background preloader

Internet : Un bouleversement du monde culturel

Facebook Twitter

Les progrès technologiques et l'arrivée massive d'Internet dans les sociétés semble produire de nouvelles façons d'accéder au savoir et aux connaissances, et par la même occasion, bouleverse les systèmes de création et de diffusion de l'art ainsi que les pratiques culturelles des individus.


Comment cela se produit-il ? Internet va-t-il se substituer aux pratiques culturelles et artistiques dîtes "traditionnelles" ? La culture libre à l’ère du numérique : un droit controversé et aux enjeux multiples. Blog » Non classé » La culture libre à l’ère du numérique : un droit controversé et aux enjeux multiples Adrien DAVID Étudiant à France Business School Titre : La culture libre à l’ère du numérique : un droit controversé et aux enjeux multiples Mémoire de spécialité appliqué Année : 2012-2013 Auteur : Adrien DAVID Ecole : France Business School / ESCEM Contact : E-mail - Site Web - Linkedin Licence : Creative Commons Version complète avec annexes et bibliographie en PDF : Mémoire Adrien DAVID Vous pouvez consulter et déposer vos mémoires pour publication dans la catégorie mémoire.

La culture libre à l’ère du numérique : un droit controversé et aux enjeux multiples

Comment Internet modifie-t-il notre rapport au réel ? INTERNET Articles sur culture. Les résultats de l'enquêtes 2008. Comment « consomme-t-on » la culture à l'heure d'Internet ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Sandrine Blanchard Nous vivons une époque paradoxale.

Comment « consomme-t-on » la culture à l'heure d'Internet ?

Alors qu’il n’a jamais été aussi simple, grâce au numérique, de réserver une place pour un concert, une pièce de théâtre, une exposition ou d’acheter un morceau de musique ; alors qu’il n’a jamais été aussi facile, grâce aux réseaux sociaux et aux sites, de livrer son avis et son commentaire sur un livre lu ou un film vu, l’amateur de pratique culturelle se retrouve souvent… « e-perdu ». Selon les premiers résultats de l’enquête internationale rendue publique, jeudi 19 juin, par le cabinet de conseil Kurt Salmon, « l’hyper-choix culturel » à portée de clics s’avère « anxiogène » et « vécu par 80 % des personnes interrogées comme un frein ». Apparemment, les « freins majeurs » aux usages culturels ne changent pas.

08synthese.pdf. Le commerce de biens culturels à l'heure d'Internet et de la dématérialisation. Le numéro d'octobre d'Insee Première présente l'évolution des ventes de biens culturels (livres, musique, vidéo, presse) de 1996 à 2011.

Le commerce de biens culturels à l'heure d'Internet et de la dématérialisation

Culture et numérique : quelles pratiques culturelles et quels changements ? A l’heure de la dématérialisation des contenus et de l’émergence de nombreux projets culturels numériques, le numérique est devenu une question centrale dans le milieu culturel mondial.

Culture et numérique : quelles pratiques culturelles et quels changements ?

Il ne cesse d’envahir le secteur culturel, que ce soit dans le processus de création ou dans le contact aux produits culturels. Le lancement du Google Art Project répond de cette logique : « Explore museums from around the world, discover and view hundreds of artworks at incredible zoom levels, and even create and share your own collection of masterpieces. »[1] Qu’en est-il alors des pratiques culturelles à l’heure du numérique ? Selon Olivier Donnat, sociologue au Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) du Ministère de la Culture, le numérique encourage les Français à pratiquer une culture d’écran. Commerce culturel, le séisme. LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Par Nathaniel Herzberg, Raphaëlle Rérolle et Audrey Tonnelier Les coups de tonnerre se succèdent dans le ciel du commerce culturel.

Commerce culturel, le séisme

Après la chaîne Virgin Megastore, placée en redressement judiciaire le 14 janvier, puis l'enseigne française de jeux vidéo Game, menacée de disparaître, c'est au tour de la firme britannique HMV d'essuyer la tempête. Le 15 janvier, le dernier grand disquaire d'outre-Manche a été mis en redressement judiciaire, dans l'attente d'éventuels repreneurs. Et l'Europe n'est pas la seule concernée. Aux Etats-Unis, le groupe Borders, deuxième libraire du pays, a déposé le bilan il y a moins d'un an. Ces faillites, même quand elles étaient prévisibles, font souffler un vent froid sur un secteur déjà très chahuté. Qu'est-ce qu'Internet change dans notre rapport à la culture. La lecture : grande perdante de l’enquête Les résultats les plus inquiétants de l’enquête concernent la pratique de la lecture qui, depuis les années 1980, décline irrémédiablement, qu’il s’agisse de la lecture de la presse payante ou de celle de livres en dehors de tout cadre scolaire ou professionnel.

Qu'est-ce qu'Internet change dans notre rapport à la culture

Comme en 1997, on constate un net recul du nombre de lecteurs . Marc Le Glatin au Sénat, commission Culture. L'art sur la toile. Internet a constitué une révolution dans beaucoup de domaines.

L'art sur la toile

Il en a été de même dans le domaine de l'art. En effet, en 1994, le premier logiciel graphique de navigation sur internet est mis au point (MOSAIC), relayé par la suite par Netscape. Les images peuvent alors être largement diffusées sur la toile. Partage de photos d'œuvres d'art sur Internet : que dit le droit ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Laure Andrillon Curiator : ce nom imposant est celui d'un nouveau réseau social exclusivement dédié aux arts visuels.

Partage de photos d'œuvres d'art sur Internet : que dit le droit ?

Une collection de 40 000 œuvres de 13 000 artistes dont les images ont été prises par les utilisateurs du site, sur les lieux d'exposition. Lancé en avril 2014 à New York par Moenen Urbuer (belge, 29 ans) et Tobias Boonstoppel (néerlandais, 35 ans), ce site – et l'application pour téléphone qui lui a été associée au mois de mai – est la réplique américaine du site britannique ArtStack, en ligne depuis 2011, qui héberge aujourd'hui 500 000 œuvres de plus de 100 000 artistes.

Sur ces deux sites, on peut flâner et collectionner, via des photographies, des Picasso ou du Pollock, des sculptures de Rodin ou des clichés de Cindy Sherman. Aux adhérents ensuite d'échanger leurs découvertes et de créer leurs propres expositions en ligne. En théorie, la peine pourrait aller jusqu'à 300 000 euros d'amende et 3 ans de prison.