à l'université de Caen. Hervé Platel ne cache pas ses réserves : Je pense qu'on est encore loin du compte. Il y avait déjà le fantasme d'avoir découvert le circuit du plaisir.